Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Casse-noisette, édition jazz

Ça swingue pour Noël à l'Astral!

Quoi de plus approprié pour célébrer Noël qu’une interprétation de la suite Casse-noisette de Tchaïkovski? Tout le monde connait cette oeuvre ou reconnaitra certains thèmes à partir de vinyles d’enfance chez les parents, de l’adaptation en dessin animé « The Nutcracker Prince » ou même de la bande originale de « Home alone » (Maman j’ai raté l’avion). L’arrangement de cette suite en version jazz peut sembler ambitieuse, tant elle parait indissociable des instruments à cordes et du carillon.

La prestation du 13 décembre à la salle Astral met en scène l’Orchestre national de jazz de Montréal (ONJM) et s’appuie sur l’adaptation de Duke Ellington et Billy Strayhorn. Loin d’être un simple remix « jazzy » de l’oeuvre classique, il s’agit d’un vrai réarrangement tenant compte du transfert d’instruments. La version jazz constitue une oeuvre à part entière dont les thèmes principaux auraient survécu à l’homothétie musicale. En effet, à moins de connaître Casse-Noisette sur le bout des doigts, les couplets semblent originaux et dynamisent considérablement le concert. On retrouve les mélodies connues avec grand plaisir, menées généralement par les saxophones. J’ai particulièrement apprécié l’interprétation de « Dance of the Sugar Plum-Fairy« , où le son chaud du trombone et les mains du batteur directement sur les percussions respectaient parfaitement la dimension mystérieuse de cette mélodie emblématique.

La seconde partie du concert a permis d’accueillir la vocaliste Ranee Lee. Cette chanteuse de soul canadienne a mené de son charisme et de sa voix puissante des classiques du jazz comme « I’ve Got the World on a String » de Sinatra, et de Noël comme « White Christmas » de Bing Crosby. Les transitions faisaient l’objet de solos de presque tous les intrumentistes, du bassiste vers le guitariste en passant par les trompettistes.

Cet événement marque la première de l’ONJM à l’Astral mais comme il l’a été signalé, l’orchestre compte bien y rester! Trois de leurs concerts sont déjà programmés dans cette salle intime. En attendant, je me joins à l’oncle Drosselmeyer pour vous souhaiter un joyeux Noël emplis de magie.

Autres concert de l’ONJM à l’Astralhttp://www.sallelastral.com

A voir aussi: Casse-Noisette, les Grands Ballets, jusqu’au 30 décembre.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.