Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Carmina Burana : Un chef d’oeuvre de l’OSM

40000 personnes sont d'accord

Comme toutes les performances de l’OSM, Carmina Burana, présenté jeudi le 14 aout à l’esplanade du Parc Olympique, s’annonçait grandiose. Pas moins de 1500 choristes amateurs interprétaient cet opéra d’une heure, dirigée par Kent Nagano, bravant un froid digne de la planète Hoth. 40 000 spectateurs étaient présents pour assister à ce spectacle gratuit, illuminé par les 10 000 bâtons lumineux que Air Canada a distribué à la foule. Deux colonnes de hauts-parleurs s’assuraient que chacun entendait la voix des choristes et musiciens, au plaisir de la foule.

Enfin, il me faut manifester mon émerveillement face aux artistes et musiciens, qui ont su jouer de la musique merveilleuse malgré des doigts qui étaient certainement engourdis par un froid étonnant. Malgré tout, ils ont su nous tirer de nombreux frissons, pas nécessairement dû au froid.

o-OSM-STADE-OLYMPIQUE-facebook

Kent Nagano dirigeait la section principale, et 3 autres chefs de chœur dirigeaient en même temps les autres choristes, regardant attentivement chacun des mouvements de K. Nagano pour les copier. Oui, ils auraient pu mettre trois télévisions qui retransmettraient le chef d’orchestre aux autres choristes, mais apparemment, une source peu fiable nous a indiqué que Kent avait piqué une colère quand il s’était fait proposer l’idée, disant qu’il « ne pouvait y avoir qu’un seul Kent Nagano ». Malgré tout, la synchronicité des différentes sections de ce chœur gigantesque s’est bien faite.

Mais bon, qu’en es-t-il de l’opéra en tant que tel?

Personnellement, j’ai trouvé le début et la fin merveilleuse. Électrique. Et tout le reste plutôt fade. En effet, l’ouverture de Carmina Burana, « O Fortuna »,  est employée dans de nombreux films et trailers, et ce n’est pas pour rien. L’opéra est en vieil allemand, latin, et provençal, donc légèrement difficile à comprendre. Et pour cause, les poèmes ayant inspirés l’opéra ont été écrits autour du 13ème siècle, découvert au 18ème, et organisés en opéra en 1936, par Carl Orff. Charles Lafortune et Marc Hervieux nous introduisaient parfois aux thèmes de l’opéra, tantôt comiques, tantôt romantiques, passant par des chansons à boire et des odes spirituels.

J’ai été impressionné par les chanteurs, tant par les amateurs que les professionnels, et j’ai ultimement beaucoup aimé ma sortie.

L’OSM a fait de nombreux spectacles gratuit tout au long de l’été. Que vous aimiez ou non la musique classique, je vous suggère fortement de visiter un de leur concerts.

BvCXPUCIEAAD6Es.jpg large

 

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.