Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Entrevue avec des élèves partis en échange

Aperçu article Entrevue avec des élèves partis en échange
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Paul, en échange à New Delhi

Cette année, près de 150 élèves de Poly sont partis en échange au travers le monde

Cette année, près de 150 élèves de Poly sont partis en échange au travers le monde, parmi plus de 200 destinations offertes par le SEP.
Entrevue avec Éloïse Edom, Didier Nadeau et Paul de Saint André qui rentrent de leur session à l’étranger :

 

Le Polyscope : En quelle année et quel génie êtes-vous?

Éloïse : Salut! Je m’appelle Éloïse. Je suis en troisième année de génie mécanique.

Didier : Moi, c’est Didier et je suis en troisième année en génie physique.

Paul : Et moi Paul, en troisième année en génie civil.

 

P : Quand et où êtes-vous partis en échange?

D : Lors de ma cinquième session à Polytechnique, en automne 2013. Je suis allé à la Kungliga Tekniska högskolan (KTH) à Stockholm, en Suède.

P : Pendant ma quatrième session, à New-Delhi, en Inde.

É : Je suis partie à la session d’automne 2013. J’ai choisi de partir en Amérique du sud, plus précisément, en Argentine. L’université qui m’a accueilli se trouve à Buenos Aires, la capitale.

 

P : Qu’est-ce qui vous a surpris à votre arrivée?

É : L’architecture. Les bâtiments et les maisons rappellent beaucoup le style européen. À certains endroits, on se croirait en France ou en Espagne.

P : En premier c’était la météo, je suis arrivé en pleine mousson, l’humidité, la pluie et la chaleur, c’était dur! Et juste après j’étais surpris par la curiosité des étudiants de l’Université.

D : Dans mon cas, la première surprise a été d’apprendre que mes bagages se sont perdus en chemin. Mais ça s’est arrangé rapidement.

Didier et les aurores boréales dans le nord de la Suède

Didier et les aurores boréales dans le nord de la Suède

P : Quelle est la principale différence avec le Québec?

P : Il y a des gens extrêmement riches, et des gens terriblement pauvres, il n’existe pas vraiment de classe entre les deux, mais c’est amené à changer.

É : En y réfléchissant, je dirais à peu près tout. Par exemple, la plupart des gens parlent vraiment fort et s’expriment avec beaucoup de gestes. Au début je me suis sentie agressée, mais après je m’y suis habituée.

D : Malgré que la Suède soit un pays nordique, il n’a pas fait très froid durant mon séjour. En effet, puisque Stockholm est situé près de la mer, le climat y est doux. De plus, l’architecture est très dépaysante et la langue est très différente du français.

 

P : Qu’est-ce que vous avez aimé de votre pays d’accueil?

D : La Suède est un très beau pays avec de nombreux endroits pour faire du plein air. J’avais notamment un lac naturel à moins de 20 minutes de ma résidence, et je suis allé visiter l’arctique suédois.

P : Ce pays m’a permis de prendre du recul sur mes origines, ma culture et sur moi-même. J’ai découvert de nouvelles choses que j’appréciais et l’Inde prouve que l’argent ne fait pas nécessairement le bonheur.

É : J’ai beaucoup apprécié la chaleur des gens et la nourriture. Les argentins ont pour tradition de faire un « asado », un peu comme un barbecue, tous les dimanches. Et il m’est arrivé plusieurs fois que quelqu’un que je venais à peine de rencontrer m’invite à ce repas.

 

P : Qu’est-ce que vous avez moins aimé de votre pays d’accueil?

P : Le confort n’était pas toujours au rendez-vous, ça devenait parfois difficile.

D : Stockholm est une très belle ville, mais la vie y coûte plutôt cher, ce qui fait en sorte que les logements abordables peuvent être assez loin de la ville.

É : La ponctualité n’est pas leur point fort. Les bus passent de manière assez aléatoire dans le temps et même les professeurs ont des horaires élastiques.

Paul, en échange à New Delhi

Paul, en échange à New Delhi

P : Avez-vous voyagé pendant votre échange?

D : Oui, j’ai visité le nord de la Suède ainsi que plusieurs villes européennes (telles que Berlin, Dublin, Amsterdam, Varsovie, Bruxelles). J’ai profité du faible coût des billets d’avion pour plusieurs destinations.

É : J’ai plutôt visité la ville, qui est d’ailleurs énorme. Il y vraiment beaucoup d’activités culturelles gratuites, des concerts, des festivals, en particulier le festival de Tango qui est un incontournable.
J’ai quand même été quelques jours en Uruguay. Un pays assez tranquille avec de grandes et belles plages.

P : J’ai voyagé tous les week-ends de mon séjour, en Inde du Nord et au Népal, principalement.

 

P : Un conseil pour les élèves de Poly qui pensent partir en échange?

P : N’ayez pas peur de partir, ce sera une des expériences les plus enrichissantes de votre vie.

É : Je conseillerais de faire des économies avant de partir afin de pouvoir profiter à fond du pays d’accueil et peut-être aussi des pays alentours. De plus, il faut avoir l’esprit ouvert pour apprécier les nouvelles expériences qu’offre un échange.

D : Il s’agit d’une opportunité incroyable, profitez-en au maximum pour découvrir le pays et voyager!

 

Vous pouvez lire les aventures de Paul sur www.all-is-true.tumblr.com

 

Pour voir le point d’élèves étrangers en échange à Poly, c’est par ici!

Abeille SEP

Le Service aux étudiants de Polytechnique (SEP) offre différents programmes d’échanges internationaux qui permettent au étudiants d’effectuer un ou deux trimestres d’études à l’extérieur du Québec dans l’un des établissements partenaires au Canada ou dans un autre pays.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.