Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le Los Angeles Philharmonic à l’OSM

Au programme: Tchaïkovski et Corigliano.

En tournée en Amérique du Nord, l’Orchestre Philharmonique de Los Angeles (OPLA) était l’invité de la Maison Symphonique de Montréal le temps d’une soirée mémorable.

Au programme, la Symphonie N°1 de Corigliano (1989) et la Symphonie N°5 de Tchaïkovski, deux oeuvres très différentes tant au niveau de l’origine géographique du compositeur que du mouvement musical associé.

La première, composée par le new-yorkais John Corigliano est résolument contemporaine: l’orchestration dans laquelle les cuivres ont une position importante ainsi que les nombreuses dissonances l’inscrivent dans ce mouvement. La symphonie  a entre autres été écrite pour des artistes et amis du compositeur morts du SIDA. On ressent effectivement beaucoup de pathos dans cette oeuvre et les passages où le piano joue en coulisses pour évoquer son ami pianiste disparu sont particulièrement émouvants. Le tout est globalement assez torturé et cacophonique mais la direction de Dudamel en fait un objet finalement digeste et certains passages dans lesquels tout l’orchestre vibre littéralement à l’unisson sont extrêmement saisissants.

Dudamel_Market brochure_cr Mathew Imaging

Gustavo Dudamel, jeune chef d’orchestre Vénézuélien de l’OPLA, a reçu une véritable ovation.

Inutile de présenter Tchaïkovski, illustre figure du romantisme lyrique. La Symphonie N°5 est, nous dit-on, l’une des douze symphonies les plus jouées. Cepandant, il ne faut surtout pas en déduire qu’elle est aisée à interpréter. Écrite sous le signe de la providence et du destin, elle fut composée par le musicien russe alors que pesqient sur lui de graves soupçons d’homosexualité (peut-être est-ce le lien subtil qui relie les deux oeuvres ?).

Le concert s’est clos sur une véritable standing ovation pour les musiciens et surtout pour son jeune chef d’orchestre vénézuélien Gustavo Dudamel. C’était probablement un triomphe comme je n’en avais jamais vu à l’OSM. Sous les hourras extatiques du public, le rappel s’imposant et c’est avec un bonheur non feint que l’orchestre a interprété la Polonaise de Tchaïkovski.

Mots-clés : osm (19)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Lettre ouverte de Poirier au maire de Montréal

14 avril 2010

Lettre de Ghislain Poirier au maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, concernant le désormais célèbre incident de la SAT du mois dernier: http://www.poiriersound.com/2010/04/13 En espérant que cette lettre parvienne à trouver un écho ailleurs que parmi les cercles de gens déjà au courant de cet évènement. Peut-être que l’intervention de Poirier saura attirer l’attention de quelques médias « traditionnels », qui ont toujours la capacité de faire circuler la nouvelle. Mises à jour :...

Atelier de l’ÉNC et nouveau spectacle à la TOHU

23 octobre 2009

La fin de semaine passée, l’École nationale de cirque présentait En plein corps. Sous la direction d’Estelle Clareton, six diplômés de l’École nationale de cirque ont participé à cet atelier de création. L’objectif de l’atelier est de faire vivre à un collectif de jeunes artistes de cirque l’expérience complète de la création d’une œuvre de cirque contemporain sous la direction d’un concepteur et metteur en piste. Ce spectacle est donc la récolte d’idées qui...

En entrevue : Robert Trujillo, Metallica

2 octobre 2009

Metallica était de passage à Montréal les 19 et 20 septembre dernier dans le cadre de la tournée nord-américaine pour la promotion de leur dernier album : {Death Magnetic. Ce 9e opus était très attendu après la déception provoquée par la direction artistique prise par le groupe au cours des 6 dernières années (notamment la phase St-Anger). Mais les quatre cavaliers ont su revenir dans le droit chemin pour nous offrir des compositions dignes...