Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Une première journée explosive à Osheaga

Le festival Osheaga a démarré avec force cette année grâce à la présence de diverses formations musicales

C’est le vendredi 2 août dernier que s’ouvrait sous un beau ciel ensoleillé la septième édition du festival Osheaga au Parc Jean-Drapeau sur l’île Sainte-Hélène. Arrivé sur place muni de mon petit sac de plein-air Camelbak, comme se doit le festivalier habitué qui ne veut pas manquer d’eau, j’ai immédiatement été absorbé par la musique du groupe Capital Cities performant sur une des deux scènes principales. Le duo américain a ravi la foule de son grand succès de l’heure soit la chanson Safe and Sound. Ensuite, je me suis déplacé vers les scènes plus intimes du site où j’ai pu entendre l’envoutante musique du groupe Hyphen Hyphen qui performait sur la scène des arbres. Leurs chansons empreintes de disco, de funk et de pop ont su procurer de très bons moments aux curieux présents à la prestation musicale. J’ai surtout aimé l’énergie que dégageait le groupe. En plus d’être constitué de musiciens talentueux, le groupe offrait des petites chorégraphies amusantes au public.

Par ailleurs, en me promenant sur le site entre deux spectacles j’ai pu aussi remarquer la présence de nombreux autres divertissements sur le site. Il était par exemple possible cette année d’obtenir gratuitement une bouteille de yogourt Iögo. Pour rendre la chose plus intéressante les exposants avaient installé une machine distributrice qui éjectait des bouteilles que les festivaliers devaient attraper de la manière leur semblant la plus adéquate. Les représentants des dépanneurs Couche-Tard disposaient tant qu’à eux d’un kiosque comportant une scène sur laquelle les gens pouvaient incarner des rock stars durant leurs quelques dernières secondes de gloire à la fin d’un concert rock. On installait pour ce faire les participants devant un fond vert qui est remplacé au montage par une foule immense.

De retour aux scènes principales, j’ai vu en début de soirée le groupe irlandais Two Door Cinema Club, performant sur la scène de la rivière, qui a su rassasié les festivaliers de leurs besoins d’indie rock. D’un son plus léger, la formation dégageait quand même une vague de fébrilation de la part du public à chaque chanson entamée par le groupe. Suivant Two Door Cinema Club, le groupe rock new-yorkais Vampire Week-End a offer t une excellente prestation musicale. Mon coup de coeur de leur concert arriva lorsque le groupe entama la pièce Step, une chanson dont la musique m’a littéralement transporté dans un autre univers. C’est aussi au cours de leur concert qu’on a déployé les incontournables boyaux d’eau qui ont éclaboussé les festivaliers situés à l’avant scène. Pour conclure la soirée, le groupe rock gothique britannique The Cure, célèbre pour ses membres aux apparences taciturnes est apparu sur scène. Ils ont tenu durant leur performance un répertoire de leurs chansons plutôt intéressant en interprétant des pièces telles que : Friday I’?m in love, Just like heaven et Lullaby. Le spectacle me fut satisfaisant, mais il ne fallait sûrement pas s’attendre à les voir faire des acrobaties sur scène en raison de l’âge des musiciens. Le groupe fut fondé rappelons-le en 1976.

En conclusion, c’est avec beaucoup de plaisir que j’apprécié ma journée au festival Osheaga. Je vous conseille de ne pas rater votre chance de voir l’événement l’an prochain si vous n’avez pu y assisté cette année.

Mots-clés : Osheaga (12)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.