Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Notre pouvoir suprême

Acheter c'est voter

Si je vous dis que l’argent a un pouvoir incroyable sur tout, vous allez me dire que c’est une évidence.  Les entreprises, les banques, le capital, peuvent faire ce qu’ils veulent des organisations, des pays et des peuples.  Ce qu’on a tendance à oublier, c’est le pouvoir de notre argent.  La petite échelle aussi a un impact important sur le monde

Nous allons devenir des ingénieurs, cela vient généralement avec un salaire tout à fait confortable.  Il devient alors possible d’avoir le choix lors de notre consommation.  Dans bien des cas, le choix du consommateur a un impact immense sur  le développement durable.

Je vous donne un exemple, il y a quelques années, le marché de la truite  de table était fleurissant au Québec, les producteurs locaux contrôlaient 50% du marché.   Les pollutions engendrées par cette culture ont pollué les lacs et dans les années 2000.  La Cour suprême oblige la fermeture de deux fermes et change les normes environnementales pour une politique beaucoup plus sévère.  Malheureusement, les fermes de poissons ont continué à porter le poids de cette mauvaise presse.  Les consommateurs ont délaissé la truite québécoise pour acheter des truites d’importation et la truite québécoise a conservé seulement 8% du marché de la province.

Dans cette histoire, ce ne sont pas les «méchantes grandes entreprises», ou la machine économique asiatique qui a créé cette perte d’emplois et de profit important pour le Québec (nous étions exportateurs de poisson).  Ce sont les consommateurs qui ont boycotté les productions québécois au nom de la préservation de leur environnement.  Mais ont-ils vraiment agit pour le bien de l’environnement?  En fait, la pollution qui était faite au Québec est maintenant faite au Chili, où les normes environnementales sont pratiquement inexistantes au niveau des fermes de truites, de plus les conditions des travails ne sont pas du tout les mêmes pour les Chiliens.

Laure Waridel, la célèbre écologiste, disait «Acheter c’est voter» et elle n’a pas tort, le pouvoir de consommation vous donne les moyens d’encourager un producteur local, moins polluant, plutôt que de prendre le parti d’aller polluer dans d’autre pays.  C’est le cas pour les truites, mais c’est aussi le cas de tous les produits de consommation fabriqués en Chine.  En effet, les coûts de main-d’œuvre en Chine sont maintenant presque comparables aux nôtres, mais les normes de sécurité et les normes environnementales ne sont pas comparables.  Pour le consommateur, c’est une aubaine de pouvoir envoyer sa pollution dans les autres pays, par contre il endosse du même coup l’impact environnemental du produit.

Bien entendu, le choix n’est pas toujours évident car deux obstacles nous mettent des bâtons dans les roues.  Premièrement, on manque d’information.  Sans rire, qui était au courant que les truites québécoises ont besoin de notre aide pour reprendre le marché?  Lequel d’entre vous a facilement accès à l’impact environnemental des produits présents sur les tablettes?  Tout cela n’est pas très évident malgré que le choix soit plus facile dans certains cas.  Par exemple, les programmes comme «Fermier de familles» peuvent vous procurer des produits locaux, biologique à un prix très raisonnable.  Il faut donc être à l’affut des beaux programmes comme cela.  Deuxièmement, il y a le problème de l’argent.  En effet, quand le budget est serré, il est difficile de choisir de payer plus.  Il serait injuste de ma part de demander à ceux qui n’ont pas les moyens de payer plus!  Par contre, aujourd’hui mon public cible est généralement étudiant à la polytechnique.  Vous ne deviendrez probablement pas très riches, mais la plupart d’entre vous auront tous les moyens de faire des choix responsables.

Je crois que le pouvoir de la consommation que nous avons lorsque notre salaire est agréable a un impact phénoménal.   Plusieurs sections de l’économie québécoise reposent sur ce certain luxe que s’offrent de plus en plus les Québécois.  On veut des produits d’ici car ce choix est valorisant et parce que nous savons que nous faisons un pas dans la bonne direction.  C’est ça le pouvoir suprême, le pouvoir collectif.

Mots-clés : Politique (30)

Articles similaires

Osons parler de gratuité

23 septembre 2011

Gratuité : un mot somme toute assez catégorique. Plus souvent qu’autrement, parler de gratuité scolaire ne vous amènera qu’une série de rire sarcastique et une vague d’œillades subtiles (ou non) en direction du plafond. Mais le principe de gratuité est-il aussi ridicule que ce que plusieurs politiciens voudraient nous faire croire? Discutons-en un peu… La gratuité : injuste ou pas? Les défenseurs des hausses des frais de scolarité nous servent souvent le même genre d’arguments : « l’éducation...

Le vide interstellaire

28 septembre 2007

La télé est réalité. Ce qui s’y passe n’est que le reflet imagé de ce qui se déroule quotidiennement dans le monde. Notre époque en est bénie. Elle est celle où nous pouvons confortablement suivre une guerre depuis notre salon. Il y a un siècle à peine, il fallait se déplacer jusqu’aux tranchées pour voir se charcuter les hommes. Aujourd’hui c’est la guerre qui se déplace, qui se dérange pour nous. Mais elle est...

Programme des étudiants réfugiés (PÉR)

20 mars 2008

Chers Polytechniciens, Polytechniciennes, qui, en cette mi-session, devez souffrir des journées trop chargées à étudier pour un intra entre deux remises précipitées de travaux. Vous qui, pour la plupart, avez délaissé cette notion de « loisir » ces dernières semaines afin de rattraper le retard qui s’est accumulé dans tous vos cours. Vous aboutirez tous, certains plutôt essoufflés, devant un questionnaire qui exigera de vous le maximum de vos capacités avant de devoir remettre...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+