Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Bounce Le Gros vs Bass Culture

On préfère généralement s’abstenir de s’adonner à la nostalgie associée aux souvenirs du passé pourtant pas si lointain pour privilégier les tendances actuelles et les mouvements que le futur nous réserve, mais une fois n’est pas coutume.

L’espace d’une soirée, les horloges reculeront de quelques années pour permettre la présentation d’un programme double à l’époque où Bounce Le Gros animait des salles de la moitié Nord de la ville et où le duo de Mofomatronix (formé de Seb Diamond et de feu Hovatron) alimentait en basse et techno les catacombes de St-Hubert avant de joindre les rangs de Turbo Crunk. À l’époque où le Zoobizarre était l’hôte des soirées qui ont contribué à façonner l’ossature de la scène actuelle de Montréal, en invitant des artistes locaux et étrangers peu de temps avant que leurs productions ne leur attire l’attention des médias et du public.

Comme un vin embouteillé en 2007, les traits des artistes se sont raffinés avec les années pour leur permettre d’affirmer avec davantage d’accent leur caractère unique. Aujourd’hui, même si chacun d’entre eux a évolué pour prendre une tangente plus affirmée qu’à leurs débuts avec la maturité des années, l’influence de ces premières années se fait toujours sentir dans leurs réalisations, orientées vers le caractère pragmatique de leurs productions respectives. Comparaison facile à faire avec un millésime de vin, mais qui aurait également pu être faite avec du sizzurp, probablement plus adéquate mais qui n’aurait pas été dirigée vers le même registre.

Pour revoir ceux qui ont laissé une marque indélébile sur la scène d’ici et d’ailleurs avec leur mélange de rap et de lasers, de rythmes tropicaux, de basses et de débauche respectueuse, le rendez-vous est au CFC (6388 St-Hubert), ce vendredi 8 juillet. Davantage de détails sur la page facebook de l’évènement.

D’ici-là, on pourra toujours faire un voyage dans le temps virtuel pour se remettre dans l’ambiance du temps où les lasers, synthétiseurs, dancehall et reggae retentissaient dans la nuit :


HovatronKrispy




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+