Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Retour réussi pour Brachetti

Un spectacle à saveur internationale alliant magie et humour

Pour son retour sur la scène montréalaise, l’illusionniste italien Arturo Brachetti n’a certainement pas fait les choses à moitié. C’est accompagné de ses 7 invités venant de partout à travers le monde et de son jeune élève italien que le montréalais d’adoption vient narguer les sceptiques dans son tout nouveau spectacle le Komedy Majik Cho. Il s’empare de la scène de la salle Pierre Mercure pour nous livrer un spectacle riche en couleurs et empreint d’humour dans un format inédit.

Le spectacle débute avec l’entrée de Luca et Tino. Le duo italien est adorable. Ces magiciens nous offrent un numéro composé de petits sketches comiques aux personnages absurdes. La comédie dell’arte, ce théâtre basé sur le jeu des acteurs et laissant place à l’improvisation, est mis de l’avant. Ce clin d’oeil latin nostalgique se prête bien au multiculturalisme de ce spectacle mais ce n’est qu’un avant-goût de sa diversité.

Ensuite, celui qu’on surnomme le maître de la métamorphose nous montre pourquoi il est toujours l’un des illusionnistes les plus en vue d’Europe. C’est avec ses changements de costumes instantanés qu’Arturo nous transporte aux quatre coins du globe. De la danseuse de cabaret française au moine chinois en passant par le chasseur africain, Brachetti impressionne tout en restant dans son registre.

Le Français Theo Dari essaie de nous en mettre plein la vue avec sa maîtrise des lasers et le cubain Ernesto Planas mêle danse exotique et apparition de parasols colorés. L’usage d’appareils et de miroirs enlève de la crédibilité au premier et le second devient rapidement redondant; les seuls petits bémols de la soirée. Le natif de Winnipeg Darcy Oake a donné des sueurs froides au public avec son numéro périlleux dans lequel il est pris entre deux énormes crocs d’acier et l’élève de Brachetti, Luca Bono, bien qu’âgé de seulement 14 ans, a épaté la galerie sous l’oeil avisé de son mentor. Sa colombe se changeant en divers objets a grandement impressionné le public.

Alain Choquette, le chouchou des magiciens québécois, faisait une apparition surprise avec un numéro de cartes impliquant le public au grand complet. Il va même jusqu’à faire apparaitre l’improbable dans les petites annonces du Journal de Montréal!

Néanmoins, il faut dire que la révélation de la soirée a été le jeune québécois Vincent C. Son culot, son humour noir et son sens du spectacle ont conquis les quelques 845 spectateurs qui lui ont même donné une ovation pour son dernier numéro. Les rires de la salle répondaient à ses maladresses et les cris ébahis succédaient ses numéros. Qu’il s’agisse de la colombe dans le bazooka ou du strip-tease hula-hoop, son style particulier a séduit. Un talent local à surveiller.

Pour clore son «Cho», Brachetti montre son talent de peintre de sable lorsqu’il rend hommage à notre ville en l’esquissant avec « Je reviendrai à Montréal »  de Robert Charlebois en trame sonore. De toute beauté.

Arturo allie surprise, suspense et rire dans le Comedy Magik Cho. Il ajoute même une quantité impressionnante d’artistes de haut calibre sans toutefois dénaturer son style clinquant. La classe italienne en format nord-américain, chapeau Brachetti!

Du 3 au 28 juillet à la salle Pierre Mercure
$51.18 – $61.53

Mots-clés : Brachetti (1) Magie (1)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.