Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Othello, un Maure à Venise

La tragédie de Shakespeare est jouée au Centre Segal du 14 novembre au 1er décembre

Othello est un classique du répertoire tragique. Pourtant, comme les pièces de Shakespeare en général, elle n’est quasiment jamais jouée à Montréal. Parce qu’elle est jouée en anglais peut-être, mais surtout car elle s’adresse à un public déjà acquis à la cause du dramaturge britannique et qu’un texte long et difficile n’effraie pas.

L’intrigue est pourtant des plus banales. Iago, un officier vénitien est maladivement jaloux d’Othello, un général d’origine étrangère. Souhaitant sa perte, il élabore un plan machiavélique en le persuadant que sa femme le trompe avec l’un de ses officiers, Cassio (qui a d’ailleurs ravi à Iago, selon lui, son grade de lieutenant). Usant de son entourage, sa femme Emilia et son ami Roderigo, comme de vulgaires marionnettes, Iago déploie un talent mystique de persuasion. Si le spectateur n’était pas le confident de Iago par l’intermédiaire de ses monologues ou de ses discussions avec Roderigo, il serait probablement également dupe de la supercherie.

Il est intéressant de noter que cette pièce, dont l’intrigue gravite autour d’une épouse adultère, a été mise en scène par une femme, Alison Darcy. C’est peut-être la raison pour laquelle les rôles féminins sont mis en valeur et particulièrement bien exécutés, sans jamais tomber dans la naïveté ou la niaiserie. La performance de Iago est tout à fait impressionnante, le rôle du manipulateur semblant avoir été taillé sur mesure pour le comédien Sean Arbuckle. J’ai en revanche été beaucoup moins convaincu par Othello (Andrew Moodie) dont la performance m’a semblée moins juste et plus superficielle.

Côté mise en scène, le minimalisme est de mise. Un intéressant jeu d’eau interagit avec un éclairage très vaporeux mais la scène est souvent trop vide. Ainsi, toute l’attention est portée sur les acteurs, ce qui lors des longs dialogues peut s’avérer difficile. Certains accessoires apparaissent néanmoins lors des moments d’intensité dramatique particulière, comme la scène du mouchoir ou celle du rideau de baldaquin.

 

Crédit photo : Dave Sidaway, The Montréal Gazette




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Hetalia Axis Powers

16 septembre 2011

Les Guerres mondiales qui ont marqué le XXe siècle de notre ère demeurent un sujet tabou dans certaines communautés. On pourrait croire qu’une adaptation de ces évènements en manga, puis en anime commanderait une certaine retenue et des efforts pour éviter des stéréotypes grossiers. Eh ben non. Publiée d’abord en webcomic, Hetalia Axis Powers est probablement une des séries employant le plus de stéréotypes potentiellement offensants, d’où sa classification pour «public mature». La prémisse...

Killer Joe de William Friedkin

21 septembre 2012

Ah lala William Friedkin, petit chenapan, toujours une belle comédie romantique dégoulinante de pâquerettes sous le chapeau hein ? Apres L’exorciste, French Connection, ou encore Douze hommes en colère, quelle jolie petite merveille nous as tu pondu la ?   Killer Joe c’est simple. C’est l’histoire de Chris, petit dealer de son état, aussi pitoyable que disgracieux, qui, pour éviter de se faire flinguer comme un phoque en période de chasse ferait mieux de trouver...

The Roots sur la route

14 septembre 2007

Par Edmond Toutoungui Avec l’arrivée du festival Osheaga dans la métropole pour le weekend, toutes les têtes étaient tournées vers les nombreux spectacles qui auraient lieu au Parc Jean-Drapeau. Pourtant, les mythiques Roots étaient de passage en ville, pour faire vibrer avec leur Hip-hop / RnB / Funk endiablé. Je ne les connaissais pas du tout, mais comme j’aime être en bonne compagnie, j’ai décidé de découvrir ces légendes et leur donner la chance...