Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ponctualité idéologique

Aperçu article Ponctualité idéologique
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Photo © theatredaujourdhui.qc.ca

«Une femme, quand c’est plus fourrable, quessé qu’on fait avec ça?» demande Danièle Panneton en s’adressant à une paire d’espadrilles de grande taille posée à l’avant de la scène.

« Une femme, quand c’est plus fourrable, quessé qu’on fait avec ça? » demande Danièle Panneton en s’adressant à une paire d’espadrilles de grande taille posée à l’avant de la scène. L’audience rit, de par la justesse des mots certainement, car une question apporte parfois plus de sens que sa réponse. Le questionnement donne le ton à la pièce Je ne suis jamais en retard qui évolue autour de combats, de doutes et d’angoisses déchargés par six comédiennes et sept auteures sur les planches du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Initiée par Lise Roy, cette œuvre au féminin se veut en continuité avec le projet théâtral La nef des sorcières dirigée par Luce Guilbault en 1976 au Théâtre du Nouveau Monde qui, sous forme de monologues, cherchait à donner la parole aux femmes dans l’expression de leurs pensées profondes. Ici, c’est à grand coup de poésie qu’on assiste à l’actualisation de ce discours qui demeure pertinent, quoi qu’on en dise, dans ce monde où de jeunes écolières se font kidnapper pour avoir joui de leur droit à l’éducation et où des femmes, victimes d’un viol, sont lapidées sur la place publique pour adultère.

D’un point de vue scénographique, les textures et la lumière s’intègrent sobrement aux mots aériens qui stimulent la réflexion et l’imagination. Ainsi, parce que ça parle de femmes, mais d’hommes aussi, de maternité et de mort, de religions et de célébrité, de vieillissement et de corps, de contradictions et de nuances, d’amour et d’impuissance : à voir par tous.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Petite note : Ballet du Grand Théâtre de Genève

13 février 2009

Le peu de publicité effectuée ainsi que le manque de cordialité de l’attaché de presse nous ont empêché de vous communiquer à temps un évènement d’une grande importance culturelle: 3 représentations par le Ballet du Grand Théâtre de Genève. Soyez à l’affût de leur prochaine visite à Montréal puisqu’il s’agit d’une compagnie de ballet absolument extraordinaire, qui nous a livré le 5,6 et 7 février une spectacle incroyablement prodigieux. Je reste véritablement sans mot...

Sumi Jo chante le bel canto

5 septembre 2008

Contrairement aux concerts habituels (opéras, requiem, concertos), le concert présenté le 20 août 2008 par l’Orchestre Symphonique de Montréal (OSM) consistait en une sélection d’airs allant d’une symphonie à l’ouverture d’un opéra. Cette diversité d’airs permettait de proposer un éventail de prouesses techniques de la cantatrice Sumi Jo. Les airs choisis étaient des bel canto, soit des airs écrits pour mettre en valeur la virtuosité vocale de l’interprète. Le concert débute par la Symphonie...

Musique…

23 février 2007

Les Frères Goyette Minimiser les dégâts (Indépendant / 2007) par Vincent Bouverat Le 10 mars, les Frères Goyette lanceront au Petit Campus leur deuxième disque « Minimiser les dégâts », un disque absurde, drôle, country, rock, folk, comme Vos yeules, on chante, leur premier. À les entendre, on s’imagine facilement une « gang » de gars de bois habillés en chemise à carreaux, légèrement déficients intellectuellement, qui parlent de pêche, de culottes «...