Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les cafés étudiants de l’UdeM : (re) Lionel-Groulx

La session dernière, dans la parution no. 9 du Polyscope, j’avais fait le constat que je n’avais pas complété le dossier sur les cafés étudiants de l’Université de Montréal.
Selon la liste des cafés étudiants disponible sur le site Internet de l’Université, il m’en restait sept à évaluer et ce, en excluant le café-bar La Brunante.

Toutefois, plusieurs d’entre eux n’existent plus : on recense parmi les victimes les cafés de cinéma et d’histoire de l’art, d’études françaises et de relations industrielles. Les cafés de sociologie et d’optométrie, quant à eux, ont été convertis en salons d’associations étudiantes. En bout de ligne, seuls sont encore en activité le café des étudiants en médecine vétérinaire et le café des étudiants en histoire. Cependant, le café des vétérinaires est situé à Saint-Hyacinthe, bourgade située à 40 minutes en voiture au sud de Montréal. Étant paresseux et ne voulant pas dépenser une fortune en essence, je porterai donc ma critique sur le café d’histoire, situé au sixième étage dans le complexe gouvernemental qu’est le pavillon Lionel-Groulx.

Soyons direct : le café d’histoire est moche. Le local est petit et il y règne un désordre encore plus bordélique que celui du GéoCaf (géographie) et de La Planck (physique), ce qui n’est pas peu dire. On retrouve des boîtes et des cahiers un peu partout et le grille-pain et le micro-ondes sont dans un recoin peu accessible. Toutefois, les différentes affiches de photos d’initiation ornant les murs et les citations intéressantes griffonnées à même le plafond ajoutent une touche de personnalité bien appréciée.

Bonus : une couverture de loup est accrochée sur un des murs et les étudiants présents semblent en être fiers. Si ça les rend heureux, pourquoi pas… Ai-je précisé que le café sert également de local pour l’association des étudiants en histoire ?
Là où ça se détériore exponentiellement est la sélection de breuvages et de nourriture, ou plutôt le manque total.
En fait, le choix se limite à des sacs de noix Péché Gourmet et à des boissons gazeuses. Blasphème : il n’y a pas de café. Oui, vous avez bien lu: il n’a pas de café dans un café étudiant… Comment est-ce possible ? Les responsables du café ne savent-ils pas que la caféine est nécessaire au métabolisme de base de tout étudiant ??? Autre déception : le local n’est souvent ouvert que les midis, dépendamment de la disponibilité des bénévoles.

Cette lacune me déçoit énormément, car il n’est pas compliqué d’aller au supermarché et acheter des provisions pour son café. Je parle d’ailleurs par expérience : en tant que VP-Interne du Polyscope, je m’assure que le frigo du local (C-214) soit toujours rempli à craquer de bouffe et de breuvages, et tout cela bénévolement. C’est une formule qui marche très bien : Poly-Rad l’a d’ailleurs adoptée récemment. Mais on s’éloigne du sujet…

Le café d’histoire, avec le café d’anthropologie au troisième étage, sont les deux seuls cafés encore actifs au pavillon Lionel-Groulx. Auparavant, il y en avait six. Malheureusement, si la tendance se maintient, le café d’histoire se transformera rapidement en simple local d’association. Ça serait fort décevant si cela arriverait.
À mon avis, un café étudiant est une superbe occasion pour l’association étudiante de se faire remarquer et de refl éter ses aspirations. Il s’agit également d’un privilège : une certaine école affiliée à l’UdeM ne permet pas à ses étudiants d’ouvrir un café étudiant malgré le nombre d’impliqués et je ne parle pas de HEC Montréal… Sur ces paroles un peu pessimistes, j’espère sincèrement que les étudiants en histoire pourront changer de cap et profiter pleinement de leur café étudiant.

Café des étudiants en histoire, Pavillon Lionel-Groulx, local La très aimée couverture de loup.

Image article Les cafés étudiants de l’UdeM : (re) Lionel-Groulx 1204
Le (petit) café des étudiants en histoire. Crédit photo : Mathieu Bonin
Image article Les cafés étudiants de l’UdeM : (re) Lionel-Groulx 1205
La très aimée couverture de loup. Crédit photo : Mathieu Bonin




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.