Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Christophe Guy

Actuellement, Christophe Guy est directeur générale de Polytechnique depuis deux mandats. Diplômé de Polytechnique pour un doctorat en génie chimique, il est resté dans un milieu de la recherche puisqu’il a encore un étudiant au doctorat.

Christophe Guy cherche à «bâtir sur les acquis» dans ce troisième mandat qu’il nous demande de lui accorder.

Son discours était très axé sur les étudiants, on y a entendu des sujets qui tiennent à cœur à l’AEP. Par exemple, M. Guy semble sensibilisé au problème de détresse psychologique. On retrouve plusieurs autres idées intéressantes pour Poly. L’augmentation du nombre de prof et de personnel de soutiens, l’augmentation du soutien pour les jeunes professeurs, et l’augmentation de l’offre en formation continu sont des exemples de propositions.  M. Guy veux aussi valoriser les résultats des recherches et encourager l’entreprenariat.

Pour mettre en œuvre ses projets, Christophe Guy propose de cibler le gouvernement fédéral et de continuer les efforts dans la campagne du Campus Montréal.  Des sources de revenues pourraient aussi être trouvé en formation continu  ou en implantant des programme de deuxième cycle professionnel. C’est ainsi qu’il espère nous «donner les moyens de nos ambitions».

Recherche fondamentale

Selon M. Guy il n’y a pas de différence entre la recherche appliqué et la recherche fondamentale. D’après lui, les chercheurs qui font de la recherche finissent toujours pas être obligé de faire de la recherche fondamentale pour arriver à une recherche appliquée.

Coupe en éducation

Lucide, Christophe Guy n’ose pas se prononcé quant aux coupes qui pourraient arriver. Il est décidé à y faire face et à trouver une bonne façon de faire rayonner Polytechnique malgré tout.

Impression personnel

J’admire beaucoup l’Université de Sherbrooke qui a réussi à adapter tous les programmes afin que les étudiants puissent faire plusieurs stages lors de leur cursus. J’aimerais que l’accès aux stages soit aussi facile dans notre cas. Par contre, la prestation de M. Guy me semble plus concrète. Venant du milieu, il a une bonne maîtrise des dossiers et pourra faire un travail efficace dès le début du mandat alors que M. Lachiver aura besoin d’une période d’adaptation. Ce sera à vous de décider entre un candidat habitué et fiable ou un candidat neuf qui arrive avec un vent de fraicheur.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.