Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

What So Not des nôtres

Le duo australien performe au Belmont

C’est le mercredi 13 août que le groupe australien What So Not se produisit devant les montréalais réunis au Belmont. Porté en partie par le succès de la star mondiale de l’électro, Flume, ce duo, dont Emoh Instead est l’autre moitié, allie mélodies Hip-Hop remixées et Trap (mélange de techno et de rap) très populaire à Montréal. Le succès commun des deux DJs est également en grande croissance.

Ce n’est pas en terrain inconnu que Flume s’aventure puisqu’il était des nôtres au festival de musique Osheaga. La performance du Belmont est cependant différente de celle des festivals, eux qui sont plus axés sur les albums et les morceaux «crowd-pleasers» plutôt que sur l’aspect expérimental ou simplement plus osé. De plus, la star australienne donne plusieurs spectacles par année dans la métropole québécoise. Après un spectacle en juillet annulé, la ferveur de leur bassin de fans montréalais ne s’est qu’accrue.

En première partie, la DJ ontarienne Vilify s’est démarquée en ouvrant le bal de manière très énergique. Très axé sur le Hip-Hop et sur le gangsta rap des années 90, ce son était dédié à faire bouger les masses. Le résultat était là, les spectateurs se bousculaient violemment dans l’enceinte du minuscule Belmont. Supportable voire agréable pour certains ou dérangeant pour d’autres. Les soirées électros au Belmont ne sont pas pour tous. C’était néanmoins rafraichissant de voir une DJ performer autant dans un monde composé presqu’exclusivement d’hommes.

Particularité de ce duo, Flume et Emoh Instead produisent leur son, mais ce n’est que Emoh Instead qui performe sur les platines. Plusieurs fans de Flume ont été déçus dans un premier temps, mais Emoh Instead a prouvé qu’il ne faisait pas office de figurant. Les morceaux de What So Not suivis de ses compositions personnelles ont conquis les amateurs du genre.

Pour le prix (18$) et l’ambiance déjantée, cette performance était une vraie aubaine. Pour les fans du groupe : le duo n’a pas encore annoncé leur prochaine sortie montréalaise, mais vu la fréquence de leurs arrivées, fort serait à parier que le prochain temps d’attente sera assez faible… Et celui d’après aussi.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+