Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Tanné de marcher : prends ton vélo, même l’hiver!

Par Laurent Spreutels

Le vélo est clairement un des moyens de transport les plus rapides pour venir à Poly, du moins dans un rayon d’environ 10 km. Alors pourquoi ne pas en profiter même en hiver ? Beaucoup abandonnent leur monture aux environs du mois de novembre et jusqu’au retour des beaux jours par crainte de rouler sur la neige ou dans le froid. Et pourtant ça se fait très bien! Le tout est de se préparer adéquatement et de suivre quelques conseils de base.

Commencer graduellement

Il est préférable de se lancer progressivement à partir de l’automne en prenant son vélo tous les jours, quelques soient les conditions atmosphériques, afin de pouvoir tester différentes façons de s’habiller et de repérer les embûches sur le trajet (nid de poule, plaque d’égout, …) pour être paré lorsque l’hiver sera venu.

S’habiller et s’équiper adéquatement

Faire du vélo l’hiver donne chaud, comme en ski de fond, mais il y a le facteur vent en plus. Il est donc conseillé de surveiller les prévisions météo pour prévoir son habillement.

Trois règles dominent :

• Porter des vêtements qui sèchent vite (nylon, polypropylène – ÉVITER le coton) et couper le vent

• Faire sécher ses vêtements dès l’arrivée

• Éviter la sudation Au niveau de l’équipement, il est conseillé de se munir de :

• Lumières : il faut se faire voir et l’hiver il fait noir à 15h30, alors utiliser des lumières avant et arrière ainsi que de bandes réfl échissantes sur les vêtements.

• Garde-boue : pour garder vélo et vêtements relativement propres.

• Pneus à crampons (le moins large possible) et pression réduite au minimum pour une adhérence accrue.

• Sacoches de vélo : éviter les sacs à dos pour abaisser le point de gravité et éviter d’avoir le dos mouillé en plus de libérer ses mouvements

• Cadenas : toujours pointer la serrure vers le bas pour éviter d’y recueillir la neige et la pluie et mettre quelques gouttes d’huile dans celle-ci pour lubrifier le mécanisme.

Adapter sa conduite

La conduite en hiver est tout à fait différente de l’été. Il faut absolument se faire voir. Dans les petites rues, ne pas hésiter à prendre la largeur complète de la chaussée quitte à vous faire klaxonner et prévoir plus de temps pour les déplacements car la vitesse est réduite.

Lors de chutes de neige, les vélos sont encore moins visibles. Rouler dans la neige fraîche et encore non tapée par les roues des automobiles.
La plupart du temps, les routes de Montréal sont bien déneigées : deux jours après une grosse chute de neige, les rues sont praticables. Il faut aussi rouler beaucoup moins vite sur un couvert neigeux. Les changements brusques de direction sont à proscrire.

Tourner en douceur et utiliser le frein avant avec parcimonie. Par contre, il n’y a rien à faire pour la glace, il faut l’éviter. Dans tous les cas, lorsqu’on passe sur une plaque de glace il faut « figer » sur le vélo : aucun changement de direction ou de coups de pédales, garder le corps bien droit.

En cas de pluie verglaçante, il est fortement conseillé de privilégier les transports en commun.

Entretenir régulièrement son vélo En général, l’hiver est très dur pour un vélo, surtout à cause du calcium et des abrasifs utilisés sur les routes.
Du point de vue de l’entretien général, le maître-mot est de lubrifier. En effet, dès que vous démontez une pièce, profitez-en pour mettre de la graisse de façon exagérée car elle agira comme scellant contre le calcium et les particules. Il est conseillé de nettoyer-huiler la chaine une fois par semaine, huiler mensuellement les câbles et les gaines, et graisser les pivots de freins avant l’hiver.

Source Le texte ci-dessus est en partie tiré d’un document plus complet disponible à l’adresse : www.ruuv.aep.polymtl.ca/documents_
site/velo_hivernal2005.pdf Quelques liens à consulter
• IceBike au www.icebike.org (offre un forum pour vos questions)
• Vélo d’hiver au www.rocler.qc.ca/marc (un cycliste montréalais livre son expérience)

Image article Tanné de marcher : prends ton vélo, même l’hiver! 1193




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La France devient-elle xénophobe ?

17 septembre 2010

«Amis, la persécution et la douleur c’est aujourd’hui ; les États- Unis d’Europe, les Peuples-Frères c’est demain. » Cette citation ne provient pas d’un défenseur des droits de l’homme se fustigeant face aux nombreuses expulsions des Roms de France (tsigane originaire d’Europe de l’Est vivant dans des camps avec plusieurs caravanes), mais de Victor Hugo en 1852. Rappel rapide des faits, le 18 juillet dernier, Luigi Duquenet, un gitan de 22 ans recherché pour...

De l’alcoolisme à Polytechnique

6 octobre 2006

Par V. Boudreault J’aimerais réagir à un texte paru dans le Polyscope de la semaine passée dont le titre était : «Vos cotisations servent-elles à gâter les impliqués». Je ne veux nullement contester ici à l’auteur les quelques privilèges qui accompagnent la dure vie d’impliqué dans cette école, une réalité évidemment remplie de sacrifices et d’exemples d’abnégation. Je le sais, puisque je suis aussi un impliqué, depuis trois ans. Ce qui m’agace un peu,...

Habitude, quand tu nous tiens

25 septembre 2009

Dans la vie de tous les jours, chacun a ses petites habitudes, certains aiment leur café froid le matin, d’autres aiment s’asseoir au même endroit dans le métro ou encore conjurer le mauvais sort à Poly. Mais ça ce sont des habitudes flagrantes qu’on peut nommer. Pareillement, beaucoup d’éléments dans la société qui sont louches en temps normal, n’attirent même plus l’attention par habitude. Ainsi, ce sont les magasins les plus proches de chez...