Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Juillet se fait sentir au Piknic

Oui, le mois de juillet vient à peine d’être entamé qu’il revendique déjà sa place au sein du calendrier saisonnier avec chaleur et humidité.

Heureusement pour les festivaliers, la seconde scène du Piknic Électronik offre de larges espaces verts à l’ombre qui permettent d’éviter les rayons du soleil, le temps de prendre une consommation à l’ombre ou de se reposer avant de retourner danser devant la scène principale. Mais bien plus qu’une place avantageusement située les jours de grande chaleur, cette seconde scène réservée presque exclusivement aux artistes locaux, suscite depuis quelques semaines déjà un intérêt croissant de la part du public qui prend part à l’événement hebdomadaire.

En effet, au cours des dernières fins de semaine, on a pu constater la présence de nombreuses personnes autour de ce pôle, alors que cette scène était encore relativement peu fréquentée l’année dernière, si ce n’est que de ceux qui étaient déjà familiers avec les artistes invités. Cette année, qu’il s’agisse du résultat de la promotion efficace des artistes d’ici ou d’un mouvement « underground » au sein-même des spectateurs, on remarque que le seuil de masse critique de la seconde scène a été dépassé à plusieurs reprises dernièrement. Alors que l’ambiance y est généralement plutôt décontractée hormis quelques danseurs se laissant aller au devant d’autres spectateurs plus tranquilles, on a assisté à quelques moments au cours desquels toute la foule se rassemble pour y faire la fête, à l’image de l’action à laquelle on s’attendrait sous le Calder.

C’est ce que l’on a pu observer cette semaine encore, principalement lors du passage d’Elo!i & Heights sur la seconde scène. Venus avec leur public qui les accompagne généralement à leur rendez-vous hebdomadaire du mercredi au Belmont, on pouvait ainsi se douter que le seuil critique du public nécessaire pour créer de l’ambiance serait franchi, mais on doit également souligner la contribution des artistes de la scène principale. Devant un set plutôt décousu de Stefny Winter et Claire, qui avaient visiblement de la difficulté à collaborer pour maintenir une ambiance uniforme tout au long de l’après-midi, plusieurs mouvements massifs de spectateurs on contribué à nourrir le public de la seconde scène.

La pente a ainsi été difficile à remonter pour Alix, qui a suivi S.W.A.C.K. qui a terminé d’achever l’ambiance par un beat aussi lent que désastreux qui aura nécessité une quinzaine de minutes d’efforts de la part d’Alix pour s’en remettre. Travail admirable de sa part, couronné de succès, qui aura réussi à lancer l’ambiance pour réchauffer le public juste à temps pour Sébastien Léger.

L’invité français a ainsi terminé la journée avec une sélection de techno issue d’une fusion de la french touch et des sons de Détroit et Chicago, pour le plus grand plaisir des festivaliers venus nombreux pour l’occasion. Rejoints par la seconde vague de spectateurs du début de soirée, les guerriers arrivés plus tôt en après-midi ont fait preuve d’un courage sans relâche récompensé par les rythmes de l’artiste.

***

Le Piknic changera de site au cours des deux prochaines semaines pour s’établir au Jardin des Floralies avant de prendre une semaine de relâche qui précédera la longue fin de semaine d’Osheaga. Au programme la semaine prochaine :

***

Image article Juillet se fait sentir au Piknic 1373
Image article Juillet se fait sentir au Piknic 1374
Image article Juillet se fait sentir au Piknic 1375
Image article Juillet se fait sentir au Piknic 1376
Image article Juillet se fait sentir au Piknic 1377
Image article Juillet se fait sentir au Piknic 1378




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+