Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Moussorgski et Rachmaninov

Dans le cadre des «Grands concerts du Mardi», l’OSM dirigé par le chef d’orchestre Juraj Valcuha a présenté le concert Moussorgski et Rachmaninov.

Ce concert était composé de trois pièces différentes. La première, « Une nuit sur le mont Chauve » de Moussorgski est une pièce assez connue du répertoire romantique qui raconte une légende où des sorcières et des démons allaient danser sur une montagne près de Kiev avant d’y faire une grande orgie.  L’interprétation de l’OSM est excellente, le jeu des nuance était impressionnant, on y retrouvait une quantité de textures différentes qui ont rendu l’atmosphère très intéressante. J’ai trouvé cette pièce bien réussi dans l’ensemble, on y retrouvait tout le côté Halloween de la pièce originale sans tomber dans l’excès.  La deuxième pièce, « Concerto pour violon » de Szymanowski était assez étrange. Comme l’a si bien exprimé mon voisin de siège à la fin de la représentation : « J’aime la virtuosité mais là j’ai rien compris » et effectivement, c’était à ne rien y comprendre!  La pièce était d’une difficulté impressionnante, le pauvre soliste, Christian Tetzlaff, a été torturé en avant pendant une vingtaine de minutes.  Les notes aigues se succédaient dans un rythme rapide et impressionnant duquel le violoniste s’est sorti avec brio.  Par contre, l’exploit n’a pas compensé pour la pièce étrange où les rythmes et les notes se succédaient sans ordres apparent et où la mélodie se perdait complètement dans le jeu rythmique de l’orchestre. J’ai donc été déçue du choix musical malgré la qualité des musiciens. Finalement, le concert s’est terminé avec « Danses Symphoniques » de « Rachmaninov », une pièce beaucoup plus accessible et agréable. J’ai beaucoup aimé cette longue pièce assez variée où le compositeur s’est visiblement beaucoup amusé.  La pièce est tout en contrastes avec des bouts assez calmes et répétitifs jusqu’à une surprise totale en tambours et trompettes! Le concert se finissait dans un coup de canon impressionnant qui laissait le spectateur au bout de sa chaise.

Dans l’ensemble j’ai beaucoup aimé cette représentation. Je suis toujours surprise de la qualité des musiciens qui performent à la maison symphonique qui est, d’après moi, une grande richesse Montréalaise. Je vous rappelle que vous n’avez pas besoin d’attendre d’être riche pour pouvoir assister à un concert de la maison symphonique. Il est possible d’acheter des billets à l’avance dans les cœurs pour la modique somme de 40$.  Je vous encourage fortement à en profiter.

Articles similaires

Lancement du second numéro hors-série culturel

25 juillet 2009

Nous sommes heureux de vous présenter la deuxième édition du projet estival du Polyscope, spécialement consacrée aux évènements culturels de Montréal pendant l’été (concerts, entrevues, festivals...). Dans ce numéro, vous pourrez lire des compte-rendus du Festival de Jazz et du Virgin Festival, en plus d'un retour sur les célébrations de la fête de la St-Jean. En musique, un tour d'horizon de Clues à Behemoth en passant par Subhumans et en entrevue, Cœur de Pirate....

Masalacism & Mr OK

6 juin 2010

Des nouvelles de nos amis de Masala, à l'antenne de CISM, et de leur netlabel dont le lancement officiel sera célébré le 12 juin prochain au Métropolis, dans le cadre des FrancoFolies. La soirée mettra en vedette Mr OK et Boogat en plus des animateurs Bendude, ECP, Jeune Premier et Valeo, et l'entrée est gratuite. Entrevue des animateurs de l'émission sur le site The Fader en plus d'une sélection d'extraits musicaux. Entrevue de Mr...

Mouvements Mécaniques

12 septembre 2008

Elèves de Polytechnique et de l’UdeM, ne tombez pas dans un monde où les machines régissent les personnes, où chaque seconde apporte son lot perpétuel et sans fin de routines aux engrenages automatisés. Soyez ingénieux, imaginatif, passionnés, car un monde sans vie demeure triste et morne. «Mouvements mécaniques, parce qu’on s’est autoconsommés.» Cette phrase résume assez bien l’esprit de l’exposition de photographie présentée en août dernier à la Société des Arts Technologiques (SAT, métro...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Comment brutaliser une Maison de la Culture

12 mars 2010

Les mots « show de heavy métal gratuit », lorsque présentés dans cet ordre, sont capables de m’emplir d’une incomparable vague de scepticisme. En général, on s’attend à ce genre de prestation de la part d’un groupe débutant, tentant de se faire un nom. Vous imaginerez ma surprise, sexy lecteurs, lorsque j’appris que le groupe québécois Les Ékorchés allait justement présenter un tel évènement. J’ai déjà, dans une précédente itération de mes chroniques sur-testostéronées, glissé...

Retour sur la Nuit blanche

20 mars 2015

Le samedi, 28 février dernier se clôturait le 16ème festival de Montréal en lumière avec la 12ème édition de la Nuit blanche de Montréal! Comme le veulent les différents directeurs du festival, c’est chaque année une nouvelle surprise pour les festivaliers. Parmi les attractions les plus connues, on pourra notamment citer la glissade urbaine. La grande roue était également présente. On pourra également citer la glissade pour enfant dans la zone commanditée par le Lait....

The head and the Heart, une performance merveilleuse.

3 avril 2014

Un spectacle pleins de surprises C’est au théâtre Corona, une nuit douce, que je suis allé voir la prestation de The Head and the Heart. En entrant, on a l’impression d’arriver au-devant d’une scène destinée à des spectacles du 18ème siècle, grâce au décor antique et surréaliste. L’air dessine des volutes tourbillonnant au gré de la foule, baignant dans la fumée carbonique. La majorité des mâles de l’assemblée, tous entre 20 et 35 ans,  abordent...