Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

On devient sourd!

Aperçu article On devient sourd!
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
© icons8.com

Un milliard de jeunes dans le monde risquent d’avoir des problèmes d’audition

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus d’un milliard de jeunes (âgé entre 12 et 35 ans) dans le monde risquent d’avoir des problèmes d’audition précocement. Il serait temps d’être armé de bouchons pour les oreilles quand on sort!

Le 3 mars est la Journée mondiale de l’audition. L’OMS en a profité pour publier un rapport sur la santé de l’ouïe dans le monde. Sa conclusion est que plus d’un milliard de jeunes (âgés entre 12 et 35 ans) dans le monde sont à risque de troubles auditifs qui ne sont pas dûs à des causes naturelles. À qui la faute? Il y a d’abord la musique qui sort des écouteurs chez les amateurs de musique. La liste continue avec les concerts, les boîtes de nuit, les événements sportifs, les discothèques, les restaurants et ses dérivés (par ex. pub et bars), où l’on peut souvent subir plus de 100 décibels!

Comment ça, des décibels?

Qu’est-ce que 100 décibels représentent? 100 décibels équivalent à une intensité sonore produite par un marteau piqueur. Et à 100 décibels, les dommages irréversibles peuvent survenir au bout de 15 minutes d’exposition continue. Mais les conséquences arrivent à retardement.

De plus, de nombreuses études dans les pays industrialisés et les pays à revenus intermédiaires montrent que la moitié des adolescents et jeunes adultes s’exposent presque quotidiennement à des niveaux sonores dangereux, c’est-à-dire au-delà de 75-85 décibels, comme par exemple 100 décibels! En guise de comparaison, une conversation émet environ 65 décibels. Quand on ne s’entend plus parler et qu’il faut crier, c’est évident que l’on est dans un environnement hostile pour l’ouïe.

Perte de l’acuité auditive, un deuil insoluble dans les oreilles d’un sourd

Les acouphènes (perception auditive de sifflement à perpétuité) empêchent évidemment une bonne concentration, un sommeil de qualité et la quiétude. Pire, la perte d’audition complique la vie sociale et professionnelle. Dans tous les cas, il n’y a pas de solution.

Prévention et recommandations

L’intensité sonore ne devrait pas dépasser 85 décibels pour 8 heures d’écoute. 85 décibels représentent le bruit de la circulation en heures de pointe, le bruit de tondeuse à gazon ou le klaxon de voiture.

Les actions préventives faciles à appliquer sont :
● Réduire le volume de leurs appareils audio
● Choisir de bons écouteurs qui peuvent couper le son ambiant. Avec une bonne qualité de son, on est moins porté à augmenter le volume.
● Faire des pauses
Lors d’un concert rock, d’une manifestation sportive ou tout autre lieu reconnu d’être bruyant :
● Se tenir loin des enceintes
● Porter des bouchons (Ridicule? Mais ce n’est pas une blague! La santé, c’est sérieux!)

Selon l’OMS, les gens doivent surveiller leur ouïe et faire des contrôles réguliers. De plus, il souhaite que les gouvernements imposent des réglementations strictes sur le bruit dans les lieux publics. Les employés des bars et des boîtes de nuit devraient avoir pleinement le droit de demander aux patrons de baisser le volume de la musique pour le rendre supportable, au nom de la sécurité et de la santé auditive. Au Québec, la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) en connaît sûrement un bail à ce sujet…

Qu’en est-il du niveau d’intensité du bruit subi par les usagers du métro? Faute de trouver l’information, il serait utile d’avoir une petite étude pour analyser l’intensité sonore subi sur le quai et dans le train du métro. Quoiqu’il en soit, je pense que je vais garder sur moi des bouchons pour les oreilles dans ma poche ou dans mon sac et les utiliser au moment opportun. Ainsi, je montre aux gens que je prends soin de ma santé auditive.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.