Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

À ne pas manquer à Osheaga

Publicité:

Il est facile de se laisser emporter par le tourbillon qu’est Osheaga, dont le passage annuel se fait remarquer partout en ville dans le cadre d’une semaine où les opposés se croisent à quelques minutes d’intervalle. Sans permettre aux festivaliers de reprendre leur souffle durant ces quelques jours vécus à toute vitesse, on se sent projeter au sol par le mouvement de ces courants d’influence venus des quatre points cardinaux pour balayer notre région.

Question de ne pas être déboussolé par ce phénomène annuel, on présente ici une sélection de quelques performances à ne pas manquer au cours de cette longue fin de semaine. De quoi satisfaire même les plus capricieux amateurs de musique, avec une programmation qui couvre un large spectre de la musique de l’heure en 2011.

Comme à son habitude, le festival permet aux spectateurs d’assister tant aux performances de groupes de renommée internationale qu’à des performances de groupes s’étant récemment fait remarquer, tant sur la scène locale que sur la scène internationale. Un bénéfice tant pour les festivaliers que pour les groupes, alors que le public aura l’occasion de découvrir des artistes qu’il n’aurait pas eu l’occasion de voir dans un autre contexte.

Parmi les groupes les plus connus à l’honneur dans le cadre de l’édition 2011, on ne peut passer sous silence le passage d’Eminem et de Cypress Hill, qui incarnent à eux seuls des décennies de hip-hop et succès à travers l’adversité. Malgré un nouveau courant au sein de cette scène avec la montée en popularité récente de groupes de hip-hop « alternatifs » tels que OFWGKTA et Kreayshawn (qui ne seront pas à l’affiche du festival cette année), ces artistes ont su conserver la place qu’ils occupaient depuis le début de leur carrière, signe de l’importance de leur contribution au genre. Du côté local, Alaclair Ensemble — le groupe à l’origine d’une révolution au sein du mouvement du hip-hop québécois — fera la démonstration de l’onde de choc causée l’an dernier par le lancement de 4,99 en se présentant sur la scène du Piknic Électronik.

***

Du côté de la grande sélection de groupes rock offerte cette année encore, notons entre autre les locaux The Luyas dans la catégorie indie, qui se sont fait remarquer plus tôt cette année avec leur second album, Too Beautiful to Work. Dans une dérivation aux saveurs plus électronique, le duo Ratatat présentera quant à lui une de ses performances où se côtoient rock alternatif et synthétiseurs sur tons de mélodies pop aux accents funk.

Le festival saura également plaire aux amateurs de musique plus énergique, puisque le groupe ontarien de hardcore punk Fucked Up viendra semer le chaos parmi la foule et les esprits avec la présence sur scène incomparable de son frontman Damian Abraham. Pouvant partager la même description de musique « énergique », les torontois de Death From Above 1979 qui incarnent toute l’essence du rock noisy du début des années 2000 passera en ville pour la première fois depuis que les acolytes ont décidé de reprendre le projet là où ils l’avaient laissé en 2006.

Image article À ne pas manquer à Osheaga 1428

***

Lors de l’édition précédente, les performances offertes sur la scène du Piknic Électronik avaient fait tourné de nombreuses têtes, dont celle de Major Lazer qui avait attiré une foule que nul n’avait pu prévoir.

Cette année encore, Osheaga en collaboration avec le Piknic Électronik propose une série de performances pour les amateurs de musique électronique dans plusieurs dérivations, dans le décor extérieur habituel qu’on lui connaît. À l’honneur dans le cadre de cette édition, des artistes dans le courant de ce que l’on a pu entendre dans le cadre des soirées Night Trackin’ présentées au Velvet , avec DâM-Funk ainsi que la participation des architectes de ce mouvement au sein de la métropole, à savoir les organisateurs-même de Night Trackin’, Seb Diamond, DuVall et Jacques Greene. Également à ne pas manquer sur la scène du Piknic, DJ Cosmo ainsi que Girl Unit.

Image article À ne pas manquer à Osheaga 1426
Image article À ne pas manquer à Osheaga 1427

Pour davantage d’information, consulter le site officiel du festival Osheaga au www.osheaga.com.

Articles similaires

Zoofest

18 août 2010

Conscient qu’il était encore possible d’aller rejoindre un public différent, mais tout autant intéressé à l’humour, l’équipe du festival Juste Pour Rire accouchait l’an dernier du Zoofest, festival multi-genre et bilingue nous présentant une programmation éclectique facilement accessible, à prix beaucoup plus modeste que les galas et autre spectacles du festival Juste Pour Rire. Au menu : spectacle des finissants de l’école d’humour, spectacles thématiques (le show XXX, le girly show, le cabaret des maudits français),...

En attendant Pop Montréal : Jack Peñate + Miike Snow

2 octobre 2009

Le 9 septembre dernier, Miike Snow était en concert au Petit Campus, avec Jack Peñate en première partie. Résumé de nos deux envoyés spéciaux. Jack Peñate En attendant Miike Snow, j’ai fait une découverte, lors de la première partie ! Jack Peñate ! Ces musiciens sentent les années 80, et dans la foule, pas d’anachronisme. Il y a les lunettes rétros, les drinks rétros et l’espoir d’une solidarité mondiale… Imaginez-vous la guilde d’artiste qui...

Le baiser

6 février 2009

Comment danser alors que nous ne pouvons nous mouvoir qu’en fauteuil roulant ? Premier défi de mise en scène de ce spectacle de danse contemporaine chorégraphié par Johanne Madore. Et comment rendre la complexité et la sensualité des rapports amoureux par la danse ? Le Baiser se propose comme une délicate et expressive réponse à ce thème, qu’il réussit à traduire par la mise en valeur des différents corps. Il est agréable de pouvoir aborder ce...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Sale Attente : un Huit clos à Neuf

22 septembre 2017

La prochaine pièce de Polythéâtre intitulée Sale Attente en est à ses derniers préparatifs pour être jouée les 5, 6 et 7 Octobre. Le Polyscope a cherché à en savoir plus sur ce huit clos, et vous présente tout ce qu’il y a à savoir à travers le regard de ses 9 personnages, façon exercices de style. Isabelle La belle assistante du docteur Faustin vous souhaite la bienvenue dans cet article sur la nouvelle pièce...

Circus minimus

22 septembre 2006

Mardi soir dernier avait lieu le retour sur les planches de Christian Bégin et Martin Drainville, campant de nouveau la peau de malheureux clowns. C’est ainsi que le gratin artistique de Montréal s’était réuni à l’intime Théâtre d’Aujourd’hui pour voir et même revoir la formidable pièce qu’est Circus minimus. C’est un décor de toute beauté que nous avons pu apercevoir lorsque les lumières se sont allumées. Il est minutieux, précis et muni de détails...

C’est noté : on reviendra

19 février 2010

La dernière causerie du CCA débute par le discours de Sylvia Lavin, du département d’architecture et d’urbanisme de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Le prestige distant de l’institution intrigue, et on se pique de curiosité pour À noter. Réalisée en partenariat avec des agences d’architecture, des universités et le CCA, À noter est entièrement dédiée au lien qui unit architecture et écriture. J’espère que Mme Lavin ne m’en voudra pas de la paraphraser...