Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Industrialisation

J’ai perdu mon efface… Ma gomme à effacer s’est tirée! Je n’y crois pas, c’est impossible. Après tous ces moments vécus ensemble! C’était la première fois que je sentais qu’il y avait vraiment quelque chose de spécial entre nous. Depuis un an nous marchions ensemble. Des abominations, elle en avait vu! Elle me connaissait par cœur. Les autres m’avaient tous lâchée après 2-3 mois. À peine avaient-elles commencées à perdre de la longueur qu’elles se barraient sans me dire un mot!

Bon, je commençais à trouver que ma bonne vieille compagne en avait trop vu. J’avais comme projet de lui offrir une retraite bien méritée, attaché à mon babillard… peut-être même encadré! On aurait pu y lire « Cette efface a offert un an complet de loyaux services ». Elle a lu dans mes pensées; trop orgueilleuse pour accepter sa fin! Juste quand j’engage son remplaçant, le jour même où je le place avec la vétérante (question qu’il se face formé); elle se casse!

Bien sûr elle était devenue minuscule, bien sûr elle était sale, bien sûr elle n’avait plus aucun coin pour les tâches de précision… mais quelle était sa valeur? Ça va en prendre du temps avant que je ne signe un contrat aussi efficace, que j’achète un objet autant utilisé, aussi rentable. J’aurais peut-être pu la mettre au côté de mes vieilles chaussures qui, elles, au moins, ne m’ont jamais laissé tomber! Sans aucun crampon restant, ayant perdu leur fonction originelle, elles ne m’ont pourtant pas quitté sournoisement comme madame « sans-latex ».

Reste que, maintenant, je regarde autour de moi et je ne vois que des compagnons sans âmes. Employés incompétents qui seront mis à la remise non pas à cause de leur usure, mais à cause de leur incompétence. Leur incompétence à offrir un rôle essentiel, à accomplir les tâches nécessaires et souvent leur inhabilité à rester fonctionnel avant même d’avoir quelques cicatrices. Leurs grands-pères étaient fiers, eux! Un bousculement ou un changement dans leur routine ne les envoyaient pas en congé maladie!

En fait, de nos jours, les jeunes sont rendus lâches. Toujours faits à même la limite du minimum, se forçant pour avoir la vie normale, dans les règles. Le dépassement de soi n’est plus une valeur. À quoi bon rester quand un remplaçant plus en forme peut prendre la relève? À quoi bon se montrer chaque matin quand tous sont plus beaux que soi. Dans ce monde, compétences égales est loin de signifier salaire égal. Ce qu’il faut, c’est paraitre bon! Malheureusement, ce critère n’est jamais constant année après année.

Au fond, le vrai problème, c’est le patron. Le vrai problème c’est moi! Comment voulais-tu qu’elle réagisse en plaçant à ses côtés quelqu’un de plus « fonctionnel » qu’elle. Quelqu’un en apparence plus compétent. J’ai été aveuglé par le système superficiel.

Comment vais-je faire pour retrouver la même expérience? Ce n’est surement pas cette lampe qui deviendra la prochaine matriarche. Par contre, mon clavier commence à montrer des signes de sagesse, en particulier sa partie « e ». Voilà un allié qui saura comprendre mes tourments. Malheureusement, il vient en pair avec un parfait exemple de la nouvelle génération.

Nous sommes victimes de notre propre efficacité et de notre savoir des faiblesses de nos outils. Les ressources ne sont pas illimitées. Ces travailleurs ont besoins de nourriture. Ils doivent grandir avant d’atteindre leur âge de maturité où ils peuvent alors servir à la société. Les institutions de formation seront toujours présentes, mais la matière première fera défaut. Alors, nous devrons revenir à l’utilisation de nos arrières retraités pour les remettre au boulot. Ceux-là, au moins, ne tombent jamais malades.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Les Carabins au sommet

20 octobre 2006

Dimanche après-midi, les filles recevaient un adversaire de taille : les Martlets de McGill. Elles sont sensées être la deuxième meilleure équipe au pays et elles sont bel et bien au deuxième rang de la conférence du Québec en vertu de leur dossier vierge de défaites entre autres choses. La tâche s’annonce donc difficile pour nos Carabines, qui se sont d’ailleurs inclinées 3 à 1 le jeudi d’avant contre ces mêmes Martlets. Malheureusement, pour...

En prévision dans le monde métaleux

23 mars 2012

Metal Alliance Tour Vendredi 23 mars, 17h, Le National Ce vendredi, le Metal Alliance Tour fera escale au National pour une grosse soirée de Heavy Métal de tous genres. Du Death Métal technique et survolté de The Faceless jusqu’au Heavy Métal plus traditionnel de 3 Inches of Blood, les fans de métal de tous horizons seront choyés. Avec Devildriver en tête d’affiche, la soirée promet d’en déchirer solide. Le Paganfest Dimanche 1er avril, 19h,...

Rester au 2e étage

9 septembre 2011

  Je dois vous faire part de mes matinées idéales. Je sais, vous n’avez pas nécessairement envie de pénétrer mon quotidien, je ne suis pas Tiger Woods après tout. Mais comme vous êtes déjà en train de me lire, aussi bien savoir pourquoi je vous raconte ça. Mes matinées idéales, donc. Trois éléments nécessaires. Un café (élémentaire), un journal (La Presse, de préférence) et du temps. Du temps? Ben oui, sinon, je ne peux...