Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Au pays des Vikings, d’IKEA et d’ABBA

Mon premier échange en Suède

Drapeau de la Suède

Je ne le répèterai jamais assez : un échange est une chance inouïe dans la vie d’un étudiant, surtout en génie.
Je peux l’affirmer aussi sûrement, parce que j’ai été doublement chanceux. J’ai pu participer aux deux sessions que l’École accorde aux étudiants, et de plus, dans deux pays différents : la Suède et Singapour.

Commençons par nos homologues scandinaves
Niveau climat, attendez-vous à des températures similaires, mais avec un été plus frais et beaucoup moins humide. Étant parti à la session d’automne 2012, j’ai pu voir les Suédois se préparer à leur hiver nordique.
Contrairement à la plupart des Québécois, les Scandinaves ont hâte de voir l’hiver arriver : bougies, gâteaux et pâtisseries en tout genre, chandeliers et étoiles en papier allumés aux fenêtres, gros cardigans en laine, fêtes religieuses et culturelles, … pour eux, c’est la saison des douceurs et du réconfort.
Autre point fort de leur culture : ils adorent le vélo. Vous verrez des gens pédaler qu’il fasse soleil, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige. Littéralement.
Devant les bâtiments de génies, le stationnement à vélo était plus grand que celui pour voitures, c’est dire.

À vélo!

Hiver comme été, les Suédois ne quittent pas leur vélo!

Ensuite, les clichés.
Oui, les Suédois sont ponctuels et ordonnés, mais je ne les ai pas trouvé si timides ou renfermés que ça. C’est sûr qu’une fois que vous allez rencontrer des étudiants Australiens, vous allez trouver tout le monde calme et introverti, mais avec un peu d’alcool, les Suédois se lâchent très facilement (c’est d’ailleurs pour ça que le nombre de bébés nés 9 mois après le célèbre Midsommar est impressionnant).
Et, évidemment, les Suédoises ont clairement un avantage génétique. Mais elle le savent. Et elles peuvent se permettre d’être plus sélectives dans leur choix de partenaire de (fin de) soirée (et laissez-moi vous dire que vous faites difficilement la taille contre un grand blond aux yeux bleus).

Robe IKEA

La robe IKEA, le comble du chic!

Bref. Retour à mon échange.
Une fois armé de votre visa étudiant, direction la Suède!
Avant votre arrivée dans la terre d’ABBA, assurez-vous de vous être informé sur les transports depuis l’aéroport (www.sj.se) et, si besoin, d’avoir réservé un hôtel ou une auberge pour la première nuit.

Uppsala, à 1h au nord de Stockholm, est la 4ème plus grosse ville de Suède. De plus, sur une population de 200 000 habitants, 40 000 sont des étudiants, donc autant vous dire que c’est une super ville étudiante! Le campus est la ville, la ville est le campus.
Tout est organisé pour nous.
Uppsala Universitet étant l’université la plus ancienne de Scandinavie (fondée en 1477!), on se sent encerclé par l’Histoire, côtoyé par Celsius, Linné ou Ångström. Chaque faculté se trouve dans des bâtiments très anciens (comme le Main Building, datant de 1887) ou très récents (comme le Ångström Laboratoriet, datant des années 2000).
Autre héritage, le concept des Nations est omniprésent. Dans le temps, chaque élève joignait la fraternité de sa région, mais de nos jours, c’est selon votre préférence : chacune des 13 Nations offre différentes activités (pub, club, restaurants, Gasques, équipes de sport, chorales, etc.) et jouit d’une réputation bien à elle (Stockholms est la plus chic (« the cocky one »), Kalmar est plus « artiste », ÖG est celle des ingénieurs, Snerikes organise toujours des très gros partys, V-Dala beaucoup de concerts, Uplands est reconnue pour son pub, etc.).

Glögg et saffransbullar

Glögg et saffransbullar pour passer un hiver bien au chaud

Comme je l’ai dit, le campus s’étend sur la ville, et les résidences étudiantes aussi. J’habitais Flogsta, « The Party Place ».
Ce gros complexe des années 70 était composé d’une douzaine de bâtiments de 7 étages chacun (12 étudiants par moitié d’étage).
Chaque korridor comportait une cuisine et un salon commun, et chaque chambre (très spacieuse) avait sa propre salle de bain privée (avec toilettes).
Les autres logements étudiants en ville pouvaient avoir la salle de bain commune sur l’étage, ou une kitchenette dans la chambre, tout dépendait du prix.
Si vous pouvez vivre en résidence, faites-le! C’est super enrichissant sur le plan social, on rencontre plein de monde.
On peut aussi faire face à des coutumes particulières : ainsi, tous les soirs à 10h, tous les élèves de ma résidence (environ 2000 personnes) ouvraient leur fenêtre et hurlaient à tue-tête pour évacuer le stress des cours. Les joies du Flogsta Scream!

Concernant mes cours (oui, il faut bien étudier…), j’ai eu quelques problèmes à trouver des cours qui n’étaient ni en Suédois, ni réservés aux élèves en maîtrise. Je me suis donc retrouvé avec 3 cours, faute de mieux (pour un équivalent de 12 crédits Poly), mais j’ai été très heureux du résultat (mis à part mon horaire très léger) : le cours d’équations différentielles (sûrement tout aussi dur qu’à Poly), un cours d’économie à la Suédoise (encouragement du travail d’équipe et de la coopération, vision plus verte du monde, devoirs seulement notés par Pass ou Fail, et examen final en groupe!), et un cours de Suédois.
Conseil d’ami, ne chargez pas trop votre session pour pouvoir en profiter et voyager. De toute manière, les horaires des universités étrangères sont rarement aussi lourds qu’à Poly, adieu les semaines de 30h!

Niveau voyages, vous allez être servis!
À 1h en train d’Uppsala, Stockholm est un must. Palais royal, Moderna museet, l’île de Södermalm, l’impressionnant Vasamuseet renfermant un navire intact du XVIIème siècle, vous avez largement de quoi remplir vos fins de semaine.
Ensuite la plupart des élèves partaient visiter les mines de Falun plus au nord, la ville de Malmö plus au sud (à côté de Copenhagen), faisaient un voyage dans le grand nord à Kiruna voir les aurores boréales, ou encore partaient sur des booze cruise vers Talin, Helsinki ou Riga.
Sinon, Uppsala a beaucoup à offrir : elle a la plus grande cathédrale de Scandinavie (très impressionnante), est la ville d’origine de nombreuses personnalités scientifiques (Celsius, Linné, Ångström) et accueille chaque année les récipiendaire des Prix Nobel pour d’intéressantes conférences.

Où que vous alliez en Suède ou en Scandinavie, je vous garantis un échange de rêve.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.