Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La mort du livre imprimé

La semaine dernière, le détaillant de livres Amazon.com a annoncé la préparation d’un service où ses clients pourraient louer des copies électroniques de livres qu’ils pourraient lire sur leurs lecteurs de e-books portables. Le service ressemblerait beaucoup au service qu’offre NetFlix, une compagnie qui offre des forfaits de location de films en ligne à un frais mensuel dans les alentours de dix dollars par mois. D’après Amazon, le service coûterait 79$US par année. En retour, les clients pourraient emprunter un nombre illimité de livres.

D’habitude, l’ouverture d’un magasin de livres ne justifie pas une attention médiatique aussi énorme que celle du cirque entourant l’ouverture éventuelle du service de prêt de Amazon. Dans ce cas ci, l’ouverture est importante à noter à cause de l’impact qu’elle aura sur l’industrie du livre et sur toutes les industries qui y sont connexes. On peut faire quelques prédictions que le début d’un tel service aura sur cette industrie et c’est le but du présent éditorial.

L’ouverture graduelle d’un marché de livres électroniques sur l’internet va complètement réaménager l’industrie du livre et les rôles de tous les maillons présents dans l’acheminement du livre au lecteur.

Les rôles de l’imprimeur, l’industrie du transport, des détaillants dans la production et la vente d’un livre – pour en nommer que quelques uns – seront soit complètement éliminés ou sévèrement diminués. Ils deviendront des vestiges de l’industrie du livre qui serviront une très petite minorité de lecteurs qui préfèrent lire un livre physique – comme nous l’avons fait depuis notre enfance – au lieu du e-book qui sera devenu la nouvelle norme.

Lorsqu’on parle de cette transition hypothétique de masse vers le e-book, certains se disent sceptiques envers son arrivée. L’argument le plus souvent entendu est celui que les lecteurs traditionnels préfèrent lire une copie papier d’un livre au lieu de visionner un assemblage de microbilles agissant comme des pixels. Cet argument est définitivement faux. Cet argument est identique à celui qui a été utilisé dans le débat des appareils photos numériques contre les appareils à pellicule. Les sceptiques disaient que les gens aimaient tenir en leur main leur photos et qu’attendre le moment où leurs photos seraient prêtes à la pharmacie était excitant. Non seulement la technologie du développement durant 1 heure est arrivée, les appareils traditionnels ont perdus leur usage à travers les années au profit du numérique. La même chose arrivera avec les livres imprimés sur papier.

Lorsque Napster, un service de téléchargement de musique illégal, est arrivé sur l’internet en 1999, l’industrie de la musique a subit d’immenses difficultés financières. Les amateurs de musique ont arrêté d’acheter leur musique en magasin et la téléchargeaient illégalement sur l’internet. On peut se demander pourquoi cette même chose n’est pas arrivé avec les livres sur l’internet. Après tout, les textes informatisés et les “scanners” ne datent pas d’hier! La raison pour ceci est simple: La technologie d’affichage de livres numériques n’était pas à la hauteur de celle de diffusion de musique. Lire un livre de 500 pages sur un écran donnait de sévères maux de tête à ceux qui s’y essayaient. J’ai moi-même tenté l’expérience avec «Les Frères Karamazov» de Dostoyevsky, un texte que j’ai trouvé sur le site www.gutenberg.org, qui agit comme bibliothèque ouverte pour les livres lequels le droit d’auteur s’est écoulé avec le temps. Le résultat? Après 100 pages, je n’en pouvais plus. J’ai fait l’emprunt d’une copie papier à la bibliothèque.

Cette dernière limitation technologique à la transition numérique est maintenant réglée. De nos jours, les lecteurs de e-book ne rayonnent plus de lumière à partir d’un écran lumineux; ils utilisent la nouvelle technologie E-Ink composée de microbilles agencées par un courant électrique. Ces microbilles ne projettent pas de lumière, mais au contraire utilisent la lumière ambiante pour acheminer l’information contenue aux yeux du lecteur. C’est un système analogue à une feuille de papier. L’un est pratiquement indiscernable de l’autre et il n’y a plus de raison technique pour retarder sa transition.

L’annonce d’Amazon a choqué bien des distributeurs, transporteurs et d’autres compagnies qui seront bientôt des vestiges de l’industrie du livre. Pour eux, Amazon est un ennemi. D’après moi, ils analysent mal la situation qui n’est même pas causée par la décision d’Amazon. Au contraire, cette décision est la réponse d’une compagnie qui tente de rester profitable et ne pas tomber dans la désuètude dans un marché en évolution. La ruée vers le numérique est inévitable et les réactionnaires de l’industrie du livre périront! Que la ruée commence!

Image article La mort du livre imprimé 1442




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

3D SEX AND ZEN: EXTREME ECSTASY

21 octobre 2011

Le lettré Wei Yangsheng rencontre la belle Tie et l’épouse. Incapable de la satisfaire sexuellement, il part au «Pavillon des plaisirs ultimes», là où habitent le Prince de Ning et son armée de voraces nymphomanes. Cet individu fourbe réalise que le pénis de Wei est trop petit. Il le convainc de se faire greffer une bite d’âne. Les problèmes commencent... Ce, plus ou moins, premier vrai film de cul 3D en a surpris beaucoup,...

Une résolution du Nouvel An pour les étudiants canadiens

12 janvier 2007

Par Ben Fine & Josh Scheinert Un des faits les plus marquants du XXe siècle a été l’incapacité collective de l’humanité à résister au mal. Toutefois, devant l’indifférence universelle, un groupe a constamment élevé la voix pour réclamer justice : les étudiants. * Octobre 1956 : des étudiants hongrois marchent dans les rues de Budapest, déclenchant dans le pays un mouvement de révolte contre l’autorité soviétique. * Années 1960, dans le sud des États-Unis...

Vision historique de l’Ingénieur

23 septembre 2011

Par Kévin Horton-Guay J’ai débuté un grand projet qui consiste à faire un portrait de l’ingénieur et des défis auxquels il aura à faire face dans le futur. Pour procéder, j’ai interviewé des spécialistes de différent domaines où il est pertinent de s’intéresser à l’ingénieur. J’ai donc fait des entrevues avec un historien, un éthicien, un philosophe et un sociologue pour recueillir leurs points de vue. Cette semaine j’expose les idées de Yakov Rabkin,...