Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

The Wolverine

Un blockbuster comme on les aime

Le dernier film de Marvel Studios, The Wolverine, ne brille pas par son originalité dans les sujets qu’il traite mais reste tout de même un agréable divertissement. En effet, il y est question de l’immortalité de Wolverine, un sujet assez commun dans les films de science-fiction. L’immortalité constitue sa plus grande force mais c’est aussi sa malédiction. Logan est condamné à voir tous ses proches mourir. Déjà  vu? Certainement, mais parfois rien ne sert de changer une formule gagnante.

Dans cette suite du film X-men Origins: Wolverine, on retrouve Logan 9 ans après la mort de sa bien aimée, Jean Grey. Traumatisé par cette perte, celui qu’on surnomme Wolverine s’exile dans une petite ville au nord des États-Unis et vit dans une grotte, coupé du monde. Il renonce à toute violence et devient ermite. Toutefois, l’arrivée de la jeune japonaise Yukio vient perturber le calme de l’histoire lorsqu’elle le convainc de venir au Japon. Son employeur Yashida, l’homme d’affaires le plus prospère d’Asie, est sur son lit de mort et veut remercier en personne Wolverine de lui avoir sauvé la vie. Il lui propose de le rendre mortel en lui soutirant son don grâce aux technologies développées par sa compagnie.
C’est le début des péripéties asiatiques de notre héros. Il découvre qu’il est au milieu d’un chaos total impliquant les hautes sphères de la société japonaise, le crime organisé et la multinationale Yashida. Entre complot pour la prise de pouvoir de Yashida, la mafia japonaise (les Yakuza), et l’immortalité de Wolverine mise en jeu, les amateurs d’action et de combats de haute intensité ne seront pas déçus. Que ce soit sur un train à haute vitesse, dans un laboratoire à la fine pointe de la technologie ou dans des maisons japonaises traditionnelles, les cascadeurs livrent la marchandise.

Le réalisateur James Mangold avait pour mission de créer un des plus gros «blockbusters» de l’été tout en restant fidèle aux personnages de la bande dessinée originale. Pour cela, c’est tout à fait réussi. Néanmoins, la surabondance de personnages aux habiletés particulières aurait bien pu déplaire aux spectateurs étrangers au monde des X-men qui s’y seraient perdus.

La super production de 125 millions de dollars ne décevra certainement pas les fans de Marvel. De plus, des apparitions surprises après les remerciements feront germer dans l’esprit des spectateurs la possibilité d’un prochain film de la franchise X-men. Est-ce la dernière aventure de Wolverine au grand écran? Probablement pas. Les cinéphiles n’ont jamais été aussi affamés de films de justiciers aux pouvoirs paranormaux et ils sont loin d’être repus.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.