Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le 1er one man show de Jeremy Demay : drôle, touchant et profond!

Humour

Le 7 mai dernier avait lieu la première montréalaise de «Ça arrête pu d’bien aller!» de l’humoriste Jeremy Demay. Natif de France, Jeremy est arrivé, au Québec, il y a 8 ans, avec comme rêve de devenir humoriste. Il est tombé en amour avec le Québec et en a fait son pays d’adoption.

Il se moque gentiment de toutes nos expressions et habitudes québécoises que même nous ne savons plus d’où elles proviennent. Il nous parle de sujets plutôt anodins, comme les différences entre les hommes et les femmes, un sujet utilisé de nombreuses fois dans les numéros de plusieurs de nos humoristes favoris. Cependant, son approche est très différente. On découvre qu’il a un sens d’observation accru et qu’il est une personne très réfléchie. J’ai vu très peu d’humoristes aller en profondeur, comme ose le faire Jeremy Demay. Oui, c’est un show d’humour, mais ce n’est pas que ça. Jeremy veut faire passer un message à travers son spectacle : oui la vie est difficile et pleines d’embûches, mais la première chose à faire pour être heureux est de s’aimer soi-même. Ça peut paraître simple dit comme ça, mais Jeremy nous expose le tout de manière à nous donner les larmes aux yeux.

On aime aussi sa personnalité honnête et humble. Son premier one man show est un rêve devenu réalité qui restera gravé dans sa mémoire toute sa vie. On le sent d’ailleurs très ému et heureux d’avoir eu la chance de réaliser ce rêve.

Bref, «Ça arrête pu d’bien aller!» est un spectacle qui fait du bien. On en ressort léger et heureux.

Mots-clés : Humour (28)

Articles similaires

La St-Valentin Inc. en lock-out cette année

11 février 2008

Par simple curiosité, l’an passé j’ai demandé à tout le monde que je connais : « qui aime la St-Valentin? » Quelle ne fut pas ma grande surprise de constater que personne, je ne dis bien PERSONNE, n’a avoué aimer la St-Valentin. Je ne comprends pas! Chaque année les compagnies de toutous en peluche font fortune pour la St-Valentin, mais non, personne n’aime ça! J’ai alors poussé ma recherche plus loin. J’ai donc demandé...

Confessions d’un expert

12 janvier 2007

Armé de mon dildo, j’ai fouiné dans l’antre de cette école pour y dénicher les petits secrets croustillants que tout le monde attend de lire avec impatience. Un conseil les amis, gardez une boîte de kleenex à portée de main. C’est parti. Connaisseur de l’appétit du lecteur moyen, un lecteur très moyen à en croire les statistiques de visite du polyscope sur le net, il est temps de vous parler arrière-train, pour ceux qui...

Monologue d’une tâche

19 septembre 2008

Une française@Montréal Allô amis de la Poly! Bon, je vais bien faire les choses et tout d’abord me présenter. C’est tout de même plus sympa de savoir avec qui on a affaire lorsqu’on s’apprête à discuter avec quelqu’un. Enfin, là ça ne va pas être une conversation au sens propre du terme, mais plutôt une discussion entre vous et moi où seule moi opurrais parler (techniquement écrire mais on s’en fout). Vous allez me dire...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.