Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Bounce Le Gros vs Bass Culture

Pour voyager à travers les époques, certains poussent une DeLorean jusqu’à 88 miles à l’heure, d’autres composent des mélodies sur un Roland 808.

C’est en quelque sorte un voyage dans le temps qu’ont organisé les artistes jadis à la tête des soirées Bass Culture et Bounce Le Gros, dans le lieu-même où se tenaient ces événements il y a de cela quelques années. Un retour aux sources, là où tout avait commencé pour ceux qui sont aujourd’hui à la pointe de la vague des tendances et du métissage des genres à Montréal, avant qu’elle n’atteigne le public.

Dans les entrailles du CFC, qui n’ont pas changées depuis l’époque pas si lointaine encore où l’endroit était connu sous le nom du Zoobizarre, une véritable rétrospective en accéléré de la première décennie des années 2000, au-delà du temps et des frontières géographiques. Des souvenirs de 2003 à 2007, des remix dancehall et reggae parus sur des compilations à tirage limité aux fusions entre rap et sons futuristes où synthétiseurs et acapelas se livrent des duels à deux vainqueurs.

Mais aussi des détours vers le présent, avec des démonstrations faisant preuve que la musique dance n’est pas contrainte qu’aux clubs et peut être rafraîchie par des influences au-delà des normes établies, tout en gardant son identité. Un indicateur de la direction que prend la relève, telle une nouvelle incarnation de la somme des expériences du passé.

Sans être nostalgique de cette période où la génération actuelle de créateurs, de promoteurs et d’artistes faisaient leurs classes sous les voûtes du Zoobizarre, l’occasion était excellente pour prendre conscience du chemin parcouru par chacun au cours des derniers temps. Bien qu’il ne se soit écoulé qu’à peine quelques années depuis la fin de ces événements, on a pourtant l’impression qu’une éternité nous sépare de ces souvenirs flous et humides. Peut-être parce qu’il s’agissait là des fondations sur lesquelles ceux à l’origine de ces souvenirs ont bâti leurs succès actuels. Peut-être également parce que ceux-là même n’ont jamais cessé d’être actifs au sein de la scène, et ont même été rejoints par d’autres qui les ont rejoint au fil du temps pour étendre leur influence.

***

Pour participer aux prochains événements de ces artistes, rendez-vous aux Karnival de Poirier au Belmont ou encore aux occasionnelles soirées Baller’s Social Club au Blizzarts. Pour assister aux événements spéciaux, rendez-vous aux soirées Masala Sono dans le cadre du festival Nuits d’Afrique avec Poirier, Boogat et Uproot Andy, ou encore à Osheaga pour les performances de Seb Diamond, de DuVall et de Jacques Greene sur la scène Piknic Électronik.

À écouter pour en entendre ou en découvrir davantage :

***

Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1398
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1399
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1400
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1401
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1402
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1403
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1404
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1405
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1406
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1407
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1408
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1409
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1410
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1411
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1412
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1413
Image article Bounce Le Gros vs Bass Culture 1414




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.