Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nocturne 4

Festival Mutek 2013

Pour cette 14ème édition du MUTEK les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands. Sur les 5 jours de festival qui se sont enchaînés quasiment 50 spectacles et animations partagés essentiellement entre la SAT et le Métropolis. Comme chaque année des grands noms de la musique électronique (John Talabot, Andy Stott, Jamie Lidell,…) se sont mélangés avec des artistes émergents de la scène internationale pour fournir une édition riche en surprises et découvertes. J’ai eu la chance d’assister à deux soirées, la Nocturne 4 et la A/Visions 5 à la maison symphonique.

Comme dans tout bon festival, la nocturne 4 proposait le choix entre deux scènes, la principale au Métropolis et la deuxième à la Satosphère dans le cadre de la Red Bull Music Academy.

Arrivé à 23h, le temps de récupérer mes billets et direction la SAT pour assister aux sets successifs des américains Tokimonsta et Nosaj Thing. J’attendais beaucoup de ces deux performances et je n’ai pas été déçu. Tokimonsta a fournit un set résolument hip-hop, alternant les passages dubstep, trap, et trip hop avec des remix d’artistes tels que Flying Lotus et A$AP Rocky qui ont su charmer le public. Contrairement aux précédents concerts auxquels j’avais pu assister à la SAT, cette fois ci, les gens étaient venus pour danser et ils ont été servis.

Image article Nocturne 4 1613
Dix minutes de pause le temps d’installer les écrans de Nosaj Thing et c’était reparti. Après la performance énergétique de Tokimonsta, le début de set de Nosaj Thing était peut être un peu trop planant, mais il a su,par la suite, récupérer l’attention du public par des morceaux beaucoup plus dansants. C’était dans l’ensemble un excellent set pendant lequel il a su alterner entre ses propres productions, que je recommande au passage à quiconque apprécie la musique électronique, et celles de ses compatriotes. Pour finir son set, on a eu droit en bonus à un morceaux de l’enfant du pays (Lunice) et surtout à Kendrick Lamar et son lancinant B*** don’t kill my vibe, un beau cadeau de départ !

Sans perdre de temps direction le Métropolis et John Roberts. Si la SAT n’avait pas fait trop d’efforts pour les décors, le Métropolis avait lui mis les bouchées doubles comme vous pouvez voir.

Image article Nocturne 4 1617
L’artiste américain fidèle à lui même a proposé un set deep house relativement efficace mais moins à mon goût. C’est son successeur,  Âme qui a fourni la meilleure performance de la soirée avec un mix ultra dansant de plus d’une heure et demie. Enfin, pour clore la soirée, les organisateurs avaient remis les clés à EFDEMIN. La fatigue et le début de set un peu poussif m’ont encouragé à partir, néanmoins, la fin de son mix était apparemment vraiment bonne! En résumé, une excellente soirée avec pour seul petit regret d’avoir raté John Talabot, regret de courte durée, car ce dernier était présent le lendemain aux Picnik Electronik.

Mots-clés : Festival (17) Mutek (2)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.