Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les incontournables Nocturnes de Mutek 2011

Au fil des années, Mutek nous a habitué à une programmation audacieuse et risquée, à l’image de l’état de la musique électronique d’aujourd’hui et de demain, tel un portrait de ce genre parfois méconnu du public. En 2011, le festival ne fait pas exception à la règle et propose une programmation riche, variée et multidisciplinaire, étalée sur cinq jours dépassant les frontières du Quartier des Spectacles jusqu’au parc Jean-Drapeau.

Parmi les 111 artistes invités, les 80 performances réparties sur 5 jours, les 8 premières mondiales, les 10 premières nord-américaines et les 9 premières canadiennes, nombreuses sont les expériences qui font déjà saliver d’impatience les profanes et convertis en tous genres qui ont été torturés à petit feu au cours des derniers mois. Depuis le dévoilement de la première vague d’artistes invités à se produire sur les scènes de la métropole et les quelques brefs extraits audio et vidéo qui sont sont apparus ça et là sur le net et que l’on a pu étudier de façon presque voyeuse, notons quelques performances en particulier qui risquent de faire appel à la curiosité des amateurs de tous les genres représentés lors du festival.

Nocturne 1

Dans la catégorie des artistes ayant un pied fortement ancré au sein de la ville, soulignons entre autres Amon Tobin, désormais célèbre producteur d’origine brésilienne reconnu pour ses productions nouveau genre ainsi que ses nombreuses expérimentations où se fusionnent drum and bass, trip-hop, expérimental, avant-garde et échantillons organiques dans une harmonie naturelle. L’artiste présentera en première mondiale la performance audio-visuelle développée pour son plus récent album, ISAM, paru la semaine dernière sous l’étiquette Ninja Tune. Pour l’occasion, Tobin sera entouré d’un décor immersif en trois dimensions, évoluant au cours de la performance, sur lequel seront projetés des images synchronisées avec le flux audio de l’artiste. Une expérience enivrante qui laissera assurément son empreinte sur le festival.

  • Le mercredi 1er juin au Métropolis, avec Badawi et Gold Panda.
  • Davantage d’information sur mutek.org // facebook

Nocturne 2

Autre artiste avec un pied à terre montréalais, Jacques Greene, producteur montréalais qui animait les nuits de la métropole sous son ancien nom de plume depuis de nombreuses années du haut de ses 21 ans. Dans ce qui semble être une collaboration live en compagnie d’Ango, avec un set sans laptop orchestré uniquement de machines, le producteur esquisse à l’horizon une performance de house profonde qui risque de convertir de nombreux adeptes au genre parmi la population encore profane.

  • Le jeudi 2 juin au Métropolis, avec Siriusmo, FaltyDL, Anstam, Modeselektor, Groj, Arthur Oskan, Mateo Murphy et Billy Dalessandro.
  • Davantage d’information sur mutek.org // facebook

Également à surveiller dans la série de performances Nocturnes, le rendez- vous Modeselektion du jeudi en compagnie des berlinois déjantés de Modeselektor et de leurs acolytes dans lequel s’inscrit la performance de Jacques Greene. C’est ainsi que les allemands se produiront aux côtés de Siriusmo, de FaltyDL et d’Anstam au cours d’une soirée où se rencontreront dubstep industriel, New York garage, basse et électro pour une communion des genres ficelés de façon à faire danser même les plus stoïques adeptes de musique électronique.

  • Le jeudi 2 juin au Métropolis, avec Siriusmo, FaltyDL, Anstam, Jacques Greene, Groj, Arthur Oskan, Mateo Murphy et Billy Dalessandro.
  • Davantage d’information sur mutek.org // facebook

Nocturne 4

À l’image d’une seconde Nuit Blanche tenue au début de l’été, le festival présentera également une nuit complète de performances qui débutera le samedi à 23h pour se terminer à 6h le lendemain. Au programme de cette aventure pour les plus téméraires figurent certains des artistes canadiens et internationaux s’étant le plus démarqués au cours des derniers temps, symbole que Mutek ne se limite pas à inviter des artistes établis mais offre également une vitrine où nouveaux venus côtoient habitués du festival. On pourra ainsi assister aux performances de Four Tet, de Stephen Beaupré, de Babe Rainbow, de Calamalka ainsi que de Monolithium au cours de cette longue nuit qui saura combler l’appétit des amateurs de toutes les saveurs.

  • Le samedi 4 juin au Métropolis, avec Stephen Beaupré, Rocketnumbernine, Four Tet, Elektro Guzzi, James Holden, Babe Rainbow, Calamalka, Monolithium, Michael Red, Daega Sound System et Max Ulis
  • Davantage d’information sur mutek.org




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Représentation inoubliable à l’OSM

16 janvier 2009

Kent Nagano offre de nouveau aux montréalais une extraordinaire représentation, redonnant à Montréal son prestigieux statut de ville multiculturelle. Le chef d’orchestre et directeur musical de l’OSM a su conquérir les spectateurs par la programmation très originale qu’il a proposée ce mardi 13 janvier 2009. Prenant pour point de départ le thème de la terre et tout ce qui y relie l’Homme (cycle de vie, rites, religions), Nagano a réuni trois œuvres singulières, différentes...

SPECTACLES À NE PAS MANQUER DANS LES SEMAINES À VENIR

8 octobre 2010

Histoire de ne pas finir sa session en ayant juste ouvert ses livres de statistiques... Le Festival Ska de Montréal est de retour du 14 au 16 octobre prochains au Petit Campus (14) et au Club Soda (15-16). Les artistes Catch 22, King Django, la formation montréalaise Subb (pour ne nommer qu’eux) seront à l’affiche de cette deuxième édition du festival. Pour plus d’informations ainsi qu’un calendrier plus détaillé, rendez-vous au www.montrealskafestival.ca 8 octobre...

Underoath et Animals as Leaders au Métropolis

25 février 2011

Ça ne surprendra personne que je suis un fan inconditionnel de Animals as Leaders. J’ai critiqué leur album éponyme dans une de mes premières chroniques d’ailleurs (ah, mes vertes années). Ayant manqué leur dernier passage à Montréal avec le Summer Slaughter Tour, je me devais d’aller les voir, peu importe avec qui ils jouaient. Il s’adonne que leur prestation du 14 février allait être avec trois groupes de post-hardcore, genre qui me laisse souvent...