Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Entrevue avec des élèves partis en échange

Aperçu article Entrevue avec des élèves partis en échange
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Paul, en échange à New Delhi

Cette année, près de 150 élèves de Poly sont partis en échange au travers le monde

Cette année, près de 150 élèves de Poly sont partis en échange au travers le monde, parmi plus de 200 destinations offertes par le SEP.
Entrevue avec Éloïse Edom, Didier Nadeau et Paul de Saint André qui rentrent de leur session à l’étranger :

 

Le Polyscope : En quelle année et quel génie êtes-vous?

Éloïse : Salut! Je m’appelle Éloïse. Je suis en troisième année de génie mécanique.

Didier : Moi, c’est Didier et je suis en troisième année en génie physique.

Paul : Et moi Paul, en troisième année en génie civil.

 

P : Quand et où êtes-vous partis en échange?

D : Lors de ma cinquième session à Polytechnique, en automne 2013. Je suis allé à la Kungliga Tekniska högskolan (KTH) à Stockholm, en Suède.

P : Pendant ma quatrième session, à New-Delhi, en Inde.

É : Je suis partie à la session d’automne 2013. J’ai choisi de partir en Amérique du sud, plus précisément, en Argentine. L’université qui m’a accueilli se trouve à Buenos Aires, la capitale.

 

P : Qu’est-ce qui vous a surpris à votre arrivée?

É : L’architecture. Les bâtiments et les maisons rappellent beaucoup le style européen. À certains endroits, on se croirait en France ou en Espagne.

P : En premier c’était la météo, je suis arrivé en pleine mousson, l’humidité, la pluie et la chaleur, c’était dur! Et juste après j’étais surpris par la curiosité des étudiants de l’Université.

D : Dans mon cas, la première surprise a été d’apprendre que mes bagages se sont perdus en chemin. Mais ça s’est arrangé rapidement.

Didier et les aurores boréales dans le nord de la Suède

Didier et les aurores boréales dans le nord de la Suède

P : Quelle est la principale différence avec le Québec?

P : Il y a des gens extrêmement riches, et des gens terriblement pauvres, il n’existe pas vraiment de classe entre les deux, mais c’est amené à changer.

É : En y réfléchissant, je dirais à peu près tout. Par exemple, la plupart des gens parlent vraiment fort et s’expriment avec beaucoup de gestes. Au début je me suis sentie agressée, mais après je m’y suis habituée.

D : Malgré que la Suède soit un pays nordique, il n’a pas fait très froid durant mon séjour. En effet, puisque Stockholm est situé près de la mer, le climat y est doux. De plus, l’architecture est très dépaysante et la langue est très différente du français.

 

P : Qu’est-ce que vous avez aimé de votre pays d’accueil?

D : La Suède est un très beau pays avec de nombreux endroits pour faire du plein air. J’avais notamment un lac naturel à moins de 20 minutes de ma résidence, et je suis allé visiter l’arctique suédois.

P : Ce pays m’a permis de prendre du recul sur mes origines, ma culture et sur moi-même. J’ai découvert de nouvelles choses que j’appréciais et l’Inde prouve que l’argent ne fait pas nécessairement le bonheur.

É : J’ai beaucoup apprécié la chaleur des gens et la nourriture. Les argentins ont pour tradition de faire un « asado », un peu comme un barbecue, tous les dimanches. Et il m’est arrivé plusieurs fois que quelqu’un que je venais à peine de rencontrer m’invite à ce repas.

 

P : Qu’est-ce que vous avez moins aimé de votre pays d’accueil?

P : Le confort n’était pas toujours au rendez-vous, ça devenait parfois difficile.

D : Stockholm est une très belle ville, mais la vie y coûte plutôt cher, ce qui fait en sorte que les logements abordables peuvent être assez loin de la ville.

É : La ponctualité n’est pas leur point fort. Les bus passent de manière assez aléatoire dans le temps et même les professeurs ont des horaires élastiques.

Paul, en échange à New Delhi

Paul, en échange à New Delhi

P : Avez-vous voyagé pendant votre échange?

D : Oui, j’ai visité le nord de la Suède ainsi que plusieurs villes européennes (telles que Berlin, Dublin, Amsterdam, Varsovie, Bruxelles). J’ai profité du faible coût des billets d’avion pour plusieurs destinations.

É : J’ai plutôt visité la ville, qui est d’ailleurs énorme. Il y vraiment beaucoup d’activités culturelles gratuites, des concerts, des festivals, en particulier le festival de Tango qui est un incontournable.
J’ai quand même été quelques jours en Uruguay. Un pays assez tranquille avec de grandes et belles plages.

P : J’ai voyagé tous les week-ends de mon séjour, en Inde du Nord et au Népal, principalement.

 

P : Un conseil pour les élèves de Poly qui pensent partir en échange?

P : N’ayez pas peur de partir, ce sera une des expériences les plus enrichissantes de votre vie.

É : Je conseillerais de faire des économies avant de partir afin de pouvoir profiter à fond du pays d’accueil et peut-être aussi des pays alentours. De plus, il faut avoir l’esprit ouvert pour apprécier les nouvelles expériences qu’offre un échange.

D : Il s’agit d’une opportunité incroyable, profitez-en au maximum pour découvrir le pays et voyager!

 

Vous pouvez lire les aventures de Paul sur www.all-is-true.tumblr.com

 

Pour voir le point d’élèves étrangers en échange à Poly, c’est par ici!

Abeille SEP

Le Service aux étudiants de Polytechnique (SEP) offre différents programmes d’échanges internationaux qui permettent au étudiants d’effectuer un ou deux trimestres d’études à l’extérieur du Québec dans l’un des établissements partenaires au Canada ou dans un autre pays.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Les mystérieuses championnes

11 octobre 2013

L’équipe de hockey féminin des Carabins a connu une excellente saison l’an dernier et brille de ses différents exploits. Voici ici un historique de la progression de cette équipe depuis sa création. Quoi ? Les Carabins ont une équipe féminine de hockey, et une qui performe bien d’ailleurs; voilà ce que je me suis dit en lisant un article sur la victoire des Carabins contre l’équipe de McGill à la finale provinciale des séries éliminatoires...

Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

24 mars 2016

Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....

Emoji et couleurs de peau : le risque de la segmentation

7 juillet 2017

Depuis deux ans, les emoji peuvent se décliner en une gamme de couleurs de peau. Cette initiative, avantageusement présentée comme un effort de diversité, dit beaucoup de choses sur notre société. De manière inquiétante, il semblerait que nos tendances...