Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Pérou: Royaumes du soleil et de la lune

Crédit photo: Christine Drouin

Le Musée des beaux-arts de Montréal a la chance d’accueillir l’exposition Pérou Royaumes du soleil et de la lune, en première mondiale, présentée du 2 février au 16 juin 2013.

Image article Pérou: Royaumes du soleil et de la lune 1547
Lambayeque, Côte nord, Masque funéraire

Cette exposition a été conçue, produite et mise en œuvre par le MBAM. Elle expose plusieurs trésors précolombiens et chefs-d’œuvre provenant de l’ère coloniale et même de l’indigénisme. D’ailleurs plusieurs des œuvres sortent pour la première fois du Pérou!

En parcourant l’exposition, vous découvrirez à quel point les époques ancienne, coloniale et moderne étaient remplies d’une richesse artistique exceptionnelle. D’étonnants détails sont présents sur chacune des pièces.

Au total, vous pourrez voir plus de 370 œuvres. Vous trouverez un peu de tout, en passant des peintures, sculptures, pièces en or ou en argent, mais aussi des arts plus modernes tels que la photo et la vidéo.

Image article Pérou: Royaumes du soleil et de la lune 1546

En plus de l’exposition, il est aussi possible d’assister à des conférences, films et concerts dont le thème commun est, bien évidemment, la culture Péruvienne. Vous pouvez retrouver la programmation complète sur le site du MBAM : www.mbam.qc.ca/.

Image article Pérou: Royaumes du soleil et de la lune 1545

Ci-dessous l’ornement frontal mochica en or, aussi appelée la Mona Lisa du Pérou, a été exceptionnellement retiré du Museo de la Nacion, à Lima, où elle est exposée de façon permanente, pour venir au MBAM et ce dans le but de revaloriser la culture péruvienne et contrer le trafic d’art. La Mona Lisa péruvienne a été retrouvée dans une galerie de Londres pour être envoyée en lieu sûr, au Museo de la Nacion, à Lima, en 2006.

Image article Pérou: Royaumes du soleil et de la lune 1543
Mochica, Côte nord, peut-être après La Mina




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+