Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Fred Pellerin et l’OSM

Le conteur de Saint-Élie-de-Caxton et l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) ont présenté le spectacle Le Bossu symphonique à la Maison symphonique de Montréal.

La réunion de Maestro Kent Nagano et de Fred Pellerin s’est effectuée la semaine précédant Noël. Le conteur de Saint-Élie-de-Caxton et l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) ont présenté le spectacle Le Bossu symphonique à la Maison symphonique de Montréal. La chance ne s’arrête pas pour Fred, car après avoir été récompensés plusieurs fois pour ses CD. Le spectacle du Bossu symphonique raconte l’histoire de Babine un personnage difforme avec lequel la maison symphonique s’est attachée lors de la soirée.

Petite déception en arrivant, car, comparé à l’an dernier, aucun membre de l’orchestre ne portait une tuque de Noël. Mais cependant, quel joie de voir enfin arrive Fred Pellerin sur scène. Il a immédiatement été à l’aise sur la scène de la Maison symphonique se permettant même de taquiner le public et de faire remarquer que l’orchestre été filmé pour Radio Canada.

Ainsi, il nous a raconté ses débuts en tant que guide touristique à Saint-Élie. Cette mise en bouche n’était là que pour planter un décor, pour aider les néophytes (comme moi) à pouvoir rentrer dans l’univers de Fred Pellerin sans aucuns soucis.

Nous faisons donc connaissance avec Babine, le personnage étrange du village, un être déformé, mal-aimé et pourtant nécessaire à la vie du village car il n’y avait que Babine qui savait faire danser les villageois. Mais lorsqu’un soir Babine rentrait il fit la connaissance de petits lutins qui lui offrirent l’argent ou la beauté. Ainsi, le Babine du film éponyme était né !

Comme le dit Fred Pellerin, ce conte est très peu connu car il était principalement raconté à ses débuts dans le spectacle « Dans mon village, il y a belle Lurette… ». Fred Pellerin nous donne ainsi la chance de découvrir ou redécouvrir son personnage fétiche ainsi que tous les villageois du village.

Le conteur était également accompagné du majestueux Orchestre Symphonique de Montréal. Il s’est même permis de l’interrompre lors de l’ouverture de Guillaume Tell afin de ne pas aller trop loin, puis a lancé un défi au Maestro de jouer l’ouverture à l’envers. L’étonnement du public lorsque le défi est réussi est magnifique. Les musiciens et Kent Nagano prennent autant de plaisir que le public à écouter Fred Pellerin que tous les soirs de la représentation (à guichet fermés SVP!) ont dû être un spectacle magnifique.

Donc l’année prochaine, n’hésitez pas et allez voir l’OSM avec son conteur de Noël !

Et si l’envie vous prend d’écouter voici un lien vers le concert : http://www.espace.mu/special/cadeau-25

Credit photo: Pierre-Etienne Bergeron

Credit photo: Pierre-Etienne Bergeron

Credit photo: Pierre-Etienne Bergeron
Credit photo: Pierre-Etienne Bergeron

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Prochainement : Symphony X et Iced Earth au Métropolis

1 février 2012

Ce dimanche 5 février, les fans de métal de Montréal auront la chance de voir Symphony X et Iced Earth se disputer la scène du Métropolis. Une occasion à ne pas manquer pour les amateurs de power métal à tendance dans ta face. Pour compléter le tout, Warbringer ouvrira le bal avec la récente sortie de son nouvel opus Worlds Torn Asunder....

Critique de la semaine

25 mars 2011

Album : I Artiste : Xerath Année : 2009 Genre : Death-Symphonique-Prog-Industriel Ça arrive, parfois, de tomber sur des albums inclassables, qui font ressortir tout l’aspect cuisine moléculaire du heavy métal. L’album s’ouvre sur des grands arrangements de violons, ça sonne symphonique à souhait. Pourtant, après environ 1 minute du traitement symphonique, on ajoute au mélange des sonorités hyper-industrielles : les guitares lourdes comme le monde, un chant abrasif dans le tapis, tout ça...

Théâtre GO : Rouge Gueule

30 octobre 2009

Irrévérencieux : qui manque de respect. Insolence, effronterie, provocation, hardiesse excessive. (Larousse) Un décor épuré. Une colonne. Deux portes. Des jurons. Énormément de jurons, même. Une intensité rare. Des dialogues crus ou implicites, désespérés et fous. Peut-être pas si fous que ça, au fond. Insolite, tabou, irritant, c’est sur le terrain de la démence relationnelle qu’a choisi de s’aventurer l’auteur de la pièce, Étienne Lepage. Un délire qui provoque d’abord un rire distant, jaune...