Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Deuxième fin de semaine à l’IglooFest

Le public présent à la deuxième des trois fins de semaine de l’Igloofest ne s’est pas laissé impressionner ni par la température inhabituellement douce pour un mois de janvier, ni par les quelques flaques d’eau éparpillées sur le Quai Jacques-Cartier.
Mais avez-vous remarqué que tous les articles de presse constituent également un très bon bulletin météo? Et pourtant, l’Igloofest, c’est tellement plus qu’une simple température. L’Igloofest dans toute sa splendeur, c’est un amassement général pour venir écouter de la bonne musique. Si vous aimez la musique, et que vous en avez marre d’aller au club pour cruiser, alors n’hésitez plus, venez danser à l’Igloofest. La fin de semaine qui vient de se terminer a livré une nouvelle fois trois soirées record, puisque samedi soir, pour (entre autre) Sébastien Leger, la soirée fut remplie et pleine. Tous les billets ont été vendus et, malgré le léger achalandage devant la porte pour faire rentrer les Igloofestivalier (impatients de se réchauffer au son des DJs ou avec un verre de vin chaud), tout le monde a pu rentrer et écouter les DJs! Au programme de la semaine dernière: Terrence Fixmer, D.Diggler, Tiga, Pearson Sound, DJ Eliazar, Khalil, Smokey Joe & The Kid, Max Cooper et Sébastien Léger.
Pour resituer le lieu, il y a deux scènes à l’Igloofest: la première, qui est assez conséquente et extérieure, est dite scène principale. C’est sur celle-ci que se produise la plupart des artistes et où se trouvent 70% des Igloofestivaliers. La seconde scène se trouve dans un igloo à gauche du site. Ce dernier, très pratique en cas de grand froid, nécessite toutefois de s’armer de patience afin de pouvoir y entrer. En effet, un grand line-up se crée à partir de 20h. Mais n’hésitez pas y aller, vous ne serez pas déçus! Il existe également un bâtiment qui regroupe la boutique d’achat de bonnet et autres accessoires en cas de chute de température, mais également le non moins célèbre concours de «One-piece». Ce concours recherche les plus beaux vêtements de ski des années 80, très flash. Les danseurs n’ayant pas trouvé leur combinaison de ski ne sont pas pour autant laissés pour compte. En effet, chacun est libre de venir dans la tenue qu’il préfère, ce qui donne lieu à un autre concours, moins officiel, mais tout aussi amusant, du costume le plus original. On pourra donc voir les différents Yetis, les courageux torse nu (rares mais existants!) et autres costumes tout autant loufoques.
Mais qu’importe la température, qu’importe pourquoi on y va, qu’importe le fait d’avoir eu une bonne ou une mauvaise journée, l’important dans ces soirées, c’est de pouvoir bouger et se perdre dans la musique. Puis à l’Igloofest, tout le monde danse de peur de finir en glaçon.

Jeudi 19 janvier C’était la soirée tranquille de la semaine, si on peut dire cela: il n’y avait «que» 3500 personnes environ! Mais ce n’est pas pour autant que les différents DJs de la soirée ne se sont pas donnés à fond pour faire danser les plus courageux d’entre nous! Petit point météo, c’est également ce soir là qu’il a fait le plus froid.
La soirée commence avec Bordello, début tranquille d’un jeudi soir. Il commence tranquillement en même temps que les gens arrivent. C’est un jeudi soir qui commence bien !
La soirée se continue avec le très connu Tiga qui fait un set très classique. On sent qu’il est chez lui et que le public le connait! Comme à la maison, il nous fait son show et les gens le suivent. Le jeu de lumière était également à noter. On ne s’en rend pas toujours compte, mais les lumières que l’on voit durant les longues soirées d’hiver sont le fruit de plusieurs boîtes de design en visuel. Jeudi soir, c’était au tour de Belinda Ocean vs Bobby Digital et de Baillat Cardell & fils.
Enfin, la soirée s’est terminée avec le célèbre Terrence Fixmer. On apprend sur le site de l’Igloofest qu’il «est l’une des figures les plus connues de la scène techno française, apportant un son obscur et atmosphérique aux mythiques planchers de danse de Berlin».
Comment passer une mauvaise soirée avec ces trois grandes figures de la musique électro-trance-techno? En plus, entre jeudi soir, et samedi soir, j’ai pu voir l’évolution croissante de la population à l’Igloofest ! Dans l’espace des trois jours le village de glace était d’abord un endroit presque désert où se balader était comme une découverte constante. Les groupes faisaient les concours de tailgate, les seuls braves tentant les deux tambours. Samedi, il y avait le triple de personnes; c’était comme si ce petit village presque inanimé prenait d’un coup vie. Que l’on aime y aller seul ou à plusieurs, tout le monde trouvera une soirée qui lui correspondra !

Vendredi 20 janvier Il s’avèrera sans doute nécessaire de trouver le moyen d’accueillir davantage de spectateurs devant la scène principale, puisque l’on doit reconnaître qu’il était parfois difficile de circuler au plus fort de l’action, et que ceux qui se risquaient jusqu’à l’avant de la scène devaient par moments faire attention de ne pas se faire bousculer par le mouvement de foule qui s’animait derrière eux. Et c’est à une foule déchainée que les DJs de la scène principale ont du faire face! J’ai une préférence pour D.Diggler pour cette soirée. De mon point de vue, Pearson Sound a fait un set trop tranquille pour pouvoir se déhancher comme il faut. Cependant, la grande surprise de cette soirée a bien été Soirée Speakeasy Electro Swing avec : DJ Eliazar, Don Mescal, Khalil, Smokey Joe & The Kid et Tha New Team – DJ set. Rien de plus que du bonheur en boîte !

Samedi 21 janvier Date à retenir parmi les autres. Durant les 5 éditions précédente, ce record n’avait jamais été atteint et pourtant, ce samedi 21 janvier, l’Igloofest a dû fermer ses portes car il n’y avait plus de place! L’an dernier, c’était toujours presque complet mais jamais sold out! C’est donc avec une vraie fierté que l’Igloofest peut se réjouir de ses 10 000 visiteurs. Évidement, ce chiffre fait pâlir les personnes qui n’ont pas pu rentrer sur le site, mais je suis persuadé qu’aux prochaines soirées, ils se prendront un billet. D’ailleurs, il devrait bientôt y avoir une nouvelle soirée à guichets fermés, cette fin de semaine, et c’est tout le bonheur qu’on peut souhaiter aux organisateurs et DJs de l’Igloofest !
Mais la vraie fête était près de la scène, comme a su le démontrer samedi la foule lors des performances de Max Cooper et Sébastien Léger.
Bien heureusement, on ne recense pas d’accident majeur depuis le début du festival. La sécurité discrète mais à l’affut a rajouté au très bon civisme des gens. Comme quoi, on peut faire de très bonnes soirées sans forcément se saoûler !
Une chose est également sûr pour cette fin de semaine, c’est que les petits soucis d’achalandage vont être revus, et que cette dernière fin de semaine va être encore une fois forte en émotions !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.