Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un point sur la Vitrine étudiante

Je vais tenter de vous résumer l’histoire autour de la Vitrine sans m’emporter...

On en parle, les travaux font du bruit, elle revient toujours, c’est la Vitrine. Originellement prévue pour la rentrée d’août 2014, les travaux de la Vitrine traînent : les premiers services et comités n’ont emménagé dans leurs nouveaux locaux qu’à la mi-décembre.
Le Polyscope, pour son cas, a demandé au SDI de retarder son déménagement à la rentrée de janvier pour éviter d’avoir à faire ses boîtes pendant les finaux.
D’autres comités, moins chanceux, devront attendre début mars pour savourer leur nouveau chez eux.

La Vitrine est le résultat du réaménagement du foyer du 2ème étage, assuré par la firme Menkes Shooner Dagenais Letourneux Architectes (les mêmes à qui nous devons les Pavillons Lassonde et le Pavillon J.-Armand-Bombardier). Le but des travaux était de regrouper un grand nombre de comités et de services en un seul point. Concept très intéressant qui, on l’espère, donnera une bouffée d’air frais aux comités et attirera de nombreux curieux prêts à s’impliquer dans la vie étudiante.
L’idée de ce « point de rencontre » des comités n’est pas nouvelle : Isabelle Giles, la secrétaire de l’AEP, nous confie qu’à son arrivée en 1989, l’association étudiante étudiait déjà la faisabilité d’un tel projet. Ce n’est qu’en 2010 que des démarches concrètes ont été engagées, l’AEP et la direction de Poly posant leurs différentes envies et requêtes sur la table.

Certains comités sont assez mécontents du résultat, car se sentant lésés ou n’ayant pas leurs conditions respectées. En effet, ces comités se plaignent du manque d’écoute lors de l’élaboration des plans et des travaux, certains se retrouvant avec des locaux beaucoup plus petits que les anciens, ou n’ayant été prévenus de leur déménagement dans de nouveaux locaux que début décembre (les précédents exécs ne les ayant pas prévenus). D’autres détails, indépendants de la volonté de Polytechnique, viennent ternir le tableau. Comme l’a si bien décrié Francis à la page précédente, certaines parties du mobilier laissent à désirer : des tables déjà rayées avant l’arrivée des comités, des étagères à la finition douteuse, des positionnements de mobilier à revoir, etc.
Néanmoins, depuis début janvier, le SDI prend en compte les doléances des comités, et, sous la responsabilité de Marcin Nowicki, procède (efficacement, on peut le dire) à rectifier le tir. Donc oui, à notre arrivée la Vitrine n’était pas reluisante, mais chemin faisant, nos locaux seront à notre goût et nous nous approprierons notre nouveau « chez nous ».




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.