Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nous religions (2 de 4)

Aperçu article Nous religions (2 de 4)

Dieu était sans doute de mon bord la semaine passée, puisqu’après le moment où j’ai décidé de faire un mini-dossier sur le sujet des religions et des croyances, il m’a prévu une conférence à l’UdeM, au pavillon Jean-Brillant pour être plus précis, mercredi 26 janvier dernier.

Ça devait être le destin… haha !
DIEU CONTRE LA RELIGION, c’était le titre de la conférence présentée par Campus pour le Christ. Un organisme sur le campus dont la mission est d’offrir des ressources spirituelles aux étudiants… campusmontréal.com pour les intéressés. La conférence était donnée par M. Sébastien Frappier, un ancien comédien (ça ne me disait rien) qui, après un voyage au Texas et dans le Grand Canyon, a eu des révélations intérieures et a décidé de consacrer sa vie à connaître et à aimer les autres à travers le catholicisme (il est pasteur).

Avec un nom de conférence comme celle-là, on ne s’attend qu’à du croustillant. On pouvait lire des phrases qui défilaient sur un projecteur avant le début du genre : « L’auteur d’une caricature de Mahomet agressé au Danemark
», Georges Bush : « Dieu m’a
dit de mettre fin à la tyrannie en Irak »,
« La scientologie jugée en France pour escroquerie », « Un pasteur anti-
Facebook participait à des ménages à trois avec le bedeau », Pakistan :
« 80 personnes tuées dans un attentat suicide », « Le Hezbollah est accusé de se réarmer avec l’aide de l’Iran et de la Syrie »… bref, des phrases qui donnent le goût de rester ! L’amphithéâtre était assez rempli, peut-être un peu plus de 120 personnes.

J’avoue que pour une conférence de pasteur, il se débrouillait bien. Bien qu’il lisait des passages de la Bible (car « c’est le livre qu’il connaît ») pour montrer une autre image qu’on ne voit pas habituellement. Pour montrer que les paroles de Jésus (incarnant Dieu) ne demandent jamais le mal.
En début de conférence, il a introduit la pertinence de cette conférence comme étant un moyen de réfl échir en groupe. Il nous dit que le mot religion vient du latin religare qui veut dire restreindre. L’objectif, selon lui, est que la religion sert à chercher l’absolu, la vérité et que la religion régit le dogme et la relation entre l’homme et le divin.
Je n’étais pas trop dans le champ la semaine passée !

Cette réfl exion de groupe (unidirectionnelle)
met l’accent sur le mal que l’homme fait de la religion. Il essaie de nous convaincre qu’il y a du bien dans la religion, qu’il faut changer la vapeur. « Tuez-les tous, Dieu reconnaitra les siens ». Violent pour une religion d’amour, dit-il. C’est ce genre de phrase qui le stimule à faire voir le bien dans les écrits. Il considère d’ailleurs démagogue de résumer le message de dieu par : « aimez-vous les uns les autres ». Tout ce mal est causé par certains problèmes qu’il nous expose. Que la religion motive la violence, les abus sexuels et de pouvoir depuis des siècles, que les gens s’attardent aux détails et non à la réfl exion dans un but de se sentir supérieurs et utiliser le pouvoir, faisant entre autres référence à des sectes qui demandent de l’argent pour obtenir la soi-disant vérité (j’ai un peu de difficulté à faire la différence entre le scientologue qui paie 10 000 $ pour le
« cours » de scientologie et la dime…).
Le plus gros problème, selon lui, est le fardeau, la pression mise par le prêtre (au-dessus de la loi qu’il impose) pour que les fidèles deviennent dépendants à force de se faire casser par ce fardeau. Le sentiment de culpabilité.

