Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Empact Racing : une moto électrique à Poly

Aperçu article Empact Racing : une moto électrique à Poly

L’électrique a le vent en poupe, c’est incontestable. Poly oriente de plus en plus sa publicité vers le développement durable et je vous présente aujourd’hui le prochain sujet des campagnes de pub pour l’École: Empact Racing, la moto tout-électrique.

L’idée de cette nouvelle société technique nous vient de deux élèves passionnés par ce sport de vitesse et par les gros challenges, entrevue exclusive avec les deux fondateurs, Jonathan Brodeur et Victor Bursucianu :
Image article Empact Racing : une moto électrique à Poly 1580

Polyscope : À Poly, on a déjà une fusée, un sous-marin, une voiture solaire, un baja, d’où vous est venu l’idée d’une moto électrique ?

Jonathan Brodeur : En fait, j’avais vu qu’il existait une compétition de motos à essence de 250cc en Espagne pour les universités.

Victor Bursucianu : …et lorsque je lui ai parlé de mon projet personnel qui consistait à monter une moto de A à Z, il m’a parlé de la compétition Motostudent. Je me suis dit qu’on pourrait partir une société technique avec ça! Pour démarrer une société technique, il faut impérativement avoir une compétition. On a fait des recherches à propos du Motostudent, mais on a clairement vu que cette compétition n’était pas adéquate. De un, c’étaient des motos à combustion, donc pas très environnemental, et de deux, ça n’apportait pas beaucoup d’innovation, car presque toutes les pièces étaient fournies.

JB : En cherchant un peu, Victor a trouvé la TTXGP, le FIM e-Power et le TT Zero, qui sont des compétitions de motos électriques, et là, on s’est rendu compte que l’université de Virginia Tech participait à ces compétitions et qu’elle s’était classée en 2ème position contre les professionnels !

P : Est-ce qu’il y a d’autres universités montréalaises qui participent au TTXGP ?

JB : Montréalaises, non, mais canadiennes, oui. Il y a Sherbrooke qui prépare sa propre moto, qui devrait courser en 2015, en même temps que nous. Par contre, les élèves font ça à titre de projet de fin d’étude. Il y a également l’université de Calgary qui veut participer… donc la TTXGP [NDLR : fondée en 2010] commence à se faire connaître. C’est justement pour ça qu’ils ont décidé de séparer leur compétition en deux catégories : « Constructors » pour les compagnies et « Prototype » pour les universités.

P : On a déjà des voitures électriques, avec Esteban, la Formule Électrique, qu’est-ce que vous apportez de plus ?

VB : On amène une moto! Il n’y a jamais eu de moto à Poly. Et ça va certainement aller chercher l’intérêt de tous les passionnés de motos. On connaît au moins 3 directeurs à Poly qui sont des passionnés ! Et il y a plein d’élèves qui viennent nous voir.

P : Puisque l’on peut tout de même voir un lien avec la Formule électrique au point de vue des technologies, allez-vous travailler ensemble sur certains points ?

VB : On est en train de discuter de ça avec Poly e-Racing et Esteban, on voudrait créer une association des véhicules électriques de Polytechnique!

JB : Le but étant de partager les connaissances qu’on va développer ensemble, une sorte d’open source inter-poly, pour développer plus efficacement ces technologies et que ça coûte moins cher pour tout le monde au final.

P : Et niveau préparation qu’est-ce que ça implique, ici à Poly ?

JB : Ce que ça implique à Poly pour le premier prototype, c’est de convertir une moto. On va prendre une moto à essence de 600cc, la démonter, revendre les pièces inutiles et ensuite trouver le moyen d’intégrer toutes les composantes électriques nécessaires. Par après, on aimerait concevoir le châssis pour le prochain prototype.
Donc en fait on commence avec un projet réalisable en 2 ans, et on augmente le degré de difficulté à chaque fois.

P : Et les compétitions, c’est tous les ans ?

VB : Oui, on peut participer à chaque année. Donc dès qu’on va concevoir la première moto, on pourra reparticiper l’année suivante avec la même moto, pendant qu’on fabrique une deuxième moto.

