Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

De la basse au Piknic

Les amateurs de basses et les amateurs de fréquences plus élevées semblent former des communautés bien distinctes à Montréal, si l’on en croit la répartition du public au Piknic Électronik de cette fin de semaine.

Plutôt que d’offrir la seconde scène à des artistes œuvrant dans le début du spectre des fréquences pour faire contrepoids à la scène principale d’où émanent des rythmes plus établis, le Piknic a inversé les rôles l’espace d’une fin de semaine pour offrir à ce registre une plus grande exposition. Compte tenu de la popularité relative du mouvement bass à Montréal, on se serait attendu à ce que tous les adeptes du mouvement se donnent rendez-vous dès le début de l’après-midi pour ressentir les sons graves de Hosta, de Komodo et d’Untold. Il aura cependant fallu attendre la seconde vague de spectateurs du début de soirée pour que le registre soit réellement mis en vedette, une fois le seuil minimal d’amateurs atteint.

Longue attente pour les amateurs de dubstep qui étaient venus profiter de l’occasion pour entendre cette musique jouer en plein air — plutôt que dans une salle obscure — mais qui ont dû patienter au rythme de registres voisins du genre, les artistes invités étant contraints de s’éloigner du dubstep devant la migration de spectateurs vers la seconde scène. En effet, malgré la présence d’un nombre d’adeptes de basse devant la scène principale, les profanes ont préféré se déplacer vers la seconde scène qui accueillait Nathan Burns et Elio Krass, qui présentaient des sons plus familiers, contraignant les artistes de la première à naviguer parmi différentes déclinaisons de basses, notamment avec le breakbeat et le kuduro de Buraka Som Sistema diffusé à quelques reprises, dans l’espoir d’en retenir certains.

La démographie est peut-être la raison, en partie du moins, d’une telle séparation du public. Les plus jeunes ayant grandi au cours des dernières années aux côtés du retour du mouvement de la basse, avec le dubstep au centre de la scène urbaine, tandis que le public un peu plus âgé, parfois à la tête d’une jeune famille, est plus familier avec les rythmes plus habituels du Piknic au son desquels il sait danser.

La patience des amateurs de basses fréquences aura finalement été récompensée après que le seuil minimal ait été franchi, avec Komodo superposant aux graves numériques le son d’instruments manipulés en direct. Tambours, cymbales, flûte et didgeridoo, interprétés de façon à mettre en valeurs les particularités sonores de chaque instrument ancestral en le mettant en perspective avec les échantillons numériques pré-enregistrés contemporains.

En espérant que cette édition ne décourage pas les organisateurs du Piknic Électronik de s’ouvrir davantage vers des genres plus émergents, même si l’issue de telles éditions peut s’avérer plus incertaine. Pour les amateurs de dubstep qui seraient restés sur leur faim lors de cette dernière édition, la prochaine réserve une grande sélection de producteurs locaux qui devrait rassasier les appétits les plus voraces.

***

La semaine prochaine, au Piknic Électronik :

Scène principale

Scène GURU

  • 15h00 : Wally (CA)
  • 15h30 : Méta.B & Nitrous (CA)
  • 16h30 : Dialect (CA)
  • 17h30 : Elo!i & Heights (CA)
  • 18h30 : Wally & Ella Grave (CA)

***

Image article De la basse au Piknic 1349
Image article De la basse au Piknic 1350
Image article De la basse au Piknic 1351
Image article De la basse au Piknic 1352
Image article De la basse au Piknic 1353
Image article De la basse au Piknic 1354
Image article De la basse au Piknic 1355
Image article De la basse au Piknic 1356
Image article De la basse au Piknic 1357
Image article De la basse au Piknic 1358
Image article De la basse au Piknic 1359
Image article De la basse au Piknic 1360
Image article De la basse au Piknic 1361
Image article De la basse au Piknic 1362
Image article De la basse au Piknic 1363
Image article De la basse au Piknic 1364
Image article De la basse au Piknic 1365
Image article De la basse au Piknic 1366
Image article De la basse au Piknic 1367
Image article De la basse au Piknic 1368
Image article De la basse au Piknic 1369
Image article De la basse au Piknic 1370
Image article De la basse au Piknic 1371
Image article De la basse au Piknic 1372

Articles similaires

Magical Properties Tour

26 février 2010

Longue soirée que celle du vendredi 19 février dernier, alors que se tenait d’un côté de la ville la compétition Red Bull Thre3 Style, au Théâtre Telus, en vue de déterminer le meilleur DJ de Montréal et de l’autre, au Belmont, la tournée intitulée Magical Properties Tour, avec les têtes d’affiche Nosaj Thing et Daedelus. Il est quelque peu surprenant de voir un tel événement se tenir au Belmont (4483 St-Laurent), club qui été...

Entracte au CCA

8 janvier 2010

La NASA, le National Air and Space Museum de la Smithsonian Institution (NASM), l’Office national du film du Canada (ONF) et l’UbuWeb se sont donné rendez-vous au Centre Canadien d’Architecture (CCA). Après l’exposition La vitesse et ses limites, et avant la prochaine sur l’exploration de l’espace, le CCA nous offre Entracte : Films d’un futur héroïque. Comme son nom l’indique, cet entracte présente des films expérimentaux et d’avant-garde. Les films, expérimentaux, scientifiques et artistiques...

Piknic Électronik

9 octobre 2009

C’est le cœur lourd et les jambes un peu fatiguées que l’on dit au revoir au Piknic Électronik et à ses savoureux hot-dogs pour l’année 2009. Comme un départ que l’on souhaite toujours repousser à plus tard, puisque le Piknic incarne en partie l’été à Montréal, étant présent de la mi-mai au début octobre. Dame Nature n’aura pas laissé la vie facile aux pikniqueurs qui s’en étaient plutôt bien tirés jusque-là depuis le début...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+