Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

SOPA : Une bonne affaire finalement

Le projet de loi SOPA (Stop Online Piracy Act) est, au moment de publier cet article, présentement débattu au Sénat des États-Unis. Cette loi a comme objectif d’empêcher les gens de se procurer gratuitement des films, de la musique ou n’importe quelle information protégée par des droits d’auteur. Le projet de loi a été repoussé la semaine passée, mais il est toujours question de décider s’il sera appliqué ou non. Concrètement, le gouvernement américain est en train de décider s’il a la responsabilité de punir les contrevenants et de fermer tout site ayant du contenu distribué sans les droits d’auteur.

Généralement, les gens se divisent face à cette loi en deux camps.
Le premier camp est constitué de personnes qui défendent à tout prix les droits d’auteur. Celui-ci contient notamment le cartel des artistes d’Hollywood, qui prétend que les téléchargements illégaux privent les artistes de revenus substantiels, compromettant la survie même de l’art. Ce camp est aussi défendu par les défenseurs de la propriété privée, matérielle et intellectuelle, pensant être capable de soutenir éternellement leur point de vue indéfendable d’un point de vue rationnel.

Le deuxième camp est défendu par ceux qui considèrent que ce projet de loi est dangereux pour la survie même d’Internet. Leur principal argument est que de fermer des sites au complet parce que ses utilisateurs téléchargent des données de façon illégale finirait par détruire toute la plateforme existante d’Internet. Certains vont même jusqu’à dire que cette loi finirait par enlever la liberté d’expression. Les sites comme Google, Wikipédia, Facebook, dont la survie dépend effectivement de la libre circulation de données sur Internet, sont aussi des défenseurs de ce camp.

Je n’ai habituellement pas tendance à suivre des idées toutes faites d’avance. La manière la plus directe de comprendre notre monde avec exactitude n’est certainement pas de se fier sur les idées de personnes qui, de toute façon, ne font que défendre leurs propres intérêts. Il faut plutôt se baser sur des faits existants et ensuite faire des déductions établies sur ces mêmes faits. On vérifie que ces déductions forment un ensemble cohérent et si elles ne le sont pas, il y a deux possibilités : une erreur de logique ou un mauvais cadre de perception du monde extérieur. C’est la seule manière de corriger notre perception. Il se trouve aussi que c’est la seule manière d’avoir du pouvoir sur le monde extérieur, puisque notre perception influence fortement notre façon d’agir.

Commençons. Jeudi dernier, la plateforme Megaupload a été fermée et certains de ses dirigeants sont maintenant poursuivis au criminel. Ce site était utilisé par les utilisateurs voulant stocker leurs données sur Internet qui étaient trop volumineuses pour être envoyé par courriel. La loi n’était même pas encore votée. Il semble donc que la loi aura donc un pouvoir encore plus contraignant que ce qui permet de fermer ce site maintenant, sinon elle n’aurait aucune utilité. On peut donc s’attendre à ce qu’effectivement, tous les sites pouvant contenir la moindre information obtenue de manière illégale puissent être fermés à l’avenir si cette loi venait à être votée.

Il faut aussi se demander pourquoi c’est aussi essentiel pour le cartel d’Hollywood que les sites où les téléchargements enfreignant les droits d’auteurs sont possibles soient aussi sévèrement punis. Ces dernières années, les ventes de CD et de DVD ont été en chute constante. Le cartel d’Hollywood espère donc remonter ses ventes en contraignant les gens à devoir acheter la musique et les films.

Ironiquement, ça ne pourrait avoir aucun effet, voire même diminuer encore plus les ventes de ces artistes. Si ces produits sont téléchargés gratuitement sur Internet, c’est qu’ils n’ont aucune valeur artistique. Les films d’Hollywood qui sont sortis au 21e siècle ne sont que de la propagande visant à changer l’opinion publique selon les besoins du gouvernement américain. Que ce soit en faisant la promotion de la guerre ou la promotion d’un idéal de vie déconnecté de la réalité (le rêve américain), les films d’Hollywood ont pour but de manipuler par les images la mentalité des gens du monde entier. C’est un processus bien connu de tous les propagandistes.

C’est d’ailleurs pourquoi l’industrie cinématographique est grassement subventionnée par les contribuables américains par toutes sortes de crédits d’impôt et autres échappatoires fiscales. Cet argent sert notamment à payer les immenses quantités de marketing nécessaire à la vente de leur marchandise. Les producteurs des films d’Hollywood prétendent qu’ils méritent autant d’argent parce qu’ils sont talentueux. Ils ont tort : les films d’Hollywood qui sont profitables sans ces subventions sont extrêmement rares.

Ça se passe comme ça depuis bien avant qu’Internet existe; Internet ne fait que permettre de se procurer ces films à leur vraie valeur : zéro. Le même raisonnement s’applique pour l’industrie de la musique. En fait, c’est à peine si on peut considérer que ce qui vient de là-bas est de la musique.