P : Votre pilote sera de Poly ?

VB : Non, on va prendre un pilote professionnel, parce que la moto doit être conduite à de grandes vitesses, on parle de 250 km/h! À Poly, on est juste des étudiants, on n’a pas le temps de se préparer pour la conduite de piste, ça prend beaucoup d’expérience. D’ailleurs nous avons déjà trouvé un pilote semi-professionnel!

JB : Avec son expérience de pilotage, il pourra nous guider sur la conception de la moto.

VB : Par exemple, sur circuit, les pilotes utilisent la compression moteur pour ralentir avant les virages, mais on n’a pas ça sur une moto électrique, donc il faudra trouver un moyen de le simuler.

P : Est-ce que vous avez déjà des sponsors ?

VB : Nous attendons encore d’être accrédité pour chercher activement des sponsors, mais nous avons un partenariat avec Lito Green Motion, le premier fabricant de moto électrique au Québec.

P : Donc vous n’êtes pas encore accrédité par Poly ?

VB : On a l’appui de beaucoup de directeurs, alors on est très optimistes!

JB : Mais nous attendons encore qu’ils se réunissent au courant de cette semaine pour que ceux-ci prennent une décision sur l’accréditation d’Empact Racing.

P : Que faut-il pour démarrer un projet du genre ?

VB : Pour donner une idée à ceux qui veulent partir une société technique de la bonne manière, ça ne prend pas une semaine ou même un mois… Nous avons commencé les démarches en octobre et c’est seulement au début du mois d’avril que nous allons avoir une réponse.

JB : Aussi, avoir un dossier qui est bien fait, ça demande du temps ! On a eu beaucoup de feedback de la part des directeurs, sur ce qu’on devait ajouter, raccourcir, enlever du dossier de présentation. On est passé de 200 à 20 pages !

P : Finalement, si on veut plus d’information sur votre projet…?

JB : Vous n’avez qu’à rejoindre notre page Facebook ou visiter notre site internet. Nous allons avoir une réunion d’information le 4 avril. Ensuite, le projet commencera officiellement dès qu’on aura l’accréditation. Première étape pour cet été : acheter la moto que l’on va convertir.

P : Et bien on vous souhaite beaucoup de chance pour l’accréditation.

Pour en savoir plus

Réunion d’information :
le 4 avril 2013, à 12 :45, local M-1510
www.empactr.polymtl.ca
www.facebook.com/EmpactR




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Entrevue avec Jean Grégoire, Président de la FEUQ

19 mars 2010

Le dégel des frais de scolarité Mise en situation : le pacte pour le financement concurrentiel des universités – 23 février 2010 Le dégel des frais de scolarité redevient tranquillement un sujet chaud. De plus en plus d’interventions publiques de politiciens, d’économistes, d’acteurs provenant d’associations étudiantes et de professeurs se font entendre à ce sujet en proposant des modèles de hausse des droits de scolarité. Il est question, entre autres, d’augmenter ces frais en fonction...

Quand allez-vous mourir ?

15 mars 2013

Vous êtes angoissé par le temps qui vous reste à vivre? Vous vous demandez si vous aurez le temps de faire tout ce que vous souhaitez accomplir avant la fin de votre vie ? Et si vous pouviez savoir que demain est votre dernier jour que feriez-vous ?   Une étude publiée dans le journal de l’Association Médicale Américaine affirme que des chercheurs américains seraient capables de déterminer la durée de vie des patients et...

Du fromage suisse, et une agriculture canadienne avec des trous

28 mars 2013

Dans sa conférence donnée le 19 mars dernier dans le cadre d’Americana 2013, Pierre Julien, agronome de l’Association suisse pour le développement de l’agriculture et de l’espace rural, a décrit les réformes récentes en Suisse, mettant à mes yeux en évidence le retard considérable de notre système en terme de durabilité. Par Benoît Thibault Avant d’aller plus loin, Americana 2013, alias le salon international des technologies environnementales, tenu chaque deux ans à Montréal, est un...