Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

The Graduate

Aperçu article The Graduate

La nouvelle perle du Centre Segal!

Basé sur le roman de Charles Webb, The Graduate, et sur l’adaptation originale de théâtre de Terry Johnson, cette oeuvre a même donné naissance à un film à succès, le film du même nom réalisé par Mike Nichols avec Dustin Hoffman, Anne Bancroft et Katharine Ross en vedette. Cette pièce moderne allie références et valeurs des versions originales avec beaucoup d’humour, tant textuel que physique. Un jeune étudiant brillant, Benjamin Braddock, se laisse séduire par la femme de l’ami de son père, Mme Robinson… Avant de tomber amoureux de sa fille, Elaine. Une histoire d’amour peu orthodoxe et semée d’embuches prend alors son envol.

10668631_10154632735060492_424983679_n

L’importance de la musique est capitale dans cette adaptation théâtrale d’Andrew Shaver. En effet, tout au long de la pièce, deux chanteurs-guitaristes performent à quelques moments dans la pièce, surtout entre les scènes, donnant un rythme agréable à la pièce et guidant les émotions des spectateurs.

Dans ce récit tordu, Benjamin essaie de trouver sa place, de prendre des décisions qui vont le définir. Cependant, il reste un jeune homme, il se cherche encore et a plus de doutes que de certitudes. On le voit faire des erreurs et essayer de se rattraper, au grand dam de ses parents qui ne savent jamais ce qui leur est tombé dessus.

À part l’humour absurde qui survient à certains moments dans la pièce, ce qui séduit l’audience c’est l’histoire d’amour improbable entre les jeunes adultes. On assiste à la transformation des deux personnages qui, au départ, n’ont rien en commun. On pouvait qualifier benjamin de hautain, d’intellectuel et nihiliste. Elaine, elle, est beaucoup moins brave. Elle est peureuse, docile et ne se rebelle jamais contre ses parents. Le premier, qui voyait la vie comme une mauvaise farce commence à l’apprécier grâce à Elaine. Celle-ci finit aussi par changer, elle prend son courage à deux mains et fait face à ses parents avec la ferme intention d’écrire elle-même son destin.

Cette nouvelle production du Centre Segal s’avère être un vrai régal. L’humour et le sens du spectacle semblent toujours être une priorité dans cet établissement qui se bâti une très bonne réputation dans la métropole.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.