Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

The Way Way Back

Une comédie rafraîchissante

C’est dans cette comédie que les connaisseurs apprécieront la plume des auteurs et réalisateurs Nat Faxon et Jim Rash. Une oeuvre réellement drôle, qui ne tombe pas dans la vulgarité que l’on retrouve souvent dans les comédies américaines. The Way, Way Back est bel et bien l’une des rares comédies de cette année qui possède un scénario cohérent et recherché.

Dans cette production, on assiste aux vacances d’été de Duncan, un adolescent de quatorze ans extrêmement timide et peu enclin à se faire de nouveaux amis. C’est dans la maison de plage de son futur beau-père, la seule personne qu’il ne porte pas dans son coeur, que Duncan s’apprête à vivre un été hors du commun. Ses vacances s’annoncent un véritable cauchemar familial jusqu’à ce qu’il rencontre Owen, un employé du parc aquatique Water Wizz. Duncan s’attache à Owen, qui le convainc d’accepter un poste au parc. C’est le début de l’épanouissement de Duncan.

Duncan se lie aussi d’amitié avec ses voisins avec qui une complicité s’installe. Alors que les jeunes se cherchent au sein de leurs familles dysfonctionnelles respectives, leurs problèmes communs les rapprochent et favorisent la croissance d’une amitié solide. On voit des jeunes qui doivent faire face aux problèmes de leurs parents, des jeunes qui se montrent adultes plutôt que de profiter de leurs vacances à la plage. Les parents, eux, semblent être les seuls qui soient en vacances, alors que les jeunes tentent de trouver l’équilibre entre leur vie sociale et leurs ménages respectifs.

Pour ce qui est du comique, les acteurs Sam Rockwell (Owen), Allison Janney (Betty) et le réalisateur Jim Rash (Lewis) nous en mettent plein la vue. Que ce soit par les blagues absurdes à n’en plus finir de Rockwell, l’attitude désinvolte de Rash ou le comportement anti-maternel de Janney, l’humour est au rendez-vous. Steve Carrell se réinvente en changeant son air d’imbécile maladroit (Anchorman, 40 Year Old Virgin) pour celui du beau-père désagréable.

Il s’agit d’un film qui se veut émouvant sans pour autant négliger l’ambiance humoristique subtilement installée dès les premières minutes du long métrage. Tout en traitant de sujets plus sérieux tels que l’amitié, l’amour et la vie en famille reconstituée, The Way, Way Back demeure rafraichissant et évite tout cliché.

Dans ce qui sera certainement l’une des meilleures comédies de l’année 2013, les réalisateurs et acteurs répondent présents. Ce film nominé aux prestigieux festivals Sundance, Sydney Film Festival et L.A. Film Festival en est un plein de promesses. Une comédie réussie qui ne laissera pas les cinéphiles sur leur faim.

Mots-clés : Cinéma (60)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Toy Story 3

9 juillet 2010

Le troisième chapitre de la série conclut l’histoire commencée il y a plusieurs années déjà, en 1995, celle des jouets d’Andy. On se rappelle que le premier film racontait comment Woody avait dû apprendre à partager l’affection du garçon avec son compétiteur : le technologique Buzz Lightyear. Dans le deuxième, le fameux cowboy est volé par un collectionneur de jouets, qui lui fait miroiter la possibilité d’être immortalisé dans un musée de jouets. Alors que...

Sonar on tour

9 novembre 2012

Le Sonar on Tour, festival de musique électronique en tournée en Amérique du Nord, a fait trembler les murs du Métropolis le samedi 3 novembre.   Le North American Tour 2012, c’est 8 villes, de New York jusqu’à Los Angeles en seulement 10 jours, un line-up de renom et de tout horizon. Le 3 novembre, le Métropolis a ouvert ses portes et prêté ses platines à Die Antwoord, Azari & III, Seth Troxler, Paul Kalkbrenner,...

Écrire au noir

30 janvier 2009

La plume d’abord, un Waterman émaillé que m’avait offert mon père en me souhaitant la meilleure des chances en écriture, le plus bel outil de l’écrivain que je ne suis pas devenu, moi, cet écrivaillon qui s’échine pourtant à recharger l’arme de cartouches vendues par paquet de quatre, munitions épisodiques dont l’encre opaque, noire, ténébreuse, ranime semaine après semaine, et ceci depuis près de cinq ans déjà, l’amour désespéré du plaisir d’être lu, et...