« Dieu hait la religion, car elle sépare et tue […] réconcilie ta vie avant de pouvoir plaire à Dieu. » (J’aurais envie d’ajouter qu’une fois réconcilié avec ta vie, tu n’auras pas besoin de Dieu.)
Il arrivait parfois que des gens se lèvent et quittent la conférence avant la fin. Soit pour un cours, soit par emmerdement, d’autres semblaient se dire alléluia à l’intérieur d’eux-mêmes à chaque phrase. À peine terminé, avant la période de questions, un gars se lève et monte sur scène pour « lire un passage » de la Bible qu’il trouve intéressant à partager. Les organisateurs ne sont pas chauds à l’idée parce que ce n’était pas la façon de faire qu’ils avaient planifiée, mais insistant et étant déjà sur scène, on lui a donné le micro. Il semble légèrement illuminé et nous sort un passage au sujet de l’autorité de Dieu. Mon meilleur ami, qui est très spirituel et pratiquant, me dirait qu’on ne peut citer un passage sans mettre en contexte, donc je vais vous laisser aller le lire par vous-même… (Chapitre 13 de l’épître de Paul aux Romains (Nouveau Testament, version Louis-Second) si j’ai bien entendu le passage.) Ce qui est amusant, c’est qu’en redonnant la parole au pasteur, le gars lui demande ce qu’il pense de son passage et crisse son camp ! Je trouve toujours ces gens impertinents. Je viens quand même de lui consacrer un paragraphe (ce n’est pas la chronique incohérence sociale pour rien !).

Ensuite, un autre se met à lire des versets du Coran pendant un bon bout. C’est là que les gens se tannent et se mettent à quitter la salle. Jamais capable de synthétiser leur pensée, ceux qui prennent ça à coeur se sentent toujours obligés de se référer à leur livre de chevet pour illustrer leur pensée et montrer leur interprétation.
Après cinq minutes, le pasteur répond à l’homme qu’il comprend que son questionnement est relatif à la coexistence de la religion et de la science/
technologie. Il précise que même dans la Bible, c’est dit que les deux peuvent très bien exister ensemble et que la religion explique la science de la même façon.

J’avoue être assez passif dans ce genre d’évènement. Je trouve ça intéressant d’écouter et d’analyser, sans plus. Si vous avez envie de discuter de passages de la Bible, Campus pour Christ organise chaque semaine des séances au café du pavillon André-Aisenstadt (mathématiques, assez contradictoire)… consultez leur site web. La semaine prochaine, les mathématiques sont-elles une religion ?

Référence: http://campusmontreal.ca/Campus_Montreal/UdM/index.html
Image article Nous religions (2 de 4) 1201

Articles similaires

Rigueurrrrr

26 février 2010

Si vous me lisez cette semaine, c’est sans doute parce que vous procrastinez entre deux numéros de calcul ou parce que votre programme est en train de compiler. C’est correct, vous avez le droit de prendre une pause bien méritée. Même que ça risque de vous rendre encore plus efficace. Vous serez d’accord avec moi pour dire que, quatre fois par année, la vie est dure ! Si vous n’êtes pas d’accord, c’est soit parce...

Big Futilité

19 mars 2010

Vous savez ce qu’est la domotique ? C’est cette technologie qui automatise les bâtiments. En fin de semaine dernière, j’étais à Québec chez un ami qui aime bien les gadgets et qui s’amuse à programmer n’importe quoi. Il s’est donc muni d’une télécommande programmable avec laquelle il peut allumer les lumières de sa chambre, sa boule disco, éventuellement du Barry White et sa machine à café. Quand on réfléchit aux possibilités, c’est pratiquement infini. On...

Profiter de la vie

20 août 2010

Encore cette année, j’essaierai d’être assidu pour vous concocter hebdomadairement une chronique tout aussi incohérente que sociale ! Ayant la confiance de mes membres en tant que nouveau directeur, je devrai peut-être vous abandonner à l’occasion les 24 heures quotidiennes l’obligeant. Ceci étant dit, je vous souhaite un heureux retour à la réalité et dites vous que la poly c’est comme une femme enceinte. Lorsqu’on pense à l’avenir c’est agréable mais lorsqu’on est dedans on...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+