Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Reprise économique et incertitudes : savoir évaluer les risques

Par Mehdi Guedira

Trois ans après le début de la crise des subprimes, les pays du monde traversent une période d’incertitude économique. À la différence de la période précédant les troubles sur les marchés financiers, on constate maintenant une plus grande acceptation du risque.

Le principal déficonsiste donc à gérer ce risque. Un premier élément de réponse, largement repris par les différents intervenants, recouvre la notion de la supervision et de la surveillance des marchés. Des réformes sont en effet nécessaires pour réguler les marchés financiers. D’autre part, il est assumé que la croissance est stimulée par le secteur privé et qu’il est donc primordial d’instaurer un environnement de convergence.

Le cas de l’Allemagne dans le contexte européen

Au niveau européen, il est important de noter que l’économie du vieux continent est très diversifiée (avec la Grèce et la Suède des deux côtés de l’éventail). On constate par ailleurs que les réformes structurelles n’ont pas encore eu un impact positif sur le PIB. De plus, les politiques publiques sont à l’heure actuelle très impopulaires. C’est dans ce contexte qu’évolue l’Allemagne, première économie européenne.

En effet, de nombreux aspects font de l’Allemagne la locomotive de l’Union européenne : marché du travail en expansion ; série de réformes visant à dynamiser l’économie et à améliorer la flexibilité ; importante résilience post crise. Toutefois, il y a un manque criant de main d’œuvre, ce qui représente un enjeu de taille et une réelle nécessité de revoir les politiques d’immigration. En terme de compétitivité, les Allemands sont très performants mais leur économie est trop dépendante des exportations. En effet, 45% de PIB allemand est issu des ventes à l’étranger. Ajoutons à cela qu’il n’y a eu pas de bulle du crédit.

Ainsi, le géant européen aura un rôle clé dans le développement économique de l’UE dans les prochaines années. L’Allemagne aura toutefois des défis de taille à relever afin de garder son leadership.

Les dangers du terrorisme

Le 11 Septembre 2001 a marqué un tournant dans la géopolitique mondiale. Le terrorisme est désormais une réalité et le traumatisme international résultant a conduit à une internalisation de ce « paramètre » dans les différentes analyses économiques. Mais, se demande t-on assez souvent quelles en sont les causes ?
Le terrorisme est avant tout un sentiment de dépravation. Il est souvent le fruit de la pauvreté, d’un manque de justice, de gouvernance, d’éducation, de réformes, de liberté des médias ou d’une combinaison de tous ces éléments. C’est un état d’esprit qui pousse des désespérés à exprimer leurs pensées. Il est important de bien noter, par ailleurs, que le terrorisme est totalement dissocié du concept de foi religieuse.

Il convient donc d’évaluer les risques associés à ce fléau, à savoir : fuite des capitaux, pertes d’emplois, montée du chômage, augmentation du coût du crédit (les compagnies payent plus de taxes) ainsi que toutes les répercussions économiques liées à ces phénomènes.

Avant d’investir dans une économie, certains indicateurs permettent d’évaluer les risques de terrorisme tels que le type de régime, la croissance, la dispersion des revenus et le taux de chômage des jeunes.

S’il y a une leçon à retenir de l’intervention de M. Aziz (ancien président du Pakistan), Fight against terrorism is not a security issue, it’s a heart and mind issue. Ceci étant dit, aucun pays n’est à l’abri et une coopération et une écoute mutuelle sont indispensables pour un monde plus sûr.

Image article Reprise économique et incertitudes : savoir évaluer les risques 1277

Image article Reprise économique et incertitudes : savoir évaluer les risques 1278

Image article Reprise économique et incertitudes : savoir évaluer les risques 1279

De haut en bas : Hélène Desmarais, Michael Klowde, Thomas Mirow ©Photos William Sanger, Le Polyscope




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La santé mentale : son contraire vous fait-il PEUR?

13 février 2015

Les personnes atteintes d’une maladie « normale » ne font peur à personne de l’entourage. Par maladie « normale », je veux dire, par exemple, le cancer, la grippe, le rhume, la migraine et la toux qui sont des affections physiques bien connues. Mais il existe depuis tout le temps une autre sorte de maladie, c’est la maladie mentale. Étrangement moins connu de la société, ce type de maladie rend les gens aux alentours mal...

Au plus profond de la campagne américaine

9 mars 2012

Surréaliste, voilà le premier mot qui me viens à l’esprit lorsque je pense aux primaires américaines qui ont lieu en ce moment. On a beau savoir que l’Amérique profonde est une planète complètement différente, l’étendue de l’ineptie du débat réussit toujours à nous surprendre. Rick Santorum, l’actuel second dans la course, défend avec force les valeurs conservatrices chrétiennes et obtient un succès inquiétant… Question de morale À la base de son discours se trouve...

Défi sans auto prend sa place à Poly le 22 septembre 2011

16 septembre 2011

Par Margaux Meyssonnier Une première à Polytechnique ! PolySphère coordonne cette année, en plus d’organiser son incontournable concours interdépartemental, la participation au « défi sans auto» à Poly ! Vous allez me demander « c’est quoi ca ? » Eh bien, c’est un concours de sensibilisation qui s’adresse à toutes les organisations québécoises, autant les entreprises que les institutions d’enseignement, et qui vise à encourager au maximum le déplacement durable des employés et des...