Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas

Primé au festival de cannes pour sa mise en scène, Post Tenebras Lux est certainement une œuvre déroutante.
Le film se passe au Mexique, juan, sa femme et ses enfants ont quitté la capitale pour venir s’installer a la campagne. Si l’on se fie au pitch du film donné par le réalisateur on devrait comprendre qu’ : « ils profitent et souffrent d’un lieu qui voit la vie différemment. Ces deux mondes coexistent pourtant, sans savoir s’ils se complètent réellement ou si chacun lutte pour la disparition de l’autre »… Seulement voilà, le film ne nous aide pas du tout à suivre la ligne de conduite de ce pitch la. En réalité Post Tenebras Lux n’a pas de réel fil conducteur mais expose plutôt une superposition d’images qui n’ont pas souvent de rapport les unes avec les autres. On passe d’une boite à partouze française dans un sauna, à un match de rugby entre adolescents puis a une scène de famille mexicaine….Le propos du film est cru, très dur à certains moments voire violent alors que la photographie y est maîtrisée avec justesse, poésie, douceur et subtilité. Cette confrontation fait certainement l’une des seules force de ce film nihiliste et provocant. Embarrassante cette œuvre se perd peut être dans sa volonté de trop insister sur la provocation et on en ressort certes déboussolés mais aussi dubitatif sur le réel but du film.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.