Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Lancement de la série web interactive Le Judas

Une nouvelle série web, Le Judas, sera diffusée à compter du 23 octobre 2012 sur Radio-Canada.ca. Cette série met en vedette Edith Cochrane, Thomas Beaudoin, Mylène Saint-Sauveur, Cynthia Wu- Maheux, Iannicko N’ Doua, Mylène Mackay, Alexandre St-Martin, Frédéric Lavallée et Félix-Antoine Tremblay. La scénarisation a été confié à Ziad Touma et la scénarisation à Annie Turcotte.

Le concept de cette série est la participation du public en tant que joueurs tentant d’aider une détective dans une enquête de meurtre. Ainsi, l’intrigue principale de la série interactive repose sur la recherche du meurtrier d’un propriétaire d’immeuble qui épiait la vie privée de ses locataires au moyen de caméras de surveillance cachées; les suspects de ce crime sont six des locataires de cet immeuble. La détective responsable de l’enquête, Eve Lévesque, mène ses recherches en se basant sur ces enregistrements vidéo ainsi que les cellulaires et ordinateurs des suspects. Elle sera aidée par les joueurs (www.lejudas.tv) tout au long des six semaines de la diffusion de la série.

Le lancement de la série interactive a été présenté lors de la 41ième édition du Festival du Nouveau Cinéma au cours d’une présentation FNC-Lab. Ce 17 octobre, les acteurs principaux de cette web série policière se sont présentés pour interagir avec le public pour y filmer le prologue du récit. Ainsi, les invités pouvaient se mêler aux comédiens dans l’environnement recréé d’une discothèque alors qu’Eve Lévesque et quelques policiers procédaient à l’arrestation des suspects. Cette soirée hors du commun a permis aux invités de vivre une expérience de figuration où ils étaient tenus hors du secret de l’identité des autres participants : figurants ou acteurs ? Une très belle expérience en somme qui nous donne envie de suivre la série web pour savoir la suite!
«Image article Lancement de la série web interactive Le Judas 1511




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+