Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’attente est terminée!

Début de la 9e édition d'Osheaga

Le vendredi 1er août 2014, pour l’occasion de sa neuvième édition, le festival montréalais Osheaga a ouvert ses portes aux dizaines de milliers de détenteurs de billets venus de partout à travers le Canada pour baigner dans l’ambiance décontractée et cosmopolite de la métropole québécoise. L’engorgement annuel de l’île Ste-Hélène pris place immédiatement.

Comme à chaque année, Osheaga se fait un devoir de ramener des artistes rap/hip-hop de haut calibre. Le rappeur Childish Gambino remporte surement la palme de l’artiste le plus énergique du vendredi. Peu vêtu et en mode épileptique, il n’a certainement laissé personne indifférent. Pusha T, quant à lui, nous a fait goûter à son gangsta rap, agressif mais facile d’écoute. Il a aussi joué quelques collaborations connues avec Kanye West qui ont été couronnées de succès, au grand plaisir des fans du genre.

Childish Gambino

Les deux groupes dansants de la journée ont été Chromeo et Foster the People. Auto-proclamés les Funk Lordz, le duo montréalais Chromeo a fait dansé le public en lui donnant toutefois un arrière-goût old-school 80s. Le collectif indie californien Foster the People n’en était pas à sa première performance dans la belle province. Cependant, c’est bien la première fois qu’ils furent accueillis ici en héros et que les montréalais chantaient tous leurs hits à tue-tête.

Chromeo

Pour les amateurs de musique électronique, la scène Piknic Électronik était LE rendez-vous de la journée. Peu de déçus avec des noms tels que Skrillex, Bro Safari, Ryan Hemsworth, Odesza et l’artiste australien Flume considéré par plusieurs critiques comme l’artiste montant par excellence dans le monde de l’électronique. Le montréalais Jacques Greene s’ajoute à cette liste satisfaisante.

Le groupe référence de hip-hop américain, Outkast ont clos la première journée chargée du festival. Les vieux de la vieille, André 3000 et big Boi, réunis peut-être pour une dernière fois sur scène, n’ont pas lésiné sur les moyens. Costumes flamboyants, groupe de musique excellent à l’accompagnement, sans oublier leurs extravagances habituelles de scène. Outkast a fait du Outkast. Les classiques tant attendus tels que Hey Ya ou Roses pouvaient être entendus à des kilomètres tant la foule les connaissait par cœur. L’ambiance était festive et on ne voulait rien de moins pour terminer la première journée.

André 3000

 

Mots-clés : Osheaga (12) vendredi (2)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+