Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Chanson d’une rouspéteuse

Lisa Leblanc (celle qui chante «Ma vie c’est d’la marde») a une fameuse chanson qu’elle a nommée «Chanson d’une rouspéteuse». Inspirée, je vous fais ma propre version de ce concept.

La cigarette
Il n’y a rien au monde qui me dérange plus que l’odeur de la cigarette. C’est une odeur étouffante qui te donne l’impression que
tes poumons brûlent de l’intérieur (bon, j’exagère peut-être un peu
mais pas tant que ça). Quand j’étais petite, nous devions tous subir les odeurs nauséabondes dans les restaurants et les magasins.
Heureusement, les lois changent et c’est devenu de plus en plus difficile de trouver des endroits confortables pour fumer. En effet, l’interdiction de fumer dans les bâtiments publics oblige les fumeurs à aller dehors (sous la pluie, sous la neige) pour leurs «  moments de détente  ». Quelle bonne idée! C’est le genre de mesure qui semble avoir un impact sur la quantité de fumeurs au Québec. Par contre, certain trichaient en fumant entre les portes des lieux publics, considérant que ce n’était pas vraiment dans le bâtiment. PAF! Réaction du gouvernement : On empêche les fumeurs de s’approcher
de plus de 9 mètres avec une cigarette allumée. J’ai failli crier au miracle. Depuis, plusieurs panneaux ont été installés devant les portes des écoles pour spécifier cette loi. À ma grande surprise, il
semble encore difficile aux fumeurs de suivre cette règle et certains
fument directement à côté du panneau. Pour moi, c’est la preuve
irréfutable que le tabac est dangereux pour le cerveau puisqu’il
devient de plus en plus difficile pour les fumeurs de lire.

Les portes des toilettes 

J’en avais déjà parlé lors du Kapoté sur le Journal de Montréal. Pourtant, je n’ai pas vu de grands changements. Il est difficile (voir impossible) de fermer adéquatement la porte de plusieurs cabines. Je ne comprends pas pourquoi un dispositif aussi simple peut être un si grand désagrément pour tout le monde. Une grande partie du temps que nous passons à Polytechnique est  tressant (à pars quand tu viens faire un tour au Polyscope, ça c’est
toujours agréable). J’aimerais que le petit moment de détente que nous passons sur le « trône » ne soit pas gaspillé à tenir la porte pour ne pas être dérangé par une autre personne en quête d’un moment de soulagement. Heureusement, certaines portes trop  problématiques ont été modifiées, mais ce n’est vraiment pas suffisant. Pourtant, je ne peux pas croire que c’est un problème de budget! Bref, je désespère.

La voiturette à laver le plancher 

Les petites voitures qui servent à nettoyer les planchers de Polytechnique me tombent royalement sur les nerfs. Le vacarme que ces véhicules produisent est assourdissant et empêche toute conversation dans les lieux de rencontre. De plus, il est impossible d’étudier lorsqu’elles passent. Ce qui m’impressionne le plus, c’est le
nombre de passages qu’elles doivent effectuer pour nettoyer cette simple bande de plancher. Bien que je suis contente que l’École soit belle et propre, je trouve qu’il y a de bien meilleurs moments que d’autres pour passer la voiturette. Celles qui passent en plein milieu de la journée pour être certaines de déranger tout le monde sont assez désagréables à mon goût.

Bref, c’était ma Chanson d’une rouspéteuse. Par contre, j’aime beaucoup les lecteurs qui nous envoient leurs commentaires ou leurs critiques, c’est toujours apprécié de savoir qu’on est lu par
notre communauté!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Politique dentaire

3 novembre 2006

Voter pour un politicien, c’est un peu comme choisir un dentiste. Beaucoup font le choix, par habitude, sans trop se poser de questions. Pour les autres, excluant ceux qui ne votent pas, et qui puent de la gueule, c’est un choix régulièrement pénible et celui-ci doit être judicieux. Finalement, malgré toutes les vérifications et précautions prises, on espère toujours que ça ne fera pas trop mal. La différence avec les politiciens c’est qu’on sait...

La vie étudiante chamboulée

14 septembre 2007

Un événement des plus inattendus est venu troubler la routine quotidienne de notre vie étudiante. L’École Polytechnique renégocie la politique de distribution des boissons alcoolisées avec l’Association des étudiants de Polytechnique (AÉP). Une réunion est fixée pour ce vendredi 14 septembre, bien que l’école ait en vérité décidé de manière unilatérale d’adopter une nouvelle politique à la prochaine réunion de son conseil d'administration, soit le jeudi 20 septembre. Cette politique rappelons le, contient des...

Une rentrée originale

7 septembre 2007

Dastrrd… On a parlé de cet événement dans tous les médias du Québec, mais pour tout vous dire ça ne m’intéresse pas trop, surtout parce que le Journal de Montréal, qui a déclenché cette vague médiatique, n’est pas une référence dans le monde des journaux québécois. Reprenons les faits, lors de la semaine d’initiation traditionnelle de l’École Polytechnique, le comité organisateur prépare une « beuverie » se déroulant à l’extérieur de Montréal au fin...