Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Die Antwoord et Sónar Festival

Samedi dernier se tenait la première édition du Sónar Festival entre les murs du Métropolis. Le concept barcelonais développé en 1994 veut rassembler en un lieu l’espace de quelques jours l’avant-garde musicale et des arts multimédia. Parmi les artistes ayant pris possession de l’espace catalan figurent entre autres Daft Punk, Amon Tobin, Björk, Deadmau5 et Modeselektor. Depuis, le format s’est exporté à travers les scènes mondiales de Londres à Séoul en passant par Buenos Aires, Tokyo et Le Cap.

Cette année, c’est au tour de l’Amérique du Nord de profiter des artistes promus par le festival, avec un passage marquant à Montréal. L’ambitieuse programmation regroupait notamment Die Antwoord (Afrique du Sud), Tiga (Montréal), Azari & III (Toronto), Seth Troxler (États-Unis), Paul Kalkbrenner (Allemagne) et Nic Fanciulli (Grande-Bretagne).

Soirée se profilant jusqu’aux petites heures de la nuit, les artistes en scène ont su orchestrer avec brio l’impressionnante foule rassemblée au Métropolis. On ne ressort pas du Sónar Festival comme d’un simple piknic electronik… on termine essoré, complètement vidé par l’avalanche musicale et sensorielle. Des sonorités envoûtantes de Nic Fanciulli aux effets tromboscopiques accompagnant les mix de Paul Kalkbrenner jusqu’aux animations du collectif berlinois Pfadfinderei, la rétine s’imprègne de stimuli, l’ouïe sature, le torse vibre sous les basses fréquences. Et encore… les sud-africains n’ont toujours pas commencé…

Une impressionante attente de 30 millisecondes suffirent pour déchainer le public à l’arrivée de Yo-Landi Vi$$er, Ninja et DJ Hi-Tek. Véritables virtuoses de scène, leur énergie explosa à travers les compositions de leur plus récent album Ten$ion. Habitués à semer la controverse par des textes et des rythmes violents, leur renommée fut acquise à travers les années par la production de vidéo clips décalés au sein desquels évoluent les personnages interprétés par le duo de chanteurs. I fink u freeky et Fok julle naaiers illustrent cette ambiance sombre et lourde véhiculée par le groupe. Presque l’ensemble de leur album fut présenté, des plus connus Fatty Boom Boom ou Baby’s on fire sans oublier la plus instrumentale et subtile Never le nkemise.

Comment transposé un univers déjanté issu de la culture zef sur scène ? Comment ne pas perdre les fans pour lesquels Die Antwoord se résume à deux ovnis exhubérants d’internet ? La question mérite d’être posée. Car si en vidéo Yo-Landi et Ninja sont passés maître dans l’art de surprendre, la performance offerte lors du Sónar Festival relève du pur plaisir coupable. Décor minimaliste, si ce n’est un subtil personnage du clip Evil Boy, de par leur seule présence magnétique le groupe réussit à justifier leur réputation de pures bêtes de scène. Seules les quelques notes débutant l’emblématique Enter the Ninja auront eu raison des amateurs les moins convaincus. Ils sont louches, ils sont trash, mais ils rock solidement !

Et en ressortir complètement essoré. Après une telle performance, le public se laissa porté par Azari & III, Tiga et Seth Troxler. Une véritable rave sans fin où les décibels s’amplifièrent jusqu’à très tôt en matinée. Pour un premier arrêt historique à Montréal, le Sónar Festival a rencontré un succès indiscutable, ne donnant envie qu’à sa seconde édition l’an prochain !

Image article Die Antwoord et Sónar Festival 1519
Ninja de Die Antwoord, photo d’Eva Blue

Mots-clés : Musique (217)

Articles similaires

Un dimanche vibrant à Osheaga!

7 août 2014

Osheaga, encore une réussite ! Dimanche le 3 août était la dernière journée du festival Osheaga. Déjà, c'était une neuvième expérience musicale pour ce festival qui gagne en popularité avec les années. La journée chaude et ensoleillée n'a pas retenue les nombreux spectateurs de danser. En effet, les organisateurs s'étaient préparés à une chaleur accablante avec des boyaux d'arrosage qui rafraîchissaient et animaient la foule. Il y avait même des plateformes de gazon pour s'installer...

Programmation 2009-2010 de CISM

4 septembre 2009

CISM, c’est la radio des étudiant(e)s de l’Université de Montréal. Comme Poly- Rad, mais active (désolé les gars, mais c’est difficile de mentir à aussi grande échelle). Diffusée tant sur Internet par la magie numérique que sur les ondes du 89,3 FM par la magie hertzienne, cette radio a su se tailler une place enviable parmi les chaînes de radio de la métropole. Les éléments appuyant ce succès ne cessent de s’accumuler. En plus...

Double opéra réussi

9 octobre 2009

Le samedi 26 septembre a marqué le début de la 30e saison de l’Opéra de Montréal avec cette double programmation, qui met en scène Gianni Schicchi et Pagliacci, le tout dirigé par Alain Gauthier. Pagliacci Tout le village est réuni et apprend que la troupe de comédiens de Pagliacci viendra faire une représentation dans leur village. Les enfants sont heureux, s’amusent, les parents parlent entre eux de cet évènement tant attendu. Le jour de...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Festivals à venir

9 juillet 2010

Piknic Électronik Pour la septième année consécutive, le Piknic Électronik est de retour au Parc Jean-Drapeau pour livrer un éventail complet de sonorités numériques aux adeptes et profanes de musique électronique. Le tout dans une ambiance de fête pour toute la famille, au soleil, à quelques minutes du centre-ville. À voir jusqu’en octobre : Bassnectar, Dig-iT-al, Nôze, Bender, Thomas Von Party, Misstress Barbara et PoPof. Surtout, ne pas manquer la journée Ninja Tune avec Ghostbeard,...

Le jeu de la semaine : swoosh, swoosh, FIRE MODE

4 novembre 2011

Dans Dragon, Fly! vous incarnez un petit dragon qui veut partir à la découverte de son royaume. Oui, mais voilà, ce n’est pas tellement au goût de votre mère qui décide de tenter de vous rattraper pour vous ramener au bercail. Comme vous êtes encore trop jeune pour voler, vous allez devoir vous servir des collines pour prendre de l’élan et ainsi aller beaucoup plus vite afin d’éviter que votre mère ne vous rattrape....

Une question d’humanité

28 octobre 2007

Psychologue de son état, la quarantaine, affecté au recrutement et au suivi des cadres de l’entreprise, Simon est une dent du pignon des systèmes industriels. Il est l’homme qui garantit à la compagnie qui l’emploie de disposer des ressources humaines à même de pourvoir à ses besoins ; grâce à lui, les cadres recrutés correspondent au profil de la compagnie : leurs performances sont menées à l’apogée. Voici l’atmosphère corporatiste servant de point de...