Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Moussorgski et Rachmaninov

Dans le cadre des «Grands concerts du Mardi», l’OSM dirigé par le chef d’orchestre Juraj Valcuha a présenté le concert Moussorgski et Rachmaninov.

Ce concert était composé de trois pièces différentes. La première, « Une nuit sur le mont Chauve » de Moussorgski est une pièce assez connue du répertoire romantique qui raconte une légende où des sorcières et des démons allaient danser sur une montagne près de Kiev avant d’y faire une grande orgie.  L’interprétation de l’OSM est excellente, le jeu des nuance était impressionnant, on y retrouvait une quantité de textures différentes qui ont rendu l’atmosphère très intéressante. J’ai trouvé cette pièce bien réussi dans l’ensemble, on y retrouvait tout le côté Halloween de la pièce originale sans tomber dans l’excès.  La deuxième pièce, « Concerto pour violon » de Szymanowski était assez étrange. Comme l’a si bien exprimé mon voisin de siège à la fin de la représentation : « J’aime la virtuosité mais là j’ai rien compris » et effectivement, c’était à ne rien y comprendre!  La pièce était d’une difficulté impressionnante, le pauvre soliste, Christian Tetzlaff, a été torturé en avant pendant une vingtaine de minutes.  Les notes aigues se succédaient dans un rythme rapide et impressionnant duquel le violoniste s’est sorti avec brio.  Par contre, l’exploit n’a pas compensé pour la pièce étrange où les rythmes et les notes se succédaient sans ordres apparent et où la mélodie se perdait complètement dans le jeu rythmique de l’orchestre. J’ai donc été déçue du choix musical malgré la qualité des musiciens. Finalement, le concert s’est terminé avec « Danses Symphoniques » de « Rachmaninov », une pièce beaucoup plus accessible et agréable. J’ai beaucoup aimé cette longue pièce assez variée où le compositeur s’est visiblement beaucoup amusé.  La pièce est tout en contrastes avec des bouts assez calmes et répétitifs jusqu’à une surprise totale en tambours et trompettes! Le concert se finissait dans un coup de canon impressionnant qui laissait le spectateur au bout de sa chaise.

Dans l’ensemble j’ai beaucoup aimé cette représentation. Je suis toujours surprise de la qualité des musiciens qui performent à la maison symphonique qui est, d’après moi, une grande richesse Montréalaise. Je vous rappelle que vous n’avez pas besoin d’attendre d’être riche pour pouvoir assister à un concert de la maison symphonique. Il est possible d’acheter des billets à l’avance dans les cœurs pour la modique somme de 40$.  Je vous encourage fortement à en profiter.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.