Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les grands ballets canadiens – Casse Noisette du 13 au 30 décembre 2012

En cette période de Noël, quoi de mieux qu’un ballet qui nous replonge dans notre douce et merveilleuse enfance. Comme chaque année, Montréal accueille cette période avec la célèbre production Casse-Noisette des Grands Ballets Canadiens de Montréal. Sous la direction artistique de Gradimir Pankov, plus de 165 personnages prennent vie pour nous danser l’histoire de ce fameux conte féérique. Les premières notes de Tchaïkovski interprétées par l’orchestre dirigé par Allan Lewis nous introduisent dans le salon de l’échevin Von Stahlbaum, père de la petite Clara qui va nous faire découvrir le monde magique du Casse-Noisette.
Ce scénario fabuleux qui exprime la beauté classique des pas de deux, comporte une trame comique qui appelle le sourire. Ce spectacle est un délice, surtout pour les plus gourmands d’entre nous qui pourront goûter aux bêtises d’un personnage totalement burlesque, le Roi des Bonbons qui, de par son comportement grotesque, vient ajouter une touche humoristique au spectacle. La présence importante des enfants sur scène, ainsi que dans la salle en tant que spectateurs, peut sembler inhabituelle pour nous universitaires mais permet de retrouver une certaine joie enfantine, innocente et vraie.
La grâce des danses ainsi que des duos nous amène à un stade émotionnel où le corps ne peut s’empêcher de frissonner alors que les yeux restent fixés, ébahis devant tant de beauté. Certaines danses étaient influencées par des styles très éloignés du classique. Plus particulièrement par des sonorités autant flamencos qu’orientales, qui parfois ne réussissaient pas bien à s’intégrer dans l’histoire.
La salle Wilfrid-Pelletier parvient à restituer toute la féérie de ce ballet à travers une scène impressionnante qui nous joue des tours avec un agencement ingénieux des décors et les artifices mis en place.
Finalement, ce spectacle convient très bien à un public plus âgé et pour agrémenter le temps des fêtes nous recommandons ce classique qui ne se démode pas de [-9 mois ; +∞ ans[.

Image article Les grands ballets canadiens – Casse Noisette du 13 au 30 décembre 2012 1528

Quelques faits tirés du pamphlet remis à l’entrée de la salle :
– Plus de 2 000 000 de spectateurs ont assisté à cette version de Casse-Noisette depuis 1964 ;
– 300 costumes ont été confectionnés dans l’atelier des Grands Ballets de Montréal ;
– Un costume coûte en moyenne 2 000 $. Celui du Roi des Bonbons est évalué à 10 000$ ;
– Les danseuses utilisent plus de 1 500 paires de pointes pour ce ballet.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

The Roots sur la route

14 septembre 2007

Par Edmond Toutoungui Avec l’arrivée du festival Osheaga dans la métropole pour le weekend, toutes les têtes étaient tournées vers les nombreux spectacles qui auraient lieu au Parc Jean-Drapeau. Pourtant, les mythiques Roots étaient de passage en ville, pour faire vibrer avec leur Hip-hop / RnB / Funk endiablé. Je ne les connaissais pas du tout, mais comme j’aime être en bonne compagnie, j’ai décidé de découvrir ces légendes et leur donner la chance...

Rafales… qui ne décoiffent pas

30 janvier 2009

Saviez-vous que nos âmes doivent s’accrocher à leurs propres os pour garder la mémoire de leur histoire ? Non ? Hé bien, moi non plus. Les quatre personnages de Rafales sont des âmes de personnes décédées et vont procéder à nous raconter leur histoire (dont ils se souviennent car ils ont tenu ferme à leurs os). Sauf… qui déjà ? Madeleine, ah oui. On commence déjà à l’oublier. Elle non plus ne semble plus...

Une question d’humanité

28 octobre 2007

Psychologue de son état, la quarantaine, affecté au recrutement et au suivi des cadres de l’entreprise, Simon est une dent du pignon des systèmes industriels. Il est l’homme qui garantit à la compagnie qui l’emploie de disposer des ressources humaines à même de pourvoir à ses besoins ; grâce à lui, les cadres recrutés correspondent au profil de la compagnie : leurs performances sont menées à l’apogée. Voici l’atmosphère corporatiste servant de point de...