Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’Art de la Fugue

Aperçu article L’Art de la Fugue
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
©École nationale de cirque

Prestation de l’École Nationale de Cirque

En entrant dans la Tohu, tous mes bons souvenirs de la place m’assaillaient : des dizaines de vélos à l’extérieur, des spectateurs tellement hipster qu’il est difficile de savoir s’il s’agit d’artistes avant la performance ou non et une effervescence contagieuse. Comme à l’habitude, un artiste se promène dans la salle, étant ici un clown minimaliste empilant des chaises comme des dominos.

Mais chut, le spectacle commence.

Toutes les chaises tombent, et les artistes déferlent sur l’estrade circulaire, prenant chacun une chaise en courant, et vont se placer en arrière de l’estrade, comme s’ils allaient assister aussi au spectacle.

La première scène présente un jeune homme, Baptiste Clerc, et une lampe dans un noir total, donnant un bel effet, un peu comme le leurre d’une baudroie dans les profondeurs des abysses. Il joue avec la lumière suspendue par une corde, grimpe à sa rencontre sur le mat contre lequel il se tenait, et nous surprends avec ses acrobaties impressionnantes. La musique mélancolique donnait un air surréel à cette image.

Décidément, ce spectacle débute sur un bon pied.

Puis, une série de scènes disparates suivirent, alternant diverses disciplines du cirque. Diabolos, équilibrisme, trapèze, sangles, cordes lisse, roue allemande, et bien d’autres dans un panorama étonnant. La majorité de ces tableaux étaient entrecoupées par la performance d’un clown, Aaron Marquise, faisant rire la salle d’un humour parfois douteux. Une scène où il était difficile de savoir si on devait rire ou s’insurger était lorsqu’il prenait le thé avec 3 poupées de bébés et en frappait un qui ne savait pas qui était Adèle. Dans tous les cas, il a réussi à être drôle un bon 20 % du temps, mais plusieurs de ses scènes trainaient en longueur et ne puisaient guère plus qu’un petit éclat de rire parsemé de la salle. Pour illustrer mon point, le trapéziste barbu, Elvind Overland, et l’artiste aux cheveux fou pirouettant sur des chaises, Charlie Mach, ont su faire rire l’audience bien d’avantage.

Capture

Également, la performance des acrobates eux-mêmes n’était pas d’un calibre époustouflant. Bien entendu, il faut se rappeler que la majorité des artistes sont jeunes, terminant leur éducation à l’École Nationale du Cirque. Mais disons seulement que le manque d’expérience était visible, spécialement en comparaison avec des équipes plus solides, comme les 7 doigts de la main, ou le Cirque du Soleil (ce qui est tout à fait normal). Malgré tout, plusieurs moments m’ont fait retenir mon souffle, ou japper une exclamation surprise.

Enfin, l’atmosphère du spectacle. La musique, la lumière, l’ambiance. D’avantage que la performance moyenne des artistes, c’est ce point qui a fait baisser mon opinion total de cette expérience. Tenter d’être drôle avec du maquillage, des simagrées et des actes comiques est en effet plus difficile lorsque la musique jongle entre des fugues au piano, de l’harmonica et de l’accordéon triste, et un violoncelle lugubre. Bien que ça nous transportait à une autre époque, ancienne, l’effet était une discordance marquée entre les actes sur la scène et l’ambiance projetée. De plus, le manque d’histoire, alternant simplement d’une scène découpée à l’autre, accentuait cette disparité. Sois-dit en passant, la scène finale était très belle, présentant Jason Brugger sur les sangles aériennes, accompagné d’une chanteuse qui donnait un air enchanteur à cette conclusion.

Par contre, cette impression en sortant d’un spectacle à la Tohu ne m’est pas familière. J’ai toujours été émerveillé et époustouflé par les performances s’y déroulant, et ne commencerai pas à recommander d’éviter une telle sortie. Les 22 $ par billets ne sont pas perdus, mais je suggère d’aller voir un autre spectacle à la place. Par exemple, « Les Étinceleurs », par Johanne Madore, semble excellent, et est en représentation jusqu’au 7 juin à la Tohu, tout comme l’Art de la Fugue.

Pour terminer, si le cirque, avec ses clowns, ses trapézistes barbus, ses jolies équilibristes, ses voltigeurs sculptés et ses jongleurs habiles vous intéressent, je suggère de ne pas attendre, et de se présenter à la Tohu pour une soirée dont vous vous souviendrez.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Bandes dessinées : XIII

30 janvier 2009

Comment reconnaît-on le succès d’une série de bande dessinée ? Et bien sans doute par sa longévité et sa popularité… XIII fêtera ses 25 ans en 2009. Malgré que le plus célèbre amnésique de la BD n’aie pas encore atteint les sommets de Tintin, d’Astérix ou encore de Snoopy, il pourrait cette année faire de nouveaux adeptes ! En effet, l’histoire de XIII a été portée, l’année dernière, aux écrans de télé en Angleterre,...

Les soirées Juste pour rire

15 mars 2013

Présentées tous les mercredis, au Café Campus, pour seulement 10$ ! Une bonne alternative quand on ne souhaite pas dépenser une fortune dans les galas Juste pour rire, mais qu’on est fan d’humour!   Le mercredi 13 mars 2013, François Bellefeuille a débuté la soirée en nous parlant un peu d’actualité. Le nouveau pape lui a volé son nom. François 1er! Ensuite, il essaie d’apprendre à mieux nous connaître en nous posant des questions du...

La seule rubrique qui prend soin de votre culture

5 novembre 2004

L'acteur américain David Hasselhoff a été condamné jeudi à suivre un programme de désintoxication de six mois après avoir été arrêté pour conduite en état d'ivresse en juin dernier. Le juge Elizabeth Lippitt l'a également condamné à une amende de 390 dollars, à des travaux d'intérêt général et à une suspension de permis de conduire. David n'a pas pris la peine de venir à l'audience. Il avait été arrêté en juin dernier avec un...