Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Purity Ring

Le retour attendu de Purity Ring à Montréal. Le 5 juin au Métropolis.

Le 5 juin prochain, Evenko vous convie au Métropolis pour le spectacle du duo canadien électro Purity Ring. Pour la somme de 24,50 $, vous pouvez assister à la seule représentation québécoise de leur tournée nord-américaine de leur plus récent album, Another Eternity.

Constitué de Megan James, au chant, et de Corrin Roddick aux synthétiseurs, le groupe originaire de l’Alberta roule sa bosse officieusement depuis 2010 sous différents pseudonymes cherchant et gagnant l’approbation du public, single par single. Il faut attendre 2012 pour leur première œuvre en tant que collectif Purity Ring. Shrines voit alors le jour. En 2013, le groupe a été nommé finaliste du Polaris Music Prize, récompensant le meilleur album canadien, grâce à ce premier opus, salué par les critiques nord-américaines. Depuis, ils sont reconnu mondialement et étiquetés sous le genre future-pop ou dream-pop, référence sans détour à leur production douce et entraînante aux allures rêveuses.

Comme nombre de jeunes artistes électro jouant sur des mélodies accrocheuses, Purity Ring décide de se lancer aussi dans le remix de succès internationaux. L’aventure est tentée mais pas réitérée. Sous leur ceinture : l’unique Applause de Lady Gaga. Ils produisent également des sons d’artistes hip-hop américains de renom tels qu’Ab-Soul ou Dany Brown et ont également déjà été repris par le légendaire DJ/homme-à-tout-faire britannique, Jon Hopkins, pour leur morceau Amenamy.

Purity Ring - Another Eternity

Another Eternity, la dernière réalisation du duo canadien

Dernièrement, en mars 2015, le groupe sort leur deuxième album, Another Eternity sous le label 4AD. Il s’agit tout de même d’une expérience nouvelle car c’est le premier album produit que le duo travaille ensemble, dans le même studio d’Edmonton, pour toute la durée de la production. Ce n’est donc pas un hasard si plusieurs critiques jugent l’album plus cohérent et plus mature dans son ensemble. L’évolution semble s’être faite sans trahir leur identité. Heureusement, car c’est leur son initial qui a gagné leur clientèle niche. Reste à confirmer ces belles choses aux Montréalais.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.