Si le cartel d’Hollywood défend par un intense lobbying ce projet de loi, c’est qu’ils ne doivent pas se rendre compte de l’évidence que je viens de révéler. Je vais donc supposer que le projet de loi est finalement voté et appliqué de la manière la plus complète possible. Tous les téléchargements illégaux sont impossibles. Tous les sites, comme Google, Wikipédia et Facebook pouvant avoir le moindre contenu obtenu de manière illégale sont fermés. Ces gros sites sont assurés d’avoir au moins une parcelle d’information obtenue de manière illégale, sans aucun contrôle de la part de leurs gestionnaires. Serait-ce la fin du monde telle que nous le connaissons ?

Bien qu’habituellement ce sont les gens qui sont contre le projet de loi SOPA qui soutiennent ces arguments, j’aime voir le côté positif des choses. Si tous ces sites sont fermés, les seuls sites pouvant rester ouverts seront ceux où tous les gens auront cédé leurs droits d’auteur, ou qui sont morts depuis trop longtemps. Les gens ne pourront bientôt plus aller sur Internet que pour lire des auteurs comme Comte, Kropotkine, Marx et Engels, sans oublier Saint-Simon. C’est une bonne nouvelle pour le futur: l’accès à la propagande américaine sera restreint par le gouvernement lui-même. Ils pourront donc choisir par eux-mêmes ce qu’ils vont regarder sur internet et enfin commencer à penser par eux-mêmes.

On voit donc que ceux qui ont proposé le projet de loi SOPA ne feront que se tirer dans le pied, ou plutôt, dans la tête. Ce genre de loi ne fait que montrer comment le régime actuel de propriété privée est contradictoire. Il ne peut aboutir qu’à son autodestruction. Ce qui est une bonne chose.
On peut aussi se demander quelle est la base du raisonnement selon laquelle copier les données d’une personne est un crime. En principe, un crime, c’est censé être quelque chose qui entrave le bon fonctionnement de la société. Si je réussissais, en un claquement de doigts, à reproduire une maison telle quelle sur un autre terrain, ça ferait de moi un génie non ? Je serais capable de répondre aux besoins de plein de gens totalement gratuitement. Bien sûr, les constructeurs de maison et les fournisseurs de matériaux de construction seraient ruinés. Des millions d’employés seraient foutus à la porte. Ces mêmes gens me diraient que j’ai détruit leur emploi en permettant le copiage instantané de maisons. Pourtant, ce serait mieux ainsi. Le progrès technique, de toute façon, va déjà dans cette voie : on le voit dans l’industrie où des objets sont répétés des millions de fois à un coût très bas.

C’est précisément un des arguments des producteurs de disques et des équipes de marketing qui travaillent pour l’industrie cinématographique et l’industrie musicale. Eh bien, on n’arrête pas le progrès. Que la loi passe ou non, leur disparition est proche. Nous ne verserons pas une larme.

Image article SOPA : Une bonne affaire  finalement 1481
Photo: Lamar S. Smith, l’instigateur du projet de loi SOPA




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Pont Champlain : une lueur d’espoir pour le transport

25 janvier 2013

Les nerfs en sphère - La chronique d’un vert   Le gouvernement québécois a annoncé dernièrement qu’il songeait à implanter un système léger sur rail (SLR) dans le projet du nouveau pont Champlain. Quoi? Du transport en commun efficace pour desservir la Rive-Sud? On ose penser à un projet de développement urbain intelligent? J’ai retrouvé un peu d’espoir en la vie, moi qui suis encore si amer du projet de reconstruction de l’échangeur Turcot...

Certificats de reconnaissance pour les finissants du baccalauréat en génie de l’École Polytechnique

23 janvier 2009

Dans le but de souligner l’excellence des finissants au baccalauréat en génie, la Direction générale et le Conseil académique ont le plaisir d’offrir un programme de reconnaissance qui comporte quatre principaux prix de mérite. Ces prix seront remis à la Collation des grades de juin 2009. 1. La Mention d’excellence du directeur général souligne l’excellence académique des étudiants ayant maintenu une moyenne cumulative de 3,50 et plus sur 4. 2. Le Profil de Vinci...

Casse-noisette à Montréal

9 janvier 2009

Alors que Montréal vibrait à la cadence folle du temps des fêtes, le traditionnel ballet de Tchaïkovski figeait le temps autour de lui pour entraîner les spectateurs en un conte merveilleux à la Place des Arts. L’histoire. Noël, la petite Clara est conviée ainsi que toute sa famille pour le réveillon. Les cadeaux sont ouverts sous le sapin, chevaux en bois, tambours, flûte... Drosselmeyer, le parrain de Clara, arrive au milieu de la salle...