Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

CIPO 2011 – Une aventure singulière à l’international

Au mois d’avril 2010, après un processus d’entrevue assez particulier, nous étions 9 étudiants de Polytechnique à apprendre que nous formions l’équipe 2011 du CIPO, soit le Comité international de projets outre-mer. Ce qui nous attendait demeurait flou : nous savions seulement que nous allions réaliser un projet à l’étranger durant l’été 2011. Quoi ? Où ? Comment ? Nous allions devoir le décider ensemble grâce à l’encadrement des anciens membres.
Pendant toute une année, nous avons donc travaillé d’arrache-pied pour organiser des activités de financement, effectuer des demandes de commandite, déterminer un projet, étudier la faisabilité de celui-ci, organiser notre départ… Nous avons ainsi entrepris une expérience d’équipe intense et enrichissante. Par exemple, la prise de décision par consensus nous avait déjà permis de découvrir la personnalité de chacun.

Initialement, le projet 2011 devait se dérouler au Burkina Faso, mais l’armée s’est insurgée contre le gouvernement à un mois de notre départ. L’adaptabilité étant un concept clé dans le travail à l’international, nous avons su rebondir sur un nouveau projet malgré nos cœurs brisés. Ainsi, le 22 mai, nous nous envolions vers le Malawi pour contribuer à agrandir une école secondaire communautaire du village de Chilanga. La mission était de construire un bloc de salles de classe équipé d’un laboratoire de sciences en plus de latrines à compost, un besoin soulevé par la communauté locale.
Plus de 500 élèves fréquentent cette école qui ne possède que quatre salles de classe. Le gouvernement malawite ne leur apporte aucune aide financière mis à part le salaire des enseignants. De nouvelles installations permettraient donc de diminuer le nombre d’élèves par enseignant et ainsi d’augmenter la qualité de l’enseignement. De plus, ceux inscrits en sciences n’avaient jamais manipulé de matériel scientifique avant de passer leur examen ministériel de fin de secondaire. C’est pourquoi nous apportions du matériel de laboratoire donné par le cégep Vanier.

Dès la première journée, accompagnés du directeur d’école, l’entrepreneur et le contremaître locaux nous ont accueilli sur le chantier de construction en devenir. Nous allions définitivement avoir à nous salir les mains cet été ! Le matin, nous nous levions dans nos familles d’accueil respectives. Après avoir mangé, nous partions vers le travail en les saluant en chichewa. Le jour, nous apprenions à poser des briques, brasser le mortier, plâtrer les murs, à niveler le plancher, etc. Loin de vouloir donner des ordres, nous écoutions attentivement les consignes de toute l’équipe d’ouvriers. Ce sont eux les experts de la technique locale !
C’est ainsi que 12 semaines de travail se sont succédées, parsemées d’anecdotes prégnantes et de découvertes culturelles. Et avec le temps, nous nous sommes épanouis en tant que gestionnaires de projet. Nous avons administré le budget au complet, gardé un suivi serré des dépenses, marchandé les achats, innové dans le projet de latrines à compost et tenu les rênes en cas d’imprévus. Bref, à la cérémonie d’inauguration, nous étions fiers de l’aboutissement de l’année et des quelques mois de travail. D’un côté, le projet avait une durée finie. D’un autre côté, le partage de connaissances, l’échange culturel et le contact humain privilégié demeurent inoubliables et durables.

Le CIPO a été créé en 1991 dans le but de permettre à de futurs ingénieurs de s’initier à la coopération internationale. Depuis, l’initiative a bien grandi. Le CIPO est maintenant officiellement reconnu comme un stage. D’ailleurs, à la session d’hiver 2011, Polytechnique a introduit le cours IND5120, Ingénieur en coopération et développement international, offert à tout étudiant suivant l’orientation Projets internationaux.
L’expérience CIPO, c’est une façon parmi d’autres de développer des compétences de gestion en tant que futurs ingénieurs à Polytechnique, mais l’équipe 2011 peut vous garantir que l’aventure qui en découle est unique en son genre !
Pour plus d’informations : www.cipo-poly.org




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.