Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Bharati : il était une fois l’Inde

Bharati est un spectacle de danse, de musique et d’acrobaties indiens. À travers d’impressionnantes chorégraphie, on nous raconte l’histoire de Siddharta (Muthu Saravanan Kalidasan), un jeune ingénieur d’origine indienne ayant vécu aux États-Unis toute sa vie et qui revient en Inde pour trouver une façon de nettoyer le Gange. Malheureusement pour les ingénieurs compulsifs, Siddharta, en pleine recherche sur le terrain, est déconcentré (et on le comprend) par la belle Bharati (Bhavna Pani), une Indienne pure laine qui vit selon les traditions du pays. Il en tombe évidemment amoureux et n’arrive plus à se concentrer. Il arrête donc de travailler et essaye de la séduire. Pour y arriver, il aura besoin de l’aide du narrateur qui lui apprendra les coutumes de son pays. Alors que Siddharta effectue son périple éducatif, on apprend que le père de Bharati lui a concocté un mariage arrangé avec une vedette de Bollywood très souriante, Vijay. Notre Roméo indien doit alors convaincre le père de Bharati qu’il est digne de sa fille. Ce qu’il fera tout naturellement en dansant et en chantant. Le spectacle se termine sur le mariage de Siddharta et de Bharati. Bref, l’histoire racontée n’est peut-être pas très originale, mais ça ne gâche en rien le plaisir que l’on a durant la présentation.

Les nombreux numéros de danse au synchronisme époustouflant nous en mettent plein la vue. Les chorégraphies nous transportent en plein cœur d’un film bollywoodien. La mise en scène de ce spectacle a dû être tout un casse-tête tellement il peut y avoir de danseurs en même temps. Les numéros de femmes sensuelles au mouvement de bassin envoutant alternent avec ceux des hommes musclés. Il a de quoi plaire à l’ingénieur ainsi qu’à sa copine. Un très beau moment du spectacle fût lorsqu’ils demandèrent à la foule de danser avec eux. Après un cours théorique de courte durée, on a pu voir la Place des arts au complet se lever et le mettre en pratique. C’était à la fois touchant et extrêmement drôle (même si j’ai failli perdre un œil à cause de ma voisine de droite).

Les décors étaient à la fois simples et efficaces. Une grande toile sur laquelle étaient projetés des bouts de films ornait l’arrière de la scène. Ces films servaient parfois à des mises en contexte, mais ils servaient surtout de complément aux décors. On ne peut pas ne pas mentionner les costumes. Plus de 1000 sont nécessaires au spectacle et ils sont tous magnifique. Une mention spéciale pour les habits des mariés. Je dois admettre que les costumes n’ont pas besoin d’être très originaux, la majorité semble être issue directement de la culture indienne.

La musique a tout pour combler un fan de musique indienne : tous les musiciens, chanteurs et chanteuses sont sur scène avec les danseurs et font partie intégrante du spectacle. C’est très impressionnant d’entendre les chanteuses. Les yeux fermés, on aurait cru qu’elles étaient très nombreuses alors qu’elles ne sont que 3. Un des chanteurs s’est même risqué à nous interpréter un rap indien, c’était assez cocasse. On a beau ne rien comprendre à tout ce qui est chanté pendant le spectacle (les seules paroles françaises sont dites par le narrateur), c’est magnifique.

Bref, Bharati est un excellent spectacle pour les fans de la culture indienne, de Bollywood ou ceux qui veulent tout simplement passer un excellent moment dans un univers exotique où l’amour est aussi simple qu’une chanson et où tout s’exprime par la danse. On en oublie qu’il fait froid dehors tellement on se sent dépaysé.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.