Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Osheaga – La décennie

Le rendez-vous annuel de tout mélomane

Au mois d’août, le Parc Jean-Drapeau sera hôte du maintenant célèbre Festival Osheaga. 2015 est une année spéciale pour les organisateurs et tous les aficionados de déhanchements frénétiques ou de ballades romantiques, puisqu’elle marque l’avènement de la dixième édition du festival de musique montréalais.

Du 31 juillet au 2 août, l’île du Parc Jean-Drapeau vibrera au son de la centaine d’artistes invités cette année. Parmi les têtes d’affiche on compte celui qui aura sut marquer l’année musicale avec son incontournable album How to Pimp a Butterfly, Kendrick Lamar, le chansonnier électro natif de Bruxelles Stromae ainsi que les très talentueux et incomparables producteurs de hits [NdlR : pour des raisons de santé, Stromae s’est retiré du Festival], The Black Keys. Se représenteront aussi Nas, qui devrait reprendre plusieurs succès de son mythique album Illmatic qui fêtait ses vingt ans dernièrement, la chanteuse indie rock Florence + The Machine et notre talent local et favori de ces dames, Patrick Watson qui saura enchanter les festivaliers de sa voix et de ses mélodies enchanteresses.

Osheaga inclut beaucoup de concerts et d’artistes invités, mais ne se résume pas qu’à des prestations musicales. En effet, il se constitue aussi du OSHEAGA MEG PRO, un regroupement des professionnels de la musique et du divertissement qui est né d’une collaboration entre deux festivals montréalais, Osheaga et MEG qui se tient chaque année en parallèle au Festival. Pour cette édition, ce sont plus de 500 personnes œuvrant dans toutes les sphères de la promotion musicale et évènementielle qui seront réunies à Montréal. Réseautage et futures collaborations sont à prévoir durant ce congrès.

De plus, le Parc Jean-Drapeau revêtira le costume de musée à ciel ouvert alors que seront exposées une panoplie d’œuvres d’art pour égayer le site du Festival. Le collectif montréalais En Masse ainsi que les frères jumeaux new-yorkais Skewville, à qui l’ont doit de magnifiques pièces du street art contemporain, seront de la partie cette année. Parmi les exposants, on compte aussi les finissants du département de design de l’UQAM ainsi que la renommée Gallerie Station 16, qui se délocalisera de ses bureaux du boulevard Saint-Laurent le temps du Festival.

C’est une fin de semaine endiablée qui secouera notre ville au début du mois d’août. Force est de croire que les efforts seront doublés et les attentes surpassées pour l’édition 2015 du Festival Osheaga, le dixième d’une longue lignée, espérons-le.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Critique : Milky Chance – Sadnecessary

7 novembre 2014

Vous les avez connus avant qu’ils ne se connaissent eux-mêmes, parce que vous êtes un hipster? Vous les avez connus il y a quelques mois pour leur ver d’oreille estival « Stolen Dance »? Vous ne les connaissez pas, mais pas pantoute? Et bien ils sont deux, ils sont allemands et ils jouent dans un registre électro-folk plutôt nouveau. Leur premier album complet, Sadnecessary, est paru il y a quelques semaines de cela, le 14...

Andromaque 10^(-43), tragédie racinienne modernisée

6 octobre 2014

Remise au goût du jour, sur fond de technologies et de Moyen-Orient d'une tragédie dont les origines remontent à l'Iliade Ce titre en deux parties est intriguant. D'une part, une tragédie racinienne, une des plus belles de la littérature française, d'autre part une puissance de 10 correspondant au temps de Planck, plus petit intervalle de temps possible, limite temporelle de l'univers. Pour remettre dans le contexte, voici un (très) bref résumé du pourquoi de cette...

Lhasa en toute intimité

10 novembre 2006

J’ai beaucoup aimé ce concert de Lhasa, présenté dans le cadre du Coup de Coeur Francophone. Une seule chose m’a surprise, c’est le fait qu’elle n’a chanté qu’en anglais ou en espagnol tout au long du concert, alors qu’elle le donnait dans le cadre d’un festival francophone, rappelons-le ! J’entends déjà les hurlements des ardents défenseurs du français au Québec, mais en tous cas, moi ça ne m’a pas plus ennuyée que ça. Peut-être...