Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

À ne pas manquer à Osheaga

Il est facile de se laisser emporter par le tourbillon qu’est Osheaga, dont le passage annuel se fait remarquer partout en ville dans le cadre d’une semaine où les opposés se croisent à quelques minutes d’intervalle. Sans permettre aux festivaliers de reprendre leur souffle durant ces quelques jours vécus à toute vitesse, on se sent projeter au sol par le mouvement de ces courants d’influence venus des quatre points cardinaux pour balayer notre région.

Question de ne pas être déboussolé par ce phénomène annuel, on présente ici une sélection de quelques performances à ne pas manquer au cours de cette longue fin de semaine. De quoi satisfaire même les plus capricieux amateurs de musique, avec une programmation qui couvre un large spectre de la musique de l’heure en 2011.

Comme à son habitude, le festival permet aux spectateurs d’assister tant aux performances de groupes de renommée internationale qu’à des performances de groupes s’étant récemment fait remarquer, tant sur la scène locale que sur la scène internationale. Un bénéfice tant pour les festivaliers que pour les groupes, alors que le public aura l’occasion de découvrir des artistes qu’il n’aurait pas eu l’occasion de voir dans un autre contexte.

Parmi les groupes les plus connus à l’honneur dans le cadre de l’édition 2011, on ne peut passer sous silence le passage d’Eminem et de Cypress Hill, qui incarnent à eux seuls des décennies de hip-hop et succès à travers l’adversité. Malgré un nouveau courant au sein de cette scène avec la montée en popularité récente de groupes de hip-hop « alternatifs » tels que OFWGKTA et Kreayshawn (qui ne seront pas à l’affiche du festival cette année), ces artistes ont su conserver la place qu’ils occupaient depuis le début de leur carrière, signe de l’importance de leur contribution au genre. Du côté local, Alaclair Ensemble — le groupe à l’origine d’une révolution au sein du mouvement du hip-hop québécois — fera la démonstration de l’onde de choc causée l’an dernier par le lancement de 4,99 en se présentant sur la scène du Piknic Électronik.

***

Du côté de la grande sélection de groupes rock offerte cette année encore, notons entre autre les locaux The Luyas dans la catégorie indie, qui se sont fait remarquer plus tôt cette année avec leur second album, Too Beautiful to Work. Dans une dérivation aux saveurs plus électronique, le duo Ratatat présentera quant à lui une de ses performances où se côtoient rock alternatif et synthétiseurs sur tons de mélodies pop aux accents funk.

Le festival saura également plaire aux amateurs de musique plus énergique, puisque le groupe ontarien de hardcore punk Fucked Up viendra semer le chaos parmi la foule et les esprits avec la présence sur scène incomparable de son frontman Damian Abraham. Pouvant partager la même description de musique « énergique », les torontois de Death From Above 1979 qui incarnent toute l’essence du rock noisy du début des années 2000 passera en ville pour la première fois depuis que les acolytes ont décidé de reprendre le projet là où ils l’avaient laissé en 2006.

Image article À ne pas manquer à Osheaga 1428

***

Lors de l’édition précédente, les performances offertes sur la scène du Piknic Électronik avaient fait tourné de nombreuses têtes, dont celle de Major Lazer qui avait attiré une foule que nul n’avait pu prévoir.

Cette année encore, Osheaga en collaboration avec le Piknic Électronik propose une série de performances pour les amateurs de musique électronique dans plusieurs dérivations, dans le décor extérieur habituel qu’on lui connaît. À l’honneur dans le cadre de cette édition, des artistes dans le courant de ce que l’on a pu entendre dans le cadre des soirées Night Trackin’ présentées au Velvet , avec DâM-Funk ainsi que la participation des architectes de ce mouvement au sein de la métropole, à savoir les organisateurs-même de Night Trackin’, Seb Diamond, DuVall et Jacques Greene. Également à ne pas manquer sur la scène du Piknic, DJ Cosmo ainsi que Girl Unit.

Image article À ne pas manquer à Osheaga 1426
Image article À ne pas manquer à Osheaga 1427

Pour davantage d’information, consulter le site officiel du festival Osheaga au www.osheaga.com.

Articles similaires

Lettre ouverte de Poirier au maire de Montréal

14 avril 2010

Lettre de Ghislain Poirier au maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, concernant le désormais célèbre incident de la SAT du mois dernier: http://www.poiriersound.com/2010/04/13 En espérant que cette lettre parvienne à trouver un écho ailleurs que parmi les cercles de gens déjà au courant de cet évènement. Peut-être que l’intervention de Poirier saura attirer l’attention de quelques médias « traditionnels », qui ont toujours la capacité de faire circuler la nouvelle. Mises à jour :...

100 Jahre Ballets Russes

9 octobre 2009

La traduction allemande pour le 100e anniversaire des Ballets Russes est 100 Jahre Ballets Russes. Pourquoi traduction allemande me diriez vous ? Et bien entre deux chopes de bières à l’Oktoberfest, Le Polyscope a couvert trois performances d’une rare exécution au Bayerisches Staatsballett et au Bayerische Staatsoper de Munich. Premier arrêt pour le 100e anniversaire des Ballets Russes. Shéhérazade Musique de Rimsky-Karsakow, chorégraphie de Mikhail Fokine. L’histoire prend place dans un harem au temps...

John Legend au Métropolis

4 septembre 2009

De passage à Montréal pour présenter son dernier album, Evolver, le chanteur de soul/R’N’B John Legend s’est arrêté au Métropolis le 17 août. Dans une salle pleine à craquer, nous avons d’abord eu droit à la prestation d’un de ses protégés, Vaughn Anthony. Cette dernière fut plutôt bien appréciée par un public (essentiellement féminin), transporté par le style vocal se rapprochant de celui de l’hôte de marque de la soirée (ou alors par la...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Starmania vs Notre Dame de Paris

12 février 2010

Le 1er février dernier l’Orchestre Symphonique de Montréal a présenté Starmania versus Notre-Dame de Paris à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Ce spectacle, mis en scène par Daniel Roussel est entièrement consacré aux grandes chansons de Starmania et de Notre-Dame de Paris, monuments populaires incontournables écrits par Luc Plamondon sur des musiques de Michel Berger et de Richard Cocciante. Ce mélange peut paraître un peu douteux, sachant que, d’une part, ce...

No. 6: À mi-chemin entre 1984 et Tokyo

30 septembre 2011

La poussière n’est pas encore retombée pour les fans de No. 6. Deux semaines après la diffusion du 11e et dernier épisode de la série, on voit encore apparaître des pages de blogs réclamant à grands cris une seconde saison. C’est probablement l’effet que recherchaient les scénaristes lorsqu’ils ont opté pour une fin ouverte et, selon plusieurs témoignages, déchirante. L’histoire débute en 2013: après une série d’évènements vaguement abordés, pouvant aller de la guerre...

Impro : la prochaine sera mixte !

13 mars 2009

voici un retour sur le tournoi d’improvisation universitaire (CUI 2009) auquel a participé l’Egotrip ce week-end, notre fière équipe d’improvisation de Polytechnique. Bienvenue à tous !! [Annonce des joueurs] Bon match !! [Coup de sifflet] Silence… « Improvisation mixte ayant pour thème ‘‘Sushi et Kamikaze’’ d’une durée de 3 minutes, de catégorie libre, nombre de joueurs illimités. Caucus ! » Et c’est parti ! En toute objectivité, cette improvisation qui mettait en scène un client allergique...