Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

À ne pas manquer à Osheaga

Il est facile de se laisser emporter par le tourbillon qu’est Osheaga, dont le passage annuel se fait remarquer partout en ville dans le cadre d’une semaine où les opposés se croisent à quelques minutes d’intervalle. Sans permettre aux festivaliers de reprendre leur souffle durant ces quelques jours vécus à toute vitesse, on se sent projeter au sol par le mouvement de ces courants d’influence venus des quatre points cardinaux pour balayer notre région.

Question de ne pas être déboussolé par ce phénomène annuel, on présente ici une sélection de quelques performances à ne pas manquer au cours de cette longue fin de semaine. De quoi satisfaire même les plus capricieux amateurs de musique, avec une programmation qui couvre un large spectre de la musique de l’heure en 2011.

Comme à son habitude, le festival permet aux spectateurs d’assister tant aux performances de groupes de renommée internationale qu’à des performances de groupes s’étant récemment fait remarquer, tant sur la scène locale que sur la scène internationale. Un bénéfice tant pour les festivaliers que pour les groupes, alors que le public aura l’occasion de découvrir des artistes qu’il n’aurait pas eu l’occasion de voir dans un autre contexte.

Parmi les groupes les plus connus à l’honneur dans le cadre de l’édition 2011, on ne peut passer sous silence le passage d’Eminem et de Cypress Hill, qui incarnent à eux seuls des décennies de hip-hop et succès à travers l’adversité. Malgré un nouveau courant au sein de cette scène avec la montée en popularité récente de groupes de hip-hop « alternatifs » tels que OFWGKTA et Kreayshawn (qui ne seront pas à l’affiche du festival cette année), ces artistes ont su conserver la place qu’ils occupaient depuis le début de leur carrière, signe de l’importance de leur contribution au genre. Du côté local, Alaclair Ensemble — le groupe à l’origine d’une révolution au sein du mouvement du hip-hop québécois — fera la démonstration de l’onde de choc causée l’an dernier par le lancement de 4,99 en se présentant sur la scène du Piknic Électronik.

***

Du côté de la grande sélection de groupes rock offerte cette année encore, notons entre autre les locaux The Luyas dans la catégorie indie, qui se sont fait remarquer plus tôt cette année avec leur second album, Too Beautiful to Work. Dans une dérivation aux saveurs plus électronique, le duo Ratatat présentera quant à lui une de ses performances où se côtoient rock alternatif et synthétiseurs sur tons de mélodies pop aux accents funk.

Le festival saura également plaire aux amateurs de musique plus énergique, puisque le groupe ontarien de hardcore punk Fucked Up viendra semer le chaos parmi la foule et les esprits avec la présence sur scène incomparable de son frontman Damian Abraham. Pouvant partager la même description de musique « énergique », les torontois de Death From Above 1979 qui incarnent toute l’essence du rock noisy du début des années 2000 passera en ville pour la première fois depuis que les acolytes ont décidé de reprendre le projet là où ils l’avaient laissé en 2006.

Image article À ne pas manquer à Osheaga 1428

***

Lors de l’édition précédente, les performances offertes sur la scène du Piknic Électronik avaient fait tourné de nombreuses têtes, dont celle de Major Lazer qui avait attiré une foule que nul n’avait pu prévoir.

Cette année encore, Osheaga en collaboration avec le Piknic Électronik propose une série de performances pour les amateurs de musique électronique dans plusieurs dérivations, dans le décor extérieur habituel qu’on lui connaît. À l’honneur dans le cadre de cette édition, des artistes dans le courant de ce que l’on a pu entendre dans le cadre des soirées Night Trackin’ présentées au Velvet , avec DâM-Funk ainsi que la participation des architectes de ce mouvement au sein de la métropole, à savoir les organisateurs-même de Night Trackin’, Seb Diamond, DuVall et Jacques Greene. Également à ne pas manquer sur la scène du Piknic, DJ Cosmo ainsi que Girl Unit.

Image article À ne pas manquer à Osheaga 1426
Image article À ne pas manquer à Osheaga 1427

Pour davantage d’information, consulter le site officiel du festival Osheaga au www.osheaga.com.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+