Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Grands Explorateurs

Image article Les Grands Explorateurs 1522
Cette année, les Grands Explorateurs fêtent leur 40e anniversaire. Ce n’est pas rien, 40 ans à voyager partout dans le monde pour capturer les meilleurs moments, les plus admirables paysages et les plus surprenantes découvertes pour pouvoir les partager avec nous. Le succès des ciné-conférences est la preuve que les Québécois sont des gens curieux et aventureux et ont une soif de savoir qui dépasse les frontières du Québec.

J’ai eu la chance d’assister à la représentation des Galápagos : îles enchantées, animée par Maxime Jean. Pourquoi les appelle-t-on les îles enchantées vous dites vous? Et bien c’est parce que lorsque les explorateurs Espagnols les découvrirent, elles disparaissaient souvent dans la brume pour réapparaitre plus tard, laissant les explorateurs dans le doute : les îles existaient-elles vraiment ?

Les îles Galápagos, ces terres préservées au milieu de nulle part, font, en fait, parties de l’Équateur. C’est d’ailleurs, à cet endroit que Charles Darwin, naturaliste britannique, établit sa théorie de l’évolution et de la sélection naturelle.

La ciné-conférence sur les Galápagos : îles enchantées est intéressante pour vous si vous voulez en apprendre plus sur cet endroit mythique, peu connu et si vous souhaitez découvrir la culture des habitants qui vivent en parfaite harmonie avec la nature et les animaux. Cependant, si vous pensiez assister à cette conférence dans le but d’y voir des paysages majestueux et d’en apprendre plus sur les endroits touristiques, vous serez déçus. Les quelques paysages présentés sont très brumeux, on met plutôt à l’avant plan la vie culturelle et la diversité unique d’animaux qui, pour la plupart, se retrouvent que sur les îles enchantées. Les otaries vous feront, certainement, bien rire!

Aussi, j’ai trouvé que le public assistant à la ciné-conférence était majoritairement très âgé (j’estimerais le tout à au moins 75% de têtes blanches), mais pourquoi ? Les jeunes ne sont-ils pas passionnés de voyages? Comment les Grands explorateurs pourraient-ils agrandir leur public cible ? Des films plus aventureux ?

Pour plus d’information sur la programmation 2012-2013, visitez le site des Grands Explorateurs: http://www.lesgrandsexplorateurs.com/

Mots-clés : Cinéma (60)

Articles similaires

Entrevue avec Karine Vanasse, actrice et co-productrice

13 février 2009

Après la sortie du film, Karine Vanasse la co-productrice et actrice principale de Polytechnique, nous explique les raisons de ce film, comment elle a vécu la polémique qui était autour et le point de vue de son équipe face à cette tragédie qu’a été la tuerie de l’École Polytechnique de Montréal. Bio de Karine Vanasse : Née le 24 novembre 1983 à Drummondville, elle a été révélée en 1998 grâce au film Emporte-moi de la...

Mon voyage à New-York

5 janvier 2007

Je me suis enfin résolu à aller aux United States USA. J’aurais aimé être the guest de monsieur le président Bush : je n’aurais pas regretté le plaisir de refuser l’invitation. Mais le bougre n’a pas daigné répondre à mes nombreuses lettres où je le traitais d’âne bâté, et je crains que nous ne soyons définitivement fâchés. L’amitié tient à si peu de choses, finalement ! Comme je n’ai pas les moyens de Monsieur...

Oncle Camé au Festival du Nouveau Cinéma (prise 2)

28 octobre 2007

Les récompenses du Festival du Nouveau Cinéma 30ème du nom ont été attribuées samedi passé à l’Ex-Centris lors d’une cérémonie animée par Denys Arcand à laquelle j’ai bien pris garde de ne pas assister. Car ce genre d’évènement s’apparente plus souvent qu’autrement à des séances d’autocongratulations, où les artisans et professionnels du métier affichent des mines satisfaites de navets confits, dans lesquelles on se dit combien on est doué, brillant, chanceux d’œuvrer dans un...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.