Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Entrevue avec le directeur le plus (ou)vert !

Quatrième semaine de la session et PolySphère prend le contrôle de Polytechnique avec la semaine de l’environnement. Le Polyscope innove en faisant une entrevue choc avec le directeur du comité plus vert que l’étage 4 de Lassonde !

William Sanger : Quels sont les prochains projets de PolySphère ?

Daniel O’Brien : Plusieurs projets nous attendent pour la fin de la session d’hiver. La semaine de l’environnement étant presque finie, le comité va pouvoir canaliser ses efforts sur des projets variés. Par exemple, pour ceux qui ont suivi le dossier sur les gaz de schiste, nous allons faire un suivi par rapport au mémoire que nous avons déposé au nom de l’AEP et de l’AECSP lorsque le BAPE aura remis son rapport le 28 février prochain. Nous avons donc la possibilité d’écrire une lettre ouverte dans un journal, de publier d’autres articles de deux pages dans le Polyscope
[NDLR : hahaha! ] et d’organiser un débat à l’École. Et puis soyez rassurés, nous allons de nouveau vous harceler pendant six semaines dans le cadre de la campagne Défi Climat. Je n’en dirai pas plus puisque vous en entendrez suffisament parler dans les semaines à venir !
D’autre part, nous sommes en train de contribuer à l’élaboration d’une politique/
plan d’action en développement durable pour l’AEP. Enfin, sachez que dans les prochaines semaines, il y aura un tout nouveau site de Polysphère.

WS : Comment se déroule la semaine de l’environnement jusqu’à présent
[mercredi soir] ?

DOB : Nous avons des invités et des activités très intéressants cette année.
Le début de la semaine était surtout axée sur l’écoconception ; lundi c’est toujours plus difficile d’attirer un large public, mais la conférencière de l’Institut de Développement de Produits, Nathalie Blouin, a su inspirer plusieurs membres de l’audience. Mardi, la visite industrielle a été très intime, mais ceux qui étaient présents ont pu vraiment voir de près l’engagement en développement durable de la compagnie Phillips Lumec. Aujourd’hui [mercredi], le sujet des gaz de schiste a su rejoindre une plus forte audience. Suite à la conférence, certains commentaires laissent entendre que beaucoup d’informations manquent dans les médias sur le sujet pour avoir une compréhension globale du problème. J’ai hâte au vins et fromages, particulièrement pour entendre la conférence d’ouverture de Michel Labrecque, directeur de la STM, et de Christophe Guy, pour présenter le premier rapport de développement durable de Polytechnique. Petit mot par rapport à vendredi, le pub sera… malade ! Et n’oubliez pas d’amener votre bock !

WS : Comment pourrais-tu décrire ta double relation affective avec PolySphère et le Polyscope ?

DOB : Premièrement, je tiens à mentionner que je me trouve ridicule de répondre à une entrevue pour un journal dont je fais partie depuis trois ans. Mais bon !
Étant donné qu’il y a toujours des trous à remplir, la rédaction a su me soudoyer…
[NDLR : bref, répond à la question !] Plus sérieusement, je me suis déjà demandé si c’était antiécologique de faire partie d’un journal. Cependant, mon intérêt pour la transmission d’information
[NDLR : la propagande] a primé sur mes réserves [NDLR : profiteur !]. En ce moment j’essaye le plus possible de jumeler ces deux implications et de mêler l’humour noir du Polyscope et la sensibilisation environnementale, comme avec un article que j’ai écrit l’an passé, très prosaïquement nommé « Je veux me torcher avec du papier brun. »
[NDLR : merveilleux !]

Image article Entrevue avec le directeur le plus (ou)vert ! 1206




